Lundi, 26 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Début victorieux pour les Pharaons

Mohamad Mosselhi, Mardi, 30 juillet 2019

Les Pharaons ont gagné le match d’ouverture de la CAN contre le Zimbabwe, sans convaincre. Si la qualification pour les 8es de finale est possible, dès ce mercredi face à une équipe congolaise largement à leur portée, ils devront se méfier des Ougandais qui affichent une forme surprenante.

Début victorieux pour les Pharaons

La sélection nationale poursuit son parcours à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) ce mercredi en rencontrant la RD Congo au Stade du Caire. Un match d’une importance extrême pour les Pharaons, d’autant plus qu’une victoire leur assurerait une place en 8es de finale, quel que soit le résultat de leur troisième rencontre, prévue dimanche contre l’Ouganda.

Théoriquement, la mission des Pharaons n’est pas difficile lors de la rencontre de ce mercredi, vu le niveau médiocre présenté par l’équipe congolaise contre l’Ouganda, samedi dernier, au Stade du Caire. Battue 0 à 2, la RD Congo n’a rien présenté lors de cette rencontre complètement dominée par les Ougandais. Une défense fragile, une attaque très irrégulière avec un milieu de terrain incapable de maîtriser le jeu, la sélection congolaise aura besoin d’un miracle pour ne pas quitter la compétition dès le premier tour. « La rencontre contre l’Egypte sera très difficile. On doit éviter la défaite à tout prix pour conserver nos chances dans la compétition. Je sais que cela sera très difficile face une puissante sélection égyptienne, mais on n’a d’autre choix que de se battre fermement, mercredi, face aux Pharaons pour réaliser notre objectif », a indiqué Jean Florent Ibenge, directeur technique de la RD Congo. Cette dernière est très clairement à la portée de l’Egypte et la performance de l’équipe nationale congolaise face à l’Ouganda a confirmé cette réalité.

L’Egypte est, de son côté, bien rentrée dans le tournoi, avec sa victoire 1-0 contre le Zimbabwe à l’occasion du match d’ouverture, vendredi. Une victoire importante au niveau du résultat, mais pas pour autant rassurante en ce qui concerne la performance de l’équipe. En effet, les Pharaons ont présenté une performance très mitigée, entre une première mi-temps satisfaisante et une deuxième mi-temps médiocre. C’est l’ailier de la formation turque de Kasimpasa, Mahmoud Hassan dit « Trezeguet », qui a marqué l’unique but de la rencontre, à 3 minutes de la fin de la première mi-temps.

Les 70 000 spectateurs présents dans les gradins du Stade du Caire et les millions de personnes devant leurs écrans attendaient une performance meilleure que celle présentée à la première mi-temps, surtout après le but de Trezeguet, mais ce sont les visiteurs qui ont été meilleurs en deuxième mi-temps. Ils ont manqué à plusieurs reprises la chance d’égaliser au score, de sorte que le défenseur de Zamalek et de la sélection, Mahmoud Alaa, a été désigné homme de la rencontre. Le Mexicain Javier Aguirre, directeur technique des Pharaons, a dû intervenir pour redresser la barre de l’équipe en remplaçant son trio offensif, mais ses modifications n’ont pas porté leurs fruits.La star de Liverpool et de la sélection, Mohamad Salah, était loin de sa forme habituelle. A part quelques infiltrations à la première mi-temps, Salah n’a pas réussi à s’exprimer. S’il est clair que la défense du Zimbabwe a concentré ses efforts pour cantonner la star égyptienne, la décision d’Aguirre de le placer comme attaquant à la seconde mi-temps a également contribué, dans une large mesure, au niveau décevant de Salah. « Je suis satisfait de la performance de l’équipe, surtout lors de la première mi-temps, mais j’ai constaté de larges espaces dans notre milieu de terrain et on va remédier à cette faiblesse lors des prochaines rencontres », a indiqué le sélectionneur des Pharaons. Et d’ajouter : « Concernant la deuxième mi-temps, on a beaucoup souffert contre le Zimbabwe, qui est une équipe solide et assez organisée, mais on a bien défendu contre cette équipe puissante ».

Gare à l’Ouganda

Début victorieux pour les Pharaons

Pour Hani Ramzi, adjoint d’Aguirre, la performance mitigée de l’équipe nationale égyptienne contre le Zimbabwe est normale, d’autant plus que cette rencontre était celle d’ouverture de la compétition et que ce genre de rencontres ne voit souvent pas une bonne performance de la part du pays hôte, dont les joueurs sont sous pression. « L’important pour nous, c’est la victoire. Dans ce genre de rencontres, la victoire est la seule chose qui compte. La performance de l’équipe lors de la seconde mi-temps était insuffisante, voire faible, mais cette performance va s’améliorer avec la succession des matchs », a-t-il dit.

Concernant la préparation de l’équipe, les Pharaons, selon Ramzi, sont bien préparés pour la rencontre contre la RD Congo. Le défenseur de l’équipe Ahmad Hégazi est le seul joueur qui n’est pas certain pour ce match, à cause de sa blessure. Le défenseur de West Bromwich souffre, en effet, d’une fracture du nez, mais selon le cadre médical des Pharaons, il est prêt médicalement pour les prochaines rencontres et sa participation contre la RD Congo sera la décision d’Aguirre.

Loin de la rencontre contre la RD Congo qui s’annonce relativement facile pour les Pharaons, ces derniers auront un rendez-vous important, dimanche, quand ils rencontreront l’Ouganda à l’occasion de la dernière journée du premier tour au Stade du Caire. Suite à sa victoire 2-0 contre la RD Congo, samedi, les Ougandais se sont installés à la tête du groupe A, avec trois points, tout comme l’Egypte, mais ils se distinguent par la différence de but.

Tous les pronostics avant la rencontre étaient pour une victoire facile pour l’équipe nationale congolaise, mais l’Ouganda a surpris par sa victoire, qui était bien méritée. Les Ougandais ont fait preuve d’une performance solide qui a attiré l’attention de tous les observateurs. Il est évident que Sébastien Desabre a fait un grand travail avec l’Ouganda. C’est une équipe solide, puissante physiquement et qui joue un jeu très organisé.

En poste depuis janvier 2018, l’entraîneur français a notamment bien entraîné ses joueurs sur les coups de pied arrêtés. Les deux buts réalisés par les hommes de Desabre étaient des coups de pied arrêtés. Desabre connaît, par ailleurs, bien le football égyptien. Sa précédente expérience avec Ismaïli en 2017 et son travail avec les Derviches restent gravés dans les mémoires. « Je suis très heureux de la victoire de mon équipe. Mais il ne faut pas exagérer. C’est le début seulement et il ne faut pas oublier qu’on attend une rencontre difficile contre les hôtes de la compétition », a-t-il déclaré. Les Pharaons devront donc bien se préparer pour cette rencontre et se méfier de ce rival, qui est à craindre.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique