Jeudi, 30 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Le nouveau souffle de la natation égyptienne

Marianne Youssef, Mardi, 09 avril 2019

Poussé très jeune vers la natation à cause de problèmes respiratoires, Abdelrahman Sameh, 19 ans, est aujourd’hui l’une des stars de la jeune génération de nageurs. Portrait.

Le nouveau souffle de la natation égyptienne

A seulement 19 ans, le nageur Abdelrahman Sameh attire déjà les regards. Sa performance la plus marquante de la saison 2018 a été lors des Championnats d’Afrique d’Algérie, où il a remporté deux médailles d’or en 50 m papillon et 4x100 m nage libre ainsi qu’une médaille de bronze en 50 m nage libre. « C’était un vrai exploit pour moi, surtout que j’ai pu devancer mon adversaire, très fort, qui est le nageur de l’Afrique du Sud, Jacques Van Wyk, en réalisant un record de 3.21.61. Cette performance démontre que je suis sur la bonne voie et que mes efforts ont porté leurs fruits », dit-t-il avec fierté.

Abdelrahman Sameh a découvert les bassins dès l’âge de 4 ans au club Al-Tawfiqiya au Caire, suite à un conseil médical, pour soigner ses problèmes respiratoires. « Au début, c’était pour moi un moyen de traitement, mais avec le temps, je suis tombé amoureux de ce sport. J’ai décidé de poursuivre l’entraînement avec l’équipe du club », raconte-t-il. A l’âge de 14 ans, Abdelrahman remporte la première médaille aux Championnats d’Al-Guiza. En 2016, il bat le record égyptien lors de la Coupe d’Egypte et intègre la sélection hommes. « Mon premier exploit international était en 2017, lors des Championnats du monde juniors où j’ai été classé 7e. C’était pour moi un vrai exploit, car il s’agit de ma première participation internationale », ajoute Abdelrahman.

La saison 2018 a été glorieuse pour ce jeune nageur. Car c’est l’année où il commence à se faire remarquer aux bords des bassins et enchaîner les victoires. Il remporte une médaille d’argent aux Jeux méditerranéens et 4 médailles d’or aux Championnats d’Afrique juniors. Il rafle une médaille de bronze en 50 m nage libre lors des JOJ de Chine, et se place 6e en 50 m papillon. Il termine la saison brillamment en remportant les deux médailles d’or et une de bronze aux Championnats d’Afrique.

Huit entraînements par semaine

Après avoir obtenu son bac en 2018, Abdelrahman décide de se donner toutes les chances pour compter un jour parmi les nageurs pros. Il cherche une bourse aux Etats-Unis afin de pouvoir progresser davantage. « J’ai décidé de continuer mes études universitaires aux Etats-Unis, car là-bas, je bénéficie d’horaires aménagés. Le système d’entraînement est totalement différent, car il permet à l’athlète de bien se concentrer et d’organiser son temps. En Egypte, j’étais un peu dispersé entre l’entraînement et les études, mais dans mon université, la natation est considérée comme une matière faisant partie des études », explique Abdelrahman. Là-bas, il nage huit fois par semaine, avec des entraînements de natation quotidiens de deux heures et de deux séances de musculation chaque jour. « Lors des vacances universitaires et les stages, je nage encore plus », note-t-il.

Actuellement, Abdelrahman se prépare pour le tournoi le plus important de la saison, à savoir les Championnats du monde de Corée prévus en juillet prochain, qualificatifs aux JO de Tokyo 2020. Pour bien se préparer à ce tournoi, Abdelrahman participera à trois championnats en mai et juin prochains, à savoir le Championnat international de Monaco, le Championnat international de France et le Championnat international d’Italie. Il effectuera ensuite un stage en Chine avec la sélection égyptienne, deux semaines avant les Championnats du monde de Corée en juillet prochain. « Ce n’est pas pour moi une question de chance, mais de travail intensif. Je fais de mon mieux pour réaliser le minima qualificatif et pouvoir décrocher le ticket olympique. Mon rêve est de bien représenter mon pays et de rivaliser avec les meilleurs nageurs mondiaux », conclut-il.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique