Mardi, 28 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Les Pharaons, habitués de la CAN

Karim Farouk , Samedi, 24 juin 2023

Après sa victoire contre la Guinée 2-1, la sélection d’Egypte s’est qualifiée à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Il s’agira de sa 26e participation à cette compétition. Un record mais aussi un défi.

Les Pharaons, habitués de la CAN
Les Pharaons ont assuré la tête du groupe après leur victoire contre la Guinée. (Photo : Page facebook de la Fédération égypienne de football)

« Nos invités les plus fréquents sont là ». Comme la Confédération Africaine de Football (CAF) l’a annoncé, la sélection d’Egypte s’est qualifiée pour la 26e fois à la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui aura lieu en Côte d’Ivoire en janvier 2024. Un record absolu pour le septuple champion d’Afrique qui a assuré son billet à cette 34e édition sans même avoir besoin de jouer le dernier match de qualification contre l’Ethiopie en septembre prochain au Caire. Les Pharaons ont battu la Guinée de Naby Keita, leur principal rival du groupe, 2-1 à Marrakech le mercredi 14 juin, pour assurer la tête du groupe D avec 12 points en 5 matchs. Ce n’était peut-être pas leur plus beau match, mais Mahmoud Hassan « Trezeguet » et Moustapha Mohamad ont assuré l’essentiel contre un but de consolation de Serhou Guirassy. « Je félicite mes joueurs pour la victoire et leur effort aujourd’hui. C’était un match difficile en raison des circonstances qui l’ont précédé. Nous avions beaucoup d’absences et plusieurs joueurs fatigués ; c’est pour ceci qu’il a fallu utiliser certains joueurs pour la première fois. Nous n’avons pas bien abordé le match et avons concédé un but qui m’a beaucoup frustré car nous avons commis plusieurs erreurs de déplacement. Mais nous avons progressé vers la fin de la première période et combattu jusqu’à décrocher cette victoire importante », a dit le sélectionneur national Rui Vitoria, lors de la conférence de presse qui a suivi le match.

Le technicien portugais n’avait pas eu le temps de préparer son équipe en raison des nombreux engagements locaux et continentaux des clubs. Le groupe n’avait eu que trois séances d’entraînement seulement avant le match. Vitoria était privé de plusieurs atouts en raison de blessures, notamment le duo de la charnière défensive Ahmad Hégazi (Ittihad Djeddah, Arabie saoudite) et Mahmoud Hamdi (Zamalek), ainsi que les milieux Mohamad Al-Nenni (Arsenal, Angleterre), Tareq Hamed (Ittihad Djeddah, Arabie saoudite) et Emam Achour (FC Midjylland, Danemark). Outre le fait qu’il avait dans son groupe 9 joueurs d’Ahli qui venaient de remporter le titre de champion d’Afrique après un duel acharné contre le Wydad du Maroc à peine 3 jours auparavant.

Au niveau du onze de départ, Mohamad Abdel-Moneim et Ali Gabr ont débuté dans l’axe central et, à l’exception d’une erreur de décalage lors du but, ont bien contenu l’attaque de la Guinée, Mahmoud Hamada a maintenu sa place au milieu pour le deuxième match consécutif et Marwan Attia, révélation de la saison avec Ahli, a lancé sa carrière internationale.

La barre placée haut

Embauché en juillet dernier, Vitoria a réussi sa première mission et en style. Les Pharaons, sous la houlette de l’ancien entraîneur Ihab Galal, avaient mal débuté leur parcours avec une petite victoire non convaincante contre la Guinée, 1-0 au Caire, et une déconfiture historique face à l’Ethiopie (2-0) à Addis-Abeba. Le changement est arrivé et Vitoria a redressé la barre en enchaînant une série de 6 victoires consécutives, dont 3 dans les qualifications, pour assurer une place dans la CAN 2023 et vivre une lune de miel en Egypte. « Bien que j’admette que Galal était passé par de circonstances très difficiles, il est clair que Vitoria a pu faire la différence. L’équipe semble maintenant plus organisée et plus confiante. Il est important de gagner même si tu ne joues pas bien, comme c’était le cas aujourd’hui, car cela augmente la confiance et c’est ce qui caractérise les grandes équipes. Je ne peux pas dire que c’est le niveau qui peut nous faire rêver mais le groupe évolue. Maintenant, nous devrons faire nos preuves car la sélection d’Egypte est toujours parmi les favoris pour le titre. Nous avons atteint la finale dans deux des trois dernières éditions (2017 et 2021), et donc tout autre résultat moindre que la demi-finale sera perçu comme un échec », a dit Haitham Farouq, ancien défenseur. Vitoria a encore six mois pour préparer sa CAN, développer ses méthodes et tester de nouvelles figures. Son dernier match officiel sera contre l’Ethiopie en septembre et, après que la qualification est assurée, il est sans enjeu sauf d’un petit air de revanche de la défaite de l’an dernier.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique