Mardi, 23 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Mondial : L’Afrique vise le dernier carré

Mohamad Mosselhi, Lundi, 09 juin 2014

Les cinq équipes africaines du Mondial brésilien ont les yeux rivés sur les demi-finales. Un objectif difficile mais qui reste accessible pour certaines d'entre elles.

Mondial1
(Photo : AFP)

Le ghana, la Côte d’Ivoire, le Nigeria, le Cameroun et l’Algérie. Ce sont les cinq représentants de l’Afrique à cette Coupe du monde brésilienne qui commence jeudi. Les cinq sélec­tions partagent le même rêve, à savoir franchir le cap des quarts de finale car jamais une équipe afri­caine n’avait franchi ce cap dans l’histoire de cette compétition, la plus prestigieuse au monde. L’histoire des participations afri­caines, qui a commencé avec l’Egypte en 1934, n’a jamais connu un tel exploit. Le plus grand succès du continent noir était les quarts de finale du Cameroun en 1990, le Sénégal en 2002 et finalement le Ghana en 2010. « Je ne comprends pas pourquoi l’Afrique n’a pas réus­si à atteindre les demi-finales et la finale. J’aimerais voir cette année une sélection africaine dans le der­nier carré du Mondial », confie Issa Hayatou, président de la Confédération Africaine de football (CAF). En effet, le Ghana, qui était proche de réaliser ce rêve en Afrique du Sud en 2010, est considéré comme la sélection ayant le plus de chance de réaliser cet exploit cette année au Brésil.

mondial5
Sénégal 2002

Mais le Ghana se trouve dans un groupe très difficile. Les Black Stars sont tombés dans le groupe G, appelé groupe de la mort, avec l’Allemagne, l’une des équipes favorites du Mondial, le Portugal de Cristiano Ronaldo et la puissante sélection des Etats-Unis. Un groupe très difficile, mais les Ghanéens ont déjà affronté des concurrents redou­tables lors des deux dernières partici­pations. Ils ont toujours été à la hauteur. « Il est difficile de jouer contre l’Allemagne, mais je suis heu­reux de jouer une autre fois contre les Etats-Unis qui étaient notre rival en 16es de finale l’édition précé­dente. Nous sommes mieux qu’en 2010, et je pense qu’on peut aller plus loin », déclare Kwesi Appiah, directeur technique du Ghana. Contrairement aux deux dernières participations, la Côte d’Ivoire fait partie d’un groupe facile cette fois-ci aux côtés de la Colombie, de la Grèce et du Japon. Théoriquement, les Ivoiriens peuvent facilement s’installer en tête du groupe et se qualifier pour le second tour pour la première fois de leur histoire. La génération dorée de Drogba, Yaya Touré et Gervinho souhaite réaliser un succès au Mondial pour compen­ser son échec habituel sur la scène africaine. « Pour une équipe qui dis­pute la Coupe du monde pour la troisième fois, rien n’est impossible. Je crois que nous serons capables de réaliser un succès dans cette édi­tion », déclare Sabri Lamouche, directeur technique français des Elephants.

Le Nigeria est lui aussi tombé dans un groupe relativement facile, avec l’Argentine, l’Iran et la Bosnie. Il est clair que la première place est réservée à l’Argentine. Les Super Eagles peuvent facilement décro­cher le second ticket. « On a l’habi­tude de jouer contre les Argentins en Coupe du monde. Cela sera mer­veilleux de tester notre puissance contre eux cette fois-ci et je suis sûr qu’on sera à la hauteur », déclare Stephan Keshi, sélectionneur du Nigeria.

Des chances minimes pour le Cameroun et l’Algérie

Le Cameroun et l’Algérie n’ont pas beaucoup de chances de franchir le premier tour, étant donné la diffi­culté de leurs groupes respectifs. Les Lions indomptables jouent avec le Brésil, le Mexique et la Croatie. Leur tâche ne sera pas facile dans ce groupe. L’équipe compte sur les efforts de sa star Samuel Eto’o, qui ne peut pas tout faire seul.

La tâche de l’Algérie sera égale­ment assez difficile, et ses chances de franchir le premier tour ne sont pas grandes. Avec la Belgique, considérée comme l’étalon noir de la compétition, une sélection rapide comme la Corée du Sud et une autre très puissante physiquement comme celle de la Russie, l’Algérie aura beaucoup de problèmes. C’est vrai que les Fennecs sont technique­ment mieux que leurs deux derniers adversaires, mais franchir le cap du premier tour sera difficile pour cette équipe jeune qui manque d’expérience. « C’est clair que nous ne sommes pas une équipe favorite dans notre groupe, mais mon équipe ira au Brésil pour créer la surprise et non pas pour faire du tourisme », conclut Vahid Halilhodzic, entraîneur de la sélec­tion algérienne.

Meilleures performances africaines au Mondial

Maroc 1986
Mondial2
Maroc 1986
Le Maroc a eu l’honneur d’être la première sélection africaine à se qualifier
pour le second tour du Mondial. C’est un but du milieu allemand, Lothar Matthaeus, à deux minutes de la fin de la rencontre, qui a privé les Lions de l’Atlas de continuer leur parcours
dans la compétition, alors que les Allemands sont allés jusqu’en finale.
Cameroun 1990
mondial4
Cameroun 1990
Quatre ans après l’exploit du Maroc, le Cameroun réalise son propre exploit en se qualifiant pour les quarts de finale. C’est vrai que l’Angleterre a mis un terme aux ambitions camerounaises avec une victoire de 3-2 après les prolongations,
mais le monde entier a été séduit par la performance exceptionnelle des Lions indomptables et la célèbre danse de leur capitaine, le vétéran Roger Milla.
Sénégal 2002
mondial3
Ghana 2010
Pour leur première participation au Mondial, les Lions sénégalais ont ébloui le monde grâce à leur place en quarts de finale. Al-Hadji Diouf et ses coéquipiers ont battu la France, tenante du titre, et ils ont réalisé une performance
remarquable tout au long de la compétition avant de perdre de justesse 0-1 contre la Turquie après les prolongations.
Ghana 2010
C’est un penalty raté de l’attaquant ghanéen Asamaoh Gyan à la dernière minute des prolongations qui a privé le Ghana et l’Afrique d’être présents pour la première fois en demi-finales du Mondial, car les Black Stars ont perdu aux tirs au but 2-4. C’est vrai que le Ghana a été éliminé des quarts de finale, mais il a reçu le respect du monde entier.
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique