Samedi, 22 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Pas de miracle pour le Qatar, dominé par l’Equateur

Mercredi, 23 novembre 2022

Le Qatar est devenu le premier pays hôte de la Coupe du monde à s’incliner dès son entrée en lice, vaincu (2-0), dimanche, par l’Equateur grâce au doublé de l’intenable Enner Valencia.

Pas de miracle pour le Qatar, dominé par l’Equateur
(Photo : AP)

La planète football s’interrogeait sur le niveau d’Al-Annabi, vedette de l’équipe qatarie, qui s’est préparé avec son équipe quasiment à huis clos pendant 6 mois pour réussir leur grand début au sein de la compétition mondiale. Tout le monde a pu voir que le champion du Qatar, peut-être tétanisé par l’enjeu, ne faisait pas le poids. Pour sa 4e participation au Mondial, l’Equateur s’est empressé de saisir cette occasion. Après un but refusé pour un hors-jeu qui devrait faire jaser (3e), les jaunes ont rapidement trouvé l’ouverture (16e) et (31e) dans le spectaculaire stade Al-Bayt dont l’architecture rappelle les tentes bédouines. Déjà en forme avec Fenerbahçe, Enner Valencia a provoqué et transformé un penalty, puis a creusé l’écart d’une tête puissante. Le buteur aux 75 sélections compte désormais 37 buts en compétition, dont 5 durant la Coupe du monde. Sur son banc, le sélectionneur qatari Félix Sanchez Bas, formé à l’école barcelonaise, semblait consterné. Tout comme la majorité des 67372 spectateurs, acquise à la cause du pays hôte, l’entraîneur a été bien plus refroidi par ce scénario catastrophique que par la puissance de la climatisation des tribunes, qui fait pourtant polémique en Europe. « Nous n’avons pas joué à notre meilleur niveau. C’était peut-être de la nervosité », a relevé l’entraîneur espagnol, estimant que ses hommes ont cependant « un grand potentiel d’amélioration ». Le coup d’envoi du match inaugural a été donné après la cérémonie d’ouverture à laquelle a pris part l’acteur américain Morgan Freeman sous les yeux de l’émir Tamim bin Hamad Al Thani et de son père, Hamad bin Khalifa Al Thani, et du président égyptien Abdel-Fattah Al-Sissi. Gianni Infantino, président de la FIFA, a pris place dans la tribune d’honneur entre l’émir Al Thani et le prince héritier de l’Arabie saoudite, Mohammed bin Salmane. Les présidents turc Recep Tayyip Erdogan, palestinien Mahmoud Abbas, algérien Abdelmadjid Tebboune, rwandais Paul Kagame et libérien, l’ancien footballeur George Weah, étaient également présents.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique