Mardi, 21 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Natation artistique : L’Egypte ira aux JO

Doaa Badr, Mardi, 30 juillet 2019

Les nageuses de l'équipe égyptienne de natation artistique ont réalisé leur objectif aux Mondiaux de la FINA,en se qualifiant pour les Jeux olympiques 2020 de Tokyo.

Natation artistique : L’Egypte ira aux JO

C’est en portant des maillots de couleurs vives, les cheveux en chignon et le maquillage en harmonie avec les couleurs du maillot que les nageuses de l’équipe égyptienne de natation artistique sont entrées dans la piscine pour effectuer leur pro­gramme aux Championnats du monde de la Fédération interna­tionale de natation (FINA), qui se sont déroulés du 12 au 28 juillet à Gwangju, en Corée du Sud.

Loin derrière les favorites pour le podium mondial, les Egyptiennes avaient un autre objectif. « En Corée du Sud, nous avons réalisé notre objectif principal en nous qualifiant pour les Jeux Olympiques (JO) de Tokyo 2020. Trois pays africains seule­ment pratiquent la natation artistique, soit l’Egypte, l’Afrique du Sud et l’Algérie, et cette dernière n’a pas participé aux Mondiaux. C’est pourquoi la qualification olympique pour l’Afrique s’effectue par le biais des Mondiaux », affirme Imane Arram, team leader de la sélection égyptienne.

Mission accomplie, donc. En prenant la première place africaine, l’Egypte s’est quali­fiée officiellement pour les JO en duo et en équipe (technique et libre). En équipe libre, l’Egypte s’est classée à la 17e place, avec 77,8 points, loin devant son rival africain l'Afrique du Sud (26e) et même des équipes de renom telles que la Hongrie (19e). En équipe technique, elle a terminé 16e, avec 76,8 points, d'entre 23 équipes.

En duo libre, les 2 Egyptiennes se sont classées à la 27e place, avec 76,2 points, et en duo technique, elles ont occupé la 28e place avec 76,0 points. « Il est à noter que les filles ont dansé ce programme pour la première fois aux Mondiaux. Elles n’ont disputé aucune compétition avant les Mondiaux, faute de temps », souligne Arram.

Le comité technique de natation artistique, présidé par Amina Mandour, a commencé la sélection de cette équipe en février dernier. Après des éliminatoires nationales, l’encadrement tech­nique a choisi les meilleures 15 filles et en mai, 11 filles ont été choisies pour l’effectif égyptien. « Les entraîneuses de l’équipe égyptienne, Anistasya Chepack et Nour Al-Afandi, ont créé le programme, et après plusieurs évaluations par le Comité tech­nique et des juges égyptiens, il était prêt. Je voudrais remercier le club Guézira, qui a accueilli l’entraînement de l’équipe égyp­tienne et offert son encadrement technique à l’équipe nationale », dit Arram.

Elégance et tonicité

La natation synchronisée, appelée natation artistique depuis l’été 2017, est un sport nautique, un mélange de gymnastique, de danse et de natation. Discipline très exi­geante et complexe. Les athlètes doivent être souples, puissantes, créatives et endurantes. « Le grand problème de la natation artistique égyptienne est l’arrêt des jeunes nageuses très tôt. Après tous les JO, nous construisons une nouvelle équipe, contrairement aux autres pays, dont les nageuses dansent ensemble pendant des années et par conséquent, trouvent une harmonie. Actuellement, l’équipe égyptienne ne regroupe que 2 nageuses expérimentées qui ont participé aux JO de Rio 2016. Les autres nageuses font partie de l’équipe junior qui a disputé les Mondiaux juniors », explique Arram.

Après la qualification olympique, l’équipe égyptienne doit maintenant travailler d’autant plus afin d’être prête pour le grand événement. Les jeunes nageuses doivent acquérir plus d’expérience en disputant plusieurs compéti­tions internationales. « A Tokyo, nous entendons marquer les esprits. Notre but est d’obtenir 80 points et de maintenir notre supériorité sur l’Australie », conclut Arram.

L'équipe égyptienne

Directrice technique : Anistasya Chepack.

Entraîneuse : Nour Al-Afandi.

Team leader : Iman Arram.

Nageuses : Dara Tamer, Nehal Saafan, Laila Ali, Nour Azmi, Farida Radwan, Malak Eyad, Hana Hekal, Jayda Achraf, Chahd Samer, Malak Atef et Farha Amr.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique