Lundi, 17 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

La route pour Paris 2024 commence à Budapest

Mirande Youssef , Vendredi, 18 août 2023

L’Egypte dispute les Championnats du monde d’athlétisme du 19 au 27 août à Budapest. Les Pharaons ont la ferme intention d’obtenir leur ticket olympique pour Paris 2024.

La route pour Paris 2024 commence à Budapest
Ihab Abdelrahman et ses coéquipiers visent la qualification olympique.
2000 athlètes du monde venus de 200 pays disputent les Championnats du monde d’athlétisme qualificatifs pour les JO de Paris 2024 et qui se déroulent à Budapest du 19 au 27 août. Ils sont 4 hommes et 2 dames à défendre les couleurs du drapeau égyptien. Les hommes sont Ihab Abdel Rahman (javelot), Mostafa El-Gamal (marteau), Mohamed Magdy Hamza et Moustafa Amr (lancer de poids). Les dames sont Bassant Hemida (sprint 100 m, 200 m) et Esraa Eweiss (saut en hauteur).

Chez les hommes, les espoirs portent sur la star de la sélection, Ihab Abdel Rahman, qui a un palmarès riche en médailles en javelot aux niveaux africain, arabe et international. Son dernier exploit était une médaille d’or aux Jeux arabes d’Algérie en juillet qu’il a gagnée en réalisant un score de 80.50 m. Ihab Abdel Rahman est revenu sur la scène sportive en 2020 après avoir été suspendu pendant 4 ans pour dopage. En 2014, il a remporté une médaille d’argent aux Championnats d’Afrique et une 3e place à la Ligue des Diamants, ainsi qu’une première place à la Coupe continentale de Marrakech. En 2015, il a réalisé un record de 88,99 m et a remporté une médaille d’argent aux Championnats du monde à Pékin, ainsi qu’une médaille d’or aux Jeux africains de Brazzaville. Le deuxième favori pour une médaille est Moustafa Amr qui a réalisé une première pour l’athlétisme égyptien aux JO de Tokyo en se classant 8e dans le tableau final du lancer de poids. Il est médaillé de bronze aux Jeux africains de Rabat en 2019. Son dernier exploit est une médaille d’or aux Jeux arabes d’Algérie en juillet dernier. Mostafa El-Gamal est la troisième star en laquelle le staff technique a beaucoup d’espoir. Mostafa a été champion d’Afrique de 2015 à 2019. Il a réalisé une 23e place aux JO de Tokyo et une 7e place aux Mondiaux de Pékin en 2015.

L’équipe féminine compte beaucoup sur Bassant Hemida qui a réalisé une première pour l’athlétisme féminin égyptien en décrochant en 2022 l’or sur 100 et 200 m aux Jeux méditerranéens. Son dernier exploit était en mai dernier, lorsqu’elle a raflé 2 médailles, une d’argent et une de bronze en 100 et 200 m respectivement, au tournoi de la Fédération internationale d’athlétisme (Botswana Golden Grand Prix). « Bassant est très déterminée et elle veut remporter une médaille. Elle est talentueuse et possède des qualités exceptionnelles. Nous comptons sur elle pour réaliser un exploit. Sa qualification est assurée grâce à son classement mondial, et cette compétition est une chance pour qu’elle montre son niveau », déclare Hicham Aly, entraîneur technique de la sélection.

Mission difficile

La mission des athlètes égyptiens ne sera pas du tout facile vu la dureté de la compétition. La concurrence sera rude face aux grands pays de la discipline comme les Etats-Unis, la Russie, le Kenya et la Jamaïque. « Mais nous avons un double objectif : le premier est de rééditer l’exploit des Mondiaux de Pékin 2015, lors desquels Ihab Abdel Rahman avait décroché une médaille d’argent en javelot et Mostafa El-Gamal une 7e place en marteau. Le deuxième objectif est que nos athlètes réalisent le minimum qualificatif pour les JO de Paris », ajoute Hicham Aly.

Pour se préparer, les athlètes de l’équipe égyptienne s’entraînent durement. « L’équipe est actuellement en stage en France. Il s’agit de son troisième stage de préparation, puisqu’elle a fait deux autres stages, un en Afrique du Sud et un autre en République tchèque », conclut Hicham Aly.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique