Samedi, 20 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

A chacun son défi

Mardi, 03 juin 2014

Si le rêve ultime est de décrocher la Coupe du monde, certains joueurs et entraîneurs ont des ambitions plus réalistes. Témoignage.

klose

Miroslav Klose (Allemagne)

Asamoah
(Photo : AP)

Un but fera de lui le meilleur buteur de l’histoire du Mondial à égalité avec la légende bré­silienne, Ronaldo. L’attaquant de la sélection allemande, Miroslav Klose, a marqué jusqu’à pré­sent 14 buts en 19 rencontres étalées sur trois participa­tions au Mondial (2002, 2006 et 2010). Ronaldo compte 15 sur 19 rencontres aussi et trois participations entre 1998 et 2006.

« Ceux qui me connaissent bien savent que cela a été toujours mon objectif (devenir le meilleur buteur du Mondial). Un but de plus et je serai co-meilleur buteur. J’ai besoin de 2 pour être le meilleur », avait-il dit lors d’une conférence de presse fin mai dernier. Klose, 36 ans, est le seul attaquant de pointe dans la sélection allemande, après que l’entraîneur Joachim Low a décidé de modifier son système de jeu vu le manque de potentiel à ce poste. Klose, fer de lance de l’équipe d’Allemagne, a souffert de nombreuses blessures lors de la dernière saison, et bien sûr, il n’est plus aussi vivace ni agile que dans ses années de gloire. « On est sûr qu’il peut aider l’équipe. Miro a toujours atteint sa meilleure forme lors des compétitions, et celle-ci sera probablement sa dernière. J’ai une grande confiance en lui », dit Low.

Asamoah Gyan (Ghana)

Messi

Lors de la dernière Coupe du monde, le Ghanéen Asamoah Gyan était passé du stade de héros à celui de zéro. La vedette des Black Stars avait mené son équipe aux quarts de finale du Mondial d’Afrique du Sud avant de rater un penalty décisif face à l’Uruguay à la dernière seconde du temps additionnel. S’il avait été marqué, ce penalty aurait qualifié l’équipe pour la demi finale.

L’Uruguay a ensuite remporté les tirs aux buts pour se qualifier pour les demi-finales. « C’était un moment très douloureux. J’ai beaucoup souffert en revoyant cet instant plusieurs fois. J’ai vu le match ensuite plus de 20 fois, je pense. Maintenant, j’ai surmonté cette peine et j’espère avoir la chance pour faire honneur à mon pays et à nos suppor­ters», a dit le numéro 3 des Black Stars. Au Brésil, Gyan (28 ans) sera le capitaine d’une équipe du Ghana qui semble être en très grande forme et avoir de grandes ambitions. Gyan peut aussi réaliser un exploit personnel s’il fait ce qu’il doit faire : marquer des buts. En effet, l’attaquant d’Al-Aïn (Emirats arabes unis) compte 4 buts en Coupe du monde (1 en 2006 et 3 en 2010) et est à une longueur derrière le Camerounais Roger Milla, le meilleur buteur africain de l’histoire de la Coupe du monde. Sa mission ne sera sûrement pas aisée face à l’Allemagne, le Portugal et les Etats-Unis dans le groupe G qualifié de « groupe de la mort » du Mondial, mais rien ne semble impossible pour la bande de Gyan.

Lionel Messi (Argentine)

Vincente

La coupe de Messi. Quatre fois meilleur joueur du monde, le prodige argentin Lionel Messi est pressenti comme l’un des grands favoris pour soulever la plus prestigieuse coupe de la planète foot le 13 juillet prochain.

A 26 ans, le petit magicien de 165 cm de taille, qui éblouit le monde depuis presque une décennie maintenant, a tout raflé avec son club le FC Barcelone et au niveau individuel, mais sa contribution avec l’Albiceleste reste médiocre. Champion du monde junior en 2005 et médaillé d’or olympique en 2008, Messi n’a pas été aussi fortuné au niveau senior. « Leo », au coeur d’une palette de vedettes, a perdu la finale de la Coupe d’Amérique latine face à une équipe brésilienne privée de ses meilleurs éléments en 2007. Ses participations au Mondial de 2006 et 2010 étaient très décevantes vu son immense talent, ce qui a entraîné l’élimination de l’Argentine à deux reprises des quarts de finale. « Quand je rejoins mes coéquipiers de l’équipe nationale, l’atmosphère est différente et c’est toute une autre histoire. Je sais que ce n’était pas le cas aupa­ravant où, après des déceptions avec la sélection, je jouais bien avec le FC Barcelone. Mais j’espère que cette fois-ci la chance sera de notre côté et qu’on pourra changer cette situation », dit-il.

Vicente Del Bosque (Espagne)

Bosnie
Calme, discipliné et humble, mais ne vous trompez pas, car la grande moustache de l’entraîneur d’Espagne Vicente Del Bosque cache un énorme enthousiasme pour réaliser une nouvelle gloire au Brésil. L’expert technicien (63 ans) est perçu comme l’un des meilleurs entraîneurs du monde, en termes de statistiques.
C’est le seul entraîneur à avoir remporté la Coupe du monde en 2010, la Coupe d’Europe 2012 et la Ligue d’Europe avec le Real Madrid à deux reprises en 2000 et 2002, outre 8 autres titres. L’Espagne est encore favorite pour la Coupe, et une éventuelle victoire donnera à Del Bosque quelques nouveaux records. Il serait le premier entraîneur à remporter deux titres de Coupe du monde d’affilée depuis l’Italien Vittorio Pozzo en 1934 et 1938, et l’Espagne serait la première sélection à remporter le doublé d’affilée depuis le Brésil de Pelé en 1958 et 1962. De même que le sacre ferait de lui le premier entraîneur européen à s’imposer en terre latine. « Nos précédentes gloires n’offrent aucune garantie pour des triomphes dans le futur.
Mon message c’est de rester humble et vigilant et de ne pas croire que ce sera facile à la Coupe du monde », dit-il. Consignes importantes d’un sage entraîneur.

Bosnie-Hérzégovine

La Bosnie a déjà créé son histoire. Les hommes de Safet Susic se sont quali­fiés pour la première fois à la phase finale de la Coupe du monde, et ceci après avoir décroché la tête de leur groupe G des qua­lifications européennes devançant la Grèce. Ils doivent cet exploit à une belle paire d’attaquants : Edin Dzeko (10 buts) et Vedad Ibisevic (8 buts) qui ont marqué 18 des 30 buts de leur équipe lors des 10 matchs de qualifications. Efficace à l’at­taque et solide en défense (6 buts encais­sés), la Bosnie a remporté 8 matchs, perdu 1 et a été tenue en échec une seule fois, pour accumuler 25 points lors des qualifi­cations. « Cette équipe progresse à chaque sortie et semble très ambitieuse », avait dit Susic. La Bosnie n’est pas l’un des grands favoris du groupe F avec l’Argentine, le Nigeria et l’Iran, mais à part une puissante équipe argentine, rien ne semble hors de sa portée.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique