Jeudi, 25 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Abdelmoneim El-Husseiny : Notre objectif est une médaille olympique à Paris en 2024

Doaa Badr , Samedi, 11 mars 2023

Abdelmoneim El-Husseiny, président de la Fédération égyptienne d’escrime, revient sur l’organisation par l’Egypte de la Coupe du monde de fleuret et la performance des Pharaons dans cette compétition.

Abdelmoneim El-Husseiny

Al-Ahram Hebdo : Comment jugez-vous l’organisation par l’Egypte de la Coupe du monde de fleuret qui s’est achevée le 26 février à la Nouvelle Capitale administrative ?

Abdelmoneim El-Husseiny : L’organisation de la Coupe du monde de fleuret hommes et dames (en individuel et par équipe) à la Nouvelle Capitale administrative était excellente. Et ce, malgré quelques erreurs humaines que nous nous efforcerons d’éviter dans les prochains tournois. Nous étions habitués à organiser les tournois précédents dans la salle couverte du Stade du Caire, c’est la première fois que nous organisions la Coupe du monde à la Capitale administrative, et l’expérience était excellente. Toutes les délégations étaient très contentes des salles couvertes et des équipements. De plus, nous avions pour la première fois une salle privée pour l’escrime. Je remercie le gouvernement égyptien pour le grand soutien et je suis heureux que ce tournoi ait été organisé ici dans la Capitale administrative. J’ai parlé avec le Dr Ashraf Sobhy, ministre de la Jeunesse et du Sport, et il m’a demandé d’organiser des tournois à différents endroits au cours de la période à venir, comme la salle Hassan Moustapha au 6 Octobre et Borg Al- Arab à Alexandrie, ce que nous allons faire.

— Comment jugez-vous les résultats des Egyptiens à la Coupe du monde de fleuret ?

— En individuel, la performance de Alaa Aboulkassem était satisfaisante, même si j’espérais une médaille et il en était très proche, mais il a perdu difficilement en quarts de finale contre le champion du monde, le Français Enzo Lefort 13-15 et a obtenu la 6e place. A 32 ans, Aboulkassem est revenu en force au début de la saison en remportant une médaille de bronze à la Coupe du monde au Japon en décembre dernier. En revanche, la performance de Mohamed Hamza a été très mauvaise, son niveau a connu un grand recul durant les matchs joués à domicile en présence de sa famille. En compétition par équipe, l’effectif égyptien, composé de Alaa Aboulkassem, Mohamed Hamza, Mohamed Hassan et Abdelrahman Tolba, s’est classé 7e, ce n’était pas la performance recherchée. Nous avons perdu contre le Japon en quarts de finale, mais la performance n’était pas bonne. Nous avons perdu dans les tournois précédents contre le Japon, mais avec difficulté et par une différence d’un ou de deux points. Cette fois, nous n’avons pas réalisé la performance requise, et je n’ai pas vu l’enthousiasme dans la performance des athlètes. Chez les dames, nous savons que leur niveau est très loin du niveau mondial, et donc nous travaillons avec elles pour décrocher les Championnats d’Afrique.

— Etes-vous satisfait de ces résultats ?

 — Je ne me soucie pas autant du résultat que du fait de voir les escrimeurs se battre pour la victoire, jouer avec un esprit et une concentration élevés et apprendre de leurs erreurs. La performance est beaucoup plus importante que les médailles. Durant cette Coupe du monde, j’ai été ravi vu l’excellente performance du jeune fleuriste de 16 ans, Abdelrahman Tolba, champion d’Afrique junior et vainqueur des Jeux de la Méditerranée. Il représente la nouvelle génération du fleuret. Nous le préparons aux prochains Jeux Olympiques (JO) de Paris 2024, ainsi qu’aux Championnats du monde juniors et seniors. Aux JO de Los Angeles en 2028, il représentera une grande chance de médaille olympique.

— Comment évaluez-vous le début de cette saison ?

 — L’escrime égyptienne a bien débuté l’année 2023. Au mois de janvier seulement, nous avons remporté 28 médailles au total, dont 16 d’or, 6 d’argent et 6 de bronze. Ces médailles ont été obtenues en Coupe du monde, en Grand Prix, aux Championnats arabes en compétitions juniors et seniors dans les 3 armes (fleuret, épée, sabre). Après cet excellent début, les jeunes escrimeurs ont continué leur élan en remportant les Championnats d’Afrique juniors avec 38 médailles, dont 16 d’or, 9 d’argent et 13 de bronze. La saison est encore très longue, nos escrimeurs doivent disputer plusieurs tournois internationaux comptant pour le classement mondial comme les Coupes du monde, les Grands Prix, les Championnats du monde juniors, les Championnats d’Afrique et les Championnats du monde seniors.

 — La hausse du dollar n’a-t-elle pas affecté la préparation des escrimeurs à l’étranger ?

— Nous avons mis en place un programme de préparation à long terme. Ce programme compte un bon nombre de tournois, afin d’améliorer le classement mondial de nos athlètes et d’améliorer leur niveau. Nous nous concentrons sur l’équipe olympique qui se prépare pour les JO de Paris 2024. Il faut savoir que le ministère de la Jeunesse et du Sport nous subventionne et nous avons un budget pour les grandes compétitions. En plus, la Fédération égyptienne d’escrime possède plusieurs sponsors. Et nous bénéficions du fait que nous organisons des compétitions internationales en Egypte. Cette saison, nous voulons améliorer les classements mondiaux de nos athlètes olympiques, afin de qualifier le maximum d’athlètes aux JO. Mais il faut savoir que notre but principal est une médaille olympique à Paris en 2024.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique