Mercredi, 24 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Sherif El Eryan : L’Egypte ne possède pas encore de fédérations pour ces disciplines, il faut changer cela le plus vite possible

Doaa Badr, Mercredi, 06 janvier 2021

3 questions à Sherif El Eryan, secrétaire général du Comité olympique égyptien.

Sherif El Eryan

Al-Ahram Hebdo : Comment jugez-vous l’entrée de ces quatre nouvelles disciplines olympiques ?

Sherif El Eryan : Ces sports ne sont pas nouveaux. Ils ont été présents lors des Jeux olympiques de la jeunesse en 2018 à Buenos Aires. Lors de ces jeux, j’avais assisté aux compétitions de breakdance et de skateboard pour savoir pourquoi ces disciplines sont en train de devenir olympiques. J’ai été très étonné par la présence d’un très grand nombre de spectateurs qui encourageaient les athlètes avec beaucoup d’émotions. En effet, j’ai beaucoup aimé ces sports.

— Pourquoi le COI a-t-il approuvé la présence de ces sports aux JO, tandis qu’il a refusé la présence du squash par exemple ?

J’ai déjà posé cette question au COI. Il donne aujourd’hui une grande importance à la popularité du sport, ainsi qu'au public qui assiste à la compétition et qui suit l’événement en général. D’un côté, le CIO a effectué un sondage pour connaître quels sont les sports aimés et préférés par les jeunes, et ces quatre disciplines ont été au top du sondage. D’un autre côté, le squash est un sport qui n’est pas présent dans beaucoup de pays. Les vainqueurs des Championnats du monde viennent d’un petit nombre de pays. Les meilleurs athlètes au monde font partie d’un petit nombre de pays qui dominent cette discipline. De plus, trois quarts des meilleurs athlètes au classement mondial du squash viennent d’un seul pays, à savoir l’Egypte.

— Ces 4 nouveaux sports sont-ils pratiqués en Egypte ?

— Il existe des jeunes qui pratiquent ces sports, mais ce sont tous des amateurs, puisque l’Egypte ne possède pas encore de fédérations nationales pour ces disciplines. Il faut changer cette donne le plus vite possible pour que l’Egypte ne prenne pas beaucoup de retard par rapport aux autres nations du monde. J’espère que les pratiquants de ces nouveaux sports olympiques en Egypte commenceront à se fédérer ou bien à adhérer à des fédérations existantes.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique