Lundi, 26 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Victoire sans éclat pour les Pharaons

Mohamad Mosselhi, Mercredi, 18 novembre 2020

La sélection nationale a battu le Togo 1-0 samedi au Stade du Caire lors des qualifications de la CAN 2021. Malgré cette victoire, les Pharaons n’ont pas convaincu. Explications.

Victoire sans éclat pour les Pharaons
Moustapha Mohamad a réalisé une performance satisfaisante dans sa première apparition avec les Pharaons.(Photo : Reuters)

La sélection nationale a réalisé sa première victoire dans les qualifications de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), au Cameroun 2021, en battant samedi son homologue togolaise 1-0 au Stade du Caire.

Grâce à cette victoire, les Pharaons occupent la 2e place du groupe G avec 5 points, derrière les Comores qui s’installent à la tête du groupe avec 8 points après sa vic­toire 2 à 1 contre le Kenya à domi­cile dimanche.

La sélection nationale a affronté les Togolais pour le match retour mardi (résultat non communiqué). Malgré la victoire importante contre le Togo, les Pharaons n’ont pas convaincu dans cette rencontre, théoriquement facile.

La performance des Pharaons a été médiocre. Ils n’ont pas réussi à menacer les Togolais, lanterne rouge du groupe, qu’à de rares occasions. C’est le défenseur de Zamalek, Mahmoud Hamdi dit Al-Wench qui a marqué le but de la victoire, 7 minutes après la pause, offrant aux Pharaons 3 points précieux. « Il est clair que la performance des Pharaons n’a pas été au top contre le Togo, mais nous avons réalisé l’es­sentiel et remporté la victoire. La victoire est la seule chose qui compte », a déclaré Hossam Al-Badri, directeur technique de la sélection après la rencontre.

Le défenseur d’Ittihad Djeddah et de la sélection, Ahmad Hégazi, est du même avis. Selon lui, la victoire est satisfaisante si l’on considère le grand nombre de modifications qui ont eu lieu au sein de la sélection. « Plusieurs nouveaux joueurs étaient présents contre le Togo. Vu qu’on n’a pas eu l’occasion de se regrouper avant ce match à cause du coronavi­rus, il est normal que la performance de l’équipe ne soit pas au top. Pour moi, l’important était de gagner pour relancer nos chances dans le groupe », affirme Hégazi, 59 sélec­tions avec l’équipe nationale.

En effet, plusieurs nouveaux joueurs ont participé au match contre le Togo, tels le latéral gauche de la sélection olympique, Ahmad Aboul-Fotouh, l’attaquant de la même sélection, Moustapha Mohamad, le brillant ailier de Zamalek, Ahmad Sayed dit Zizo, ainsi que son coéqui­pier le défenseur, Mahmoud Hamdi, et enfin le latéral droit d’Ahli Mohamad Hani. Ces 5 joueurs, presque la moitié de l’équipe, ne possédaient pas encore l’expérience nécessaire pour s’exprimer au niveau international.

Trézéguet, des efforts, mais ...

L’absence inattendue de la star de Liverpool et de la sélection nationale, Mohamad Salah, a eu aussi un impact sur la performance de l’équipe, sur­tout au niveau offensif. Privé de sa star, la sélection a beaucoup souffert contre la défense togolaise. La pre­mière mi-temps n’a témoigné que d’une seule occasion lorsqu’un coup de tête de Moustapha Mohamad a heurté le poteau. Il était très difficile pour le milieu de Zamalek, Ahmad Sayed, qui n’en était qu’à sa troi­sième apparition internationale, de combler le vide laissé par une star de poids tel Mohamad Salah.

En l’absence de Salah, l’ailier de la formation anglaise d’Aston Villa, Mahmoud Hassan dit Trézéguet, a assumé la responsabilité de l’attaque égyptienne contre le Togo. Malgré les efforts de Trézéguet, surtout sur le flanc gauche, la différence était claire entre les deux joueurs. « Nous avons été affectés par l’absence de Salah. Salah est un joueur qui donne beaucoup de poids à son équipe », indique Hossam Al-Badri, sélection­neur des Pharaons. La performance et les résultats de la sélection ne sont pas au top sous le commandement de Hossam Al-Badri. Mais il faut reconnaître que la sélection a fait face à des circonstances exception­nelles.

Depuis son arrivée à la tête du cadre technique, Al-Badri n’a pas eu le temps de regrouper ses joueurs ou de bien les préparer. Il a dû annuler le regroupement d’octobre dernier afin de donner l’occasion à la Fédération égyptienne de football de compléter la saison. De même, les joueurs, dont la majorité évolue en Egypte, sont épuisés à cause des nombreux matchs joués, que ce soit au championnat ou dans les compé­titions africaines interclubs.

Par ailleurs, Al-Badri a été privé de Mohamad Salah qui n’a pas par­ticipé aux quatre rencontres dispu­tées par les Pharaons sous la direc­tion du nouveau sélectionneur. Mohamad Salah, avec ses grandes capacités, aurait résolu plusieurs problèmes techniques pour l’entraî­neur. Malgré cette performance qui laisse à désirer, les Pharaons possè­dent une grande chance de décro­cher l’un des deux billets qualifica­tifs du groupe pour la CAN sans compter le résultat de la rencontre de mardi. Ils sont priés de remporter les deux prochaines rencontres dans les qualifications contre le Kenya et les Comores en mars prochain pour décrocher une place à la CAN au Cameroun. Une mission qui n’est pas hors de portée du septuple champion d’Afrique.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique