Samedi, 13 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Dina Meshref, une histoire de réussite

Marianne Youssef, Mardi, 27 avril 2021

Dina Meshref, 27 ans, la première pongiste égyptienne à évoluer dans un club allemand (Langstadt) et à atteindre le top 32 mondial, vient de signer pour le club français de Metz pour deux saisons. Portrait.

Dina Meshref, une histoire de réussite
La pongiste Dina Meshref poursuit son parcours vers le professionnalisme.

« Une nouvelle recrue arrive à Metz. Il s’agit de l’Egyptienne Dina Meshref, qui défendra les couleurs de Metz la saison pro­chaine. Classée à la 35e place mondiale, c’est une fille qui a de l’expérience sur la scène internationale, elle a participé à deux JO avant Tokyo. C’est la référence du tennis de table en Afrique ». C’est avec ces mots que le club de Metz a officialisé l’arrivée de la star égyptienne Dina Meshref dans ses rangs. La jeune pongiste a livré ses impressions : « Je suis très impatiente et heureuse à l’idée de rejoindre le club de Metz de tennis de table. J’ai hâte de concourir et de me battre avec ma nouvelle équipe ! », dit-elle avec fierté.

Après son intégration au club allemand de Langstadt en 2020, Dina a mené son club à occuper la première place à la Ligue alle­mande (Bundesliga). « C’est un plaisir pour moi que je sois la première pongiste égyp­tienne à évoluer à l’étranger. Dans ce club allemand, les conditions de jeu et les moyens mis à la disposition des pongistes sont énormes. J’ai rencontré l’élite mondiale et j’ai attiré vers moi de nombreux regards. Les responsables du club français de Metz me suivaient et ils m’ont contactée. Je rêvais de jouer dans le Championnat français, qui est le meilleur Championnat européen, et de parti­ciper à la Coupe d’Europe. J’ai saisi l’oppor­tunité », note Dina, en ajoutant que le club français de Metz vit pour le moment une sai­son parfaite sur le plan sportif malgré la crise sanitaire.

Dina viendra au club de Metz avec un énorme palmarès et une grosse expérience. Deux fois championne d’Afrique, médaillée d’or à 3 reprises dans sa carrière lors des Jeux panarabes en 2011 puis aux Jeux méditerranéens en 2018 et aux Jeux africains de 2019, et qualifiée pour les JO de Tokyo 2021.

Intégrer l’élite mondiale

Dina a réalisé une prouesse en grimpant les échelons du classement mondial pour devenir la première pongiste égyptienne à figurer au sein de l’élite mondiale de la discipline. En 2017, Meshref a pu en une seule année passer de la 92e place à la 40e place en 2018 et à la 35e actuelle­ment. « J’ai pu atteindre ce classement grâce au nouveau système mis en place à partir de 2017 par la Fédération Internationale de Tennis de Table (FITT), selon lequel les pongistes récol­tent des points à travers les meilleures perfor­mances réalisées lors des 8 tournois internatio­naux disputés durant la saison. En vertu de ce nouveau système, j’ai pu collecter un bon nombre de points. Je dois tout mon succès à mon père Alaa Meshref, ex-président de la Fédération égyptienne de tennis de table, qui a assumé tous les frais de mes stages et tournois », explique Dina.

Un long chemin a été parcouru par cette jeune pongiste depuis sa première raquette. C’était à l’âge de 7 ans au club Ahli que Dina a com­mencé à pratiquer le tennis classique. Son père étant un ancien entraîneur de tennis de table, elle l’accompagnait pendant l’entraînement. « C’est à ce moment-là que j’ai commencé à avoir une passion pour le tennis de table. J’ai décidé de quitter le tennis », raconte Dina. A 15 ans, elle commence à retenir l’attention lors de sa pre­mière participation africaine, car malgré son jeune âge, elle remporte une médaille d’or aux Championnats d’Afrique juniors. En 2015, elle réalise un autre exploit en remportant la médaille d’or aux Jeux africains. « Grâce à cette médaille d’or, j’ai pu me qualifier pour les JO de Rio 2016. C’était ma deuxième participation aux JO, car j’avais déjà participé aux JO de Londres 2012 », assure Dina. En 2015, cette jeune pon­giste commence son parcours avec le profes­sionnalisme en évoluant dans un club turc pen­dant la saison 2015-2016. « La chance d’évoluer dans ce club m’a aidée à atteindre un statut professionnel car j’ai disputé des matchs du Championnat turc. Cette chance m’a aidée à améliorer mon style offensif qui était l’un de mes points faibles. J’ai pu accélérer aussi mon rythme de jeu et mon service », explique-t-elle.

Voulant à tout prix poursuivre son parcours vers le professionnalisme, Dina a accepté une offre d’intégrer les rangs d’un club suédois pour les saisons 2018-2019 qui était un vrai renfort pour elle. En 2020, elle a intégré le club alle­mand de Langstadt où elle a eu la chance de côtoyer des légendes de la discipline et de parti­ciper à la Ligue allemande (Bundesliga).

Actuellement, Dina a les yeux braqués sur les prochains JO. En fait, l’Egypte a composté son billet olympique en équipe, mais elle l’a raté en individuel. « J’ai assuré ma qualification en équipe aux Jeux africains au Maroc où mon équipe avait remporté la médaille d’or. J’ai un important défi qui est celui d’obtenir une médaille olympique à Tokyo et de réaliser de bonnes performances dans mon nouveau club », conclut-elle.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique