Mardi, 23 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Roberto Garcia : Nous avons beaucoup travaillé afin de rattraper le retard de 5 mois d’arrêt

Doaa Badr, Mercredi, 28 octobre 2020

L'Espagnol Roberto Garcia, directeur tech­nique de la sélection nationale de handball, parle de la préparation de l’équipe pour le Championnat du monde qui aura lieu en janvier 2021 en Egypte, tout en évoquant la chance de l’Egypte. Entretien.

Roberto Garcia

Al-Ahram Hebdo : Comment se déroule la préparation pour le Championnat du monde de handball ?

Roberto Garcia : Il faut savoir que les joueurs ont arrêté la compétition pendant une longue période durant la suspension des activités sportives en raison de la pandémie de Covid-19. Par conséquent, nous avons perdu 5 mois de préparation, ce qui a affecté l’état physique des joueurs. Le sport est au centre de nos vies, nous étions en préparation pour les Jeux Olympiques (JO) et le Mondial, mais le Covid-19 a bouleversé tous nos programmes. Tout était perdu, ce qui a fortement affecté le moral des spor­tifs. Nous avons beaucoup travaillé, afin de rattraper ce retard. De retour sur les terrains, les handballeurs égyp­tiens ont recommencé l’entraînement dans leurs clubs respectifs durant le mois de juillet avant d’intégrer la pre­mière sélection. En août dernier nous avons réalisé un camp à Hurghada, puis un camp au Caire avant de retourner une nouvelle fois à Hurghada. Après le début du Championnat national, l’équipe égyp­tienne se retrouve hebdomadairement. Actuellement, nous nous trouvons dans un camp ouvert au club Héliopolis d’Al-Chorouq.

— Planifiez-vous des camps à l’étranger ou des tournois interna­tionaux ?

— Compte tenu de la pandémie de Covid-19, les choses ne sont pas claires et nous n’avons pas reçu d’in­vitation pour un entraînement à l’étranger, mais il est prévu d’effec­tuer des stages à l’étranger, des matchs amicaux et un tournoi amical. La Fédération égyptienne de handball est en contact avec plusieurs fédérations nationales afin de planifier des séjours à l’étranger et des matchs amicaux, ce qui est très important pour l’équipe égyptienne dont les joueurs ont besoin de disputer des matchs officiels avant le Championnat du monde. Mais il faut savoir que c’est une mission très difficile à accomplir. Nous espérons disputer un grand nombre de matchs, mais la situation reste problématique. On avisera dans les mois à venir.

— Actuellement, l’équipe natio­nale est composée d’un mélange de jeunes joueurs avec d’autres plus expérimentés. Comment ce mélange s’harmonise-t-il ?

Roberto Garcia

— Le rajeunissement de la sélection égyptienne était une étape très impor­tante et j’ai commencé ce travail avant le Championnat d’Afrique des nations, dont l’Egypte avait décroché le titre à la fin de l’année 2019. J’ai dit aux joueurs que nous étions une équipe où l’âge des handballeurs importe peu. Ce mélange de joueurs a beaucoup aidé l’équipe. Les jeunes joueurs se sont intégrés facilement à l’équipe, ils ont acquis de l’expé­rience au contact des joueurs plus anciens. Ils compensent leur inexpé­rience par leur excellente forme phy­sique au sein de l’ensemble. Le plus important c’est que tous les handbal­leurs soient dotés de détermination et d’une volonté de défi. Ce sont des joueurs humbles qui travaillent ensemble à la gloire de l’Egypte.

— Durant le tirage au sort qui a eu lieu en septembre dernier au pied des pyramides, l’Egypte, en qualité de pays organisateur, avait choisi le groupe G. Pourquoi ?

— Après une courte discussion avec les responsables égyptiens, nous avons choisi le groupe G aux côtés de la Suède, la République tchèque et le représentant de l’Amérique du Sud et Centrale dont la composition sera annoncée à une date ultérieure. Il faut savoir que c’était une décision très difficile. Nous avons constaté que c’est le Mondial le plus compliqué de tous les temps avec la présence lors de cette édition de 32 équipes au lieu de 24, réparties sur 8 groupes. Donc, nous avons choisi les équipes étran­gères qui nous sont un peu connues tout en prenant en considération le second tour durant lequel nous devrons affronter les équipes du groupe H (Slovénie, Autriche, France, représentant de l’Amérique du Nord et Caraïbes). Les trois premiers de ces deux groupes seront qualifiés pour le tour principal pour jouer dans un seul groupe.

— Comment jugez-vous les équipes du groupe de l’Egypte ?

— La tête de ce groupe c’est la Suède, 4 fois champion du monde, mais son dernier titre mondial remonte à l’année 1999 décroché en Egypte. La Suède est une équipe très connue, nous avons disputé beaucoup de matchs contre les Suédois et nous connaissons bien leur jeu, tout comme l’équipe tchèque dont l’unique gloire remonte à 1967 lorsqu’elle avait rem­porté le titre de champion du monde. Pour la dernière équipe, nous pour­rons retrouver des informations concernant son style de jeu. Toutes ces sélections sont connues et nous nous préparons en conséquence.

— Etes-vous optimiste pour le Mondial qui se joue chez nous ?

— Je ne suis ni optimiste ni pessi­miste, je travaille d’arrache-pied avec les joueurs, j’ai planifié un pro­gramme de préparation basé sur plu­sieurs axes dont l’amélioration de l’état physique et l’application de quelques nouvelles techniques, tout en étudiant bien nos rivaux du groupe. Notre but est d’arriver fin prêts au Championnat du monde et d’être parés à toutes les situations.

Le système du Championnat du monde de handball

La 27e édition du Championnat du monde de handball aura lieu du 13 au 31 janvier 2021 en Egypte. L’Egypte va organiser les rencontres dans 4 salles : au Stade du Caire, à la salle de la Nouvelle Capitale administrative, au 6 Octobre et à Borg Al-Arab.

La version « Egypte 2021 » va témoigner de plu­sieurs innovations, notamment l’élargissement de la phase finale à 32 équipes au lieu de 24, ce qui a entraîné le changement du format de la compétition. Les participants ont été répartis sur 8 groupes et les trois premiers de chaque groupe se qualifieront pour le Tour Principal, alors que les dernières équipes joueront dans la Coupe du Président. Les 24 équipes du Tour Principal seront réparties en quatre groupes et les deux premières équipes de chaque groupe se qualifieront pour la phase finale qui comprendra les quarts de finale, les demi-finales et la finale.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique