Jeudi, 25 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Les taekwondoïstes se préparent aux grandes competitions

Doaa Badr, Mercredi, 11 novembre 2020

La sélection nationale de taekwondo a entamé un stage de préparation au Centre olympique de Maadi en respectant les gestes barrières anti-coronavirus. Objectif : préparer les Mondiaux de taekwondo prévus le 15 novembre, et les JO pré­vus en 2021.

Les taekwondoïstes se préparent aux grandes compétitions
Seif Eissa et ses coéquipiers s'entraînent dur au Centre olympique.

Kyorugi, para-taekwondo et poomsae, les 3 sélec­tions nationales de taekwondo se trouvent dans un camp de préparation au Centre olympique de Maadi avec plusieurs objectifs. Mais le but com­mun est que tous les athlètes s’entraî­nent avec des précautions sanitaires strictes.

« Le conseil d’administration de la Fédération égyptienne a pris toutes les dispositions nécessaires afin de protéger la santé de nos athlètes. Nous avons constitué un comité médical présidé par Hassan Kamal, président du comité médical au Comité olympique égyptien », affirme Amr Selim, président de la Fédération égyptienne de taekwondo.

La sélection de poomsae est la seule qui se prépare pour une proche compétition. Les athlètes égyptiens sont réunis au camp pour se préparer pour les Championnats du monde de poomsae online (ndlr : chaque athlète effectue les mouvements de poomsae et les envoie en vidéo à la Fédération mondiale).

Compte tenu de la pandémie du Covid-19, la Fédération mondiale de taekwondo a décidé d’organiser les premiers poomsae mondiaux online.

Les sélections de kyorugi et para-taekwondo se préparent pour les Jeux Olympiques (JO) de Tokyo qui ont été relégués à l’été 2021. « Nous sommes chanceux car nous avons décroché nos tickets olympiques juste avant l’arrêt des activités spor­tives suite à la pandémie du Covid-19. Ainsi, nous disposons de tout le temps pour bien préparer les JO », souligne Selim. Le taekwondo égyp­tien s’est qualifié pour les JO de Tokyo lors des éliminatoires afri­caines qualificatives pour les JO qui se sont déroulées en février dernier au Maroc. En kyorugi, l’Egypte s’est qualifiée avec 4 athlètes (2 hommes et 2 dames), soit le quota maximum pour un pays africain. Les 4 taekwon­doïstes sont Abdelrahman Wael (-68 kg), Seif Eissa (-80 kg), Nour Hussein (-49 kg) et Hedaya Malak (-67 kg). De plus, 2 athlètes se sont qualifiés en para-taekwondo, l’épreuve qui fait sa première appari­tion aux Jeux paralympiques de Tokyo. Ce sont Salma Aly (-46 kg) et Mohamed Elzayat (-61 kg).

Ainsi, avec la clôture des activités sportives et l’annulation des tournois internationaux par la Fédération mondiale, le comité technique de la Fédération égyptienne a décidé d’or­ganiser un long stage de préparation au Centre olympique de Maadi pour les 4 athlètes olympiques avec 5 autres athlètes (Rami Eissa, Omar Ghoneim, Habiba Essam, Maissoun Ehab et Rawan Refaei). Ces taekwon­doïstes sont les remplaçants des 4 olympiques. « Comme nous n’avons pas de compétitions à disputer, nous avons effectué ce stage en présence d’autres sportifs afin d’offrir à nos athlètes olympiques un entraînement d’un bon niveau tout en disputant des matchs amicaux avec leurs coéqui­piers », dit Mohamed Mounir, vice-président du comité technique.

Ainsi, sous la houlette du directeur technique, Roberto Garcia, et des entraîneurs Usama Sayed et Mohamed Magdi, les taekwon­doïstes égyptiens s’entraînent 2 fois par jour au Centre olympique. Au début, l’entraînement était orienté vers l’amélioration de l’état phy­sique des athlètes négativement influencé par l’arrêt de la compéti­tion. Grâce à cette remise à niveau conduite par l’entraîneur physique Amr Saad, les Egyptiens ont très vite retrouvé leur condition physique et l’encadrement technique a commen­cé la préparation spécialisée. « Comme le taekwondo est un sport de combat, il était très important d’organiser des matchs. Par consé­quent, nous avons organisé des ren­contres amicales avec les sportifs des différents clubs. Nous continue­rons la préparation en Egypte en attendant l’organisation des tour­nois internationaux », explique Selim, avant d’ajouter : « La sélec­tion paralympique conduite par Hani Aly s’entraîne avec l’équipe nationale pour plus de bénéfices ».

Les Mondiaux de poomsae

S’agissant de la sélection nationale de poomsae conduite par Wessam Elghamri, les athlètes s’entraînent d’arrache-pied pour les Championnats du monde de poomsae online qui commenceront le 15 novembre pro­chain. Sept taekwondoïstes représen­teront l’Egypte aux Mondiaux dont Aly Badr (-30 ans hommes), Sara Zayed (-30 ans dames), Emad Shaaban (-50 ans hommes), Heba Nadim (-50 ans dames), Yehia Abdelhamed (-60 ans hommes), Mohamed Adel (Freestyle hommes) et Jana Hamed (Freestyle dames). Afin de choisir ces représentants, la Fédération égyptienne a organisé, il y a deux semaines, des éliminatoires pour sélectionner ceux qui représen­teront l’Egypte aux Mondiaux. Mais cette équipe se trouve au camp depuis le mois dernier et elle a disputé les Championnats arabes online où l’Egypte a acquis la première place. Désormais, la préparation est inten­sive pour les Mondiaux. « Selon le système de ces Mondiaux qui auront lieu online pour la première fois, les tout premiers seront enregistrés et présentés à la Fédération mondiale, puis ceux qui seront qualifiés pour la finale, qui regroupe les 8 meilleurs de chaque catégorie, vont jouer online », déclare Wessam Elghamri, directeur technique de la sélection poomsae.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique