Mercredi, 22 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Haltérophilie : L’Egypte tient le haut du pavé

Marianne Youssef , Jeudi, 21 septembre 2023

Les haltérophiles égyptiens ont brillé aux Championnats du monde la semaine dernière à Riyad. Bilan.

Haltérophilie : L’Egypte tient le haut du pavé
Aboukahla a confirmé son niveau avec 3 médailles dont 2 d’or.

Les haltérophiles égyptiens ont célébré leur exploit aux Championnats du monde qui se sont achevés à Riyad la semaine dernière. Ils ont raflé 5 médailles d’or. En effet, l’Egypte a participé à cet événement avec 7 haltérophiles : 4 hommes et 3 dames. Il s’agit de Mahmoud Hassan (96 kg), Karim Abokahla (96 kg), Yasser Salem (102 kg), et Abdelrahman El Sayed (+109) chez les hommes et de Neama Saïd (71 kg), Sara Samir (76 kg) et Halima Abdelazim (+87 kg) chez les dames. Ces championnats avaient une importance particulière vu qu’il s’agissait de la deuxième étape de qualification pour les Jeux Olympiques (JO) de Paris 2024. La première était les Championnats d’Afrique en Tunisie, en mai dernier, où l’Egypte avait brillé en décrochant 30 médailles : 20 d’or, 5 d’argent et 5 de bronze. La 3e étape sera la Coupe du monde 2024 en Thaïlande.

La star de la sélection Karim Abokahla (96 kg) a décroché une médaille d’or à l’épaulé-jeté en soulevant 213 kg, une autre médaille d’or au total (387 kg) et une médaille d’argent en arraché en soulevant 174 kg. Abokahla a devancé l’haltérophile sud-coréen Jon Beom Won, qui a réalisé au total 384 kg. Les trois autres médailles d’or ont été obtenues par Sara Samir (76 kg) qui a décroché une médaille d’or en arraché en soulevant 108 kg et une autre en épaulé-jeté en soulevant 138 kg. Elle a également raflé une médaille d’or au total (246 kg). « C’était une compétition très facile pour moi. J’ai décroché l’or dès le premier essai. C’est mon deuxième titre de championne du monde. La première médaille avait été obtenue en Colombie en 2022. Grâce à cet exploit, j’ai grand espoir de valider ma qualification olympique », explique Sara Samir, après la cérémonie de remise des médailles.

Quant à la médaille de bronze, elle a été décrochée par l’haltérophile Mahmoud Hosny (96 kg) à l’épauléjeté en soulevant 209 kg. Neama Saïd, elle, s’est classée 4e en arraché en soulevant 110 kg, et 246 kg au total. Elle a obtenu une 5e place en épaulé-jeté en soulevant 136 kg. Halima Abdelazim a terminé à la 4e place avec un total de 272 kg.


A Riyad, Sara Samir a réalisé d’excellents résultats en décrochant 3 médailles d’or.

Bonne moisson

Selon les responsables de la Fédération égyptienne d’haltérophilie, la moisson de l’Egypte est bonne même si on attendait mieux. « Parmi les 3 dames qui ont pris part à la compétition, Sara Samir a raflé, à elle seule, trois médailles d’or. Karim Abokahla a décroché lui aussi deux médailles d’or. Les athlètes égyptiens ont donc fait part d’un très bon niveau dans ce tournoi qui regroupe les meilleurs du monde », assure Alaa Kamel, directeur technique de la sélection. Selon lui, Neama Saïd était l’une des favoris pour une médaille, mais elle a terminé à la 4e place. Saïd (21 ans) avait réalisé de multiples exploits en junior et en dames. Elle a décroché une médaille d’argent aux Jeux olympiques de la jeunesse (2018) et deux médailles aux Championnats du monde junior en 2022 en Grèce. Elle est championne d’Afrique depuis 2019. « La compétition était très dure dans sa catégorie de poids, surtout face à la Chine qui a terminé première et qui compte dans ses rangs la championne du monde Guifang Liao. Neama pourrait faire mieux à la Coupe du monde en Thaïlande, la troisième étape de qualification pour Paris 2024 », ajoute Alaa.

Les haltérophiles égyptiens étaient en stage intensif de préparation depuis le mois de juillet au Centre olympique de Maadi. L’exploit de Riyad vient après une série de bons résultats depuis 2021, l’année qui a vu le retour de la sélection à la compétition après une suspension de deux ans pour dopage. L’Egypte a été sanctionnée en 2019 pour dopage. Parmi ces bons résultats, on peut citer celui de Neama Saïd (20 ans), qui a raflé 2 médailles d’or aux Championnats du monde en Grèce en mai 2022. Sara Samir a également fait un fort comeback en raflant 3 médailles d’or aux Championnats du monde de Colombie en décembre 2022. Cette moisson vient redonner confiance à l’équipe d’haltérophilie, et c’est loin d’être fini. Les haltérophiles égyptiens seront à suivre à la Coupe du monde en Thaïlande, la troisième étape de qualification pour les JO de Paris.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique