Samedi, 15 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Kabongo Kasongo : La saison prochaine sera différente à Zamalek

Mohamad Mosselhi, Mardi, 22 mai 2018

Buteur de Zamalek, l’attaquant congolais Kabongo Kasongo s’exprime sur sa saison avec l’équipe et évoque les chances de l’équipe la saison prochaine.

Kabongo Kasongo

Al-Ahram Hebdo : Buteur de Zamalek dans le Championnat et la Coupe d’Egypte. Comment expliquez-vous cet exploit ?

Kabongo Kasongo : C’est le fruit d’un grand travail de ma part et de la part du cadre technique lors des entraînements et dans les ren­contres. J’essaye de me concentrer et d’appliquer à la lettre les instruc­tions de mon entraîneur. Ma concentration est au maximum et je pense qu’elle est la raison de mon succès.

— Pourtant, votre début avec l’équipe était un peu décevant et vous n’aviez marqué aucun but en neuf rencontres ...

— Oui c’est vrai. J’ai fait un bon départ avec l’équipe en trouvant les filets dans ma première rencontre avec Zamalek dans le championnat contre Al-Intag Al-Harbi. Mais suite à cette rencontre, j’ai vécu des moments difficiles. Je n’étais pas trop en forme. Mais ce n’était pas mon cas seulement. C’était le cas de toute l’équipe qui a présenté une performance assez mitigée au cours de la saison.

— Pouvez-vous nous décrire votre sentiment après votre but contre Smouha à l’occasion de la finale de la Coupe d’Egypte?

— Ma joie était au maximum. J’étais très heureux de marquer ce but, car il nous a permis d’égaliser au score et nous a ouvert la porte de la victoire. J’ai marqué à quatre minutes de la fin de la rencontre, c’est pour cela que ce but a un goût différent pour moi. Aider ton équipe à remporter un titre, c’est l’objectif de n’importe quel joueur.

— Quelle est l’importance de ce titre pour vous et pour l’équipe ?

— Il a une grande valeur pour moi. C’est mon premier titre en Egypte. La Coupe d’Egypte était très importante pour l’équipe. On a passé une saison assez décevante et on avait besoin de ce titre pour regagner la confiance et sauver la saison. De même, ce titre a permis à l’équipe de réserver sa place à la Coupe de la CAF la saison pro­chaine, ce qui était très important pour nous. En effet, c’est difficile qu’une grande équipe comme Zamalek soit absente des compéti­tions africaines interclubs.

— Après votre but contre Wadi Dégla, vous avez soulevé le maillot de l’équipe montrant un autre qui a porté le message « Dieu me soutient toujours ». A qui était adressé ce message ?

— C’était pour Dieu que je remercie beaucoup car Il me sou­tient toujours. Le message était clair. Je Lui rends hommage. C’est Dieu qui m’a donné le talent et je Le remercie. De même, il faut pré­ciser que j’étais pressé à cette période, car ce but était le premier après quatre rencontres sans mar­quer. De même, ce but a un goût spécial pour moi, car il a offert la victoire à l’équipe d’autant plus qu’il a été marqué à la dernière minute.

— Etes-vous satisfait de votre performance avec l’équipe ?

— Oui je suis très satisfait. Je suis le buteur de l’équipe dans le championnat avec 10 buts. Je viens de séduire le directeur technique de l’équipe qui est très convaincu de mes capacités. Je pense que je suis sur la bonne voie, mais j’espère faire encore mieux avec l’équipe la saison prochaine.

— Quelle est la différence entre votre expérience avec Al-Ittihad d’Alexandrie et celle avec Zamalek ?

— Il y a une grande différence entre les deux équipes. Zamalek est une grande équipe qui possède un grand nom en Egypte et dans le continent noir. C’est une équipe qui cherche toujours la victoire, ce qui n’est pas le cas chez Al-Ittihad d’Alexandrie, qui est aussi une grande équipe, mais qui ne subit pas cette grande pression. De même, ce sont deux clubs différents avec des entraîneurs différents. En tant que joueur, mon rôle est d’ap­pliquer les instructions de l’entraî­neur et de m’adapter à son système de jeu quel que soit le club.

— Ne pensez-vous pas que votre transfert d’Al-Ittihad d’Alexandrie à Zamalek pour une somme record à l’époque (15 mil­lions de L.E.) vous ait imposé trop de pression une fois à Zamalek ?

— Non, je n’étais pas pressé. Au contraire, à Zamalek, je suis com­plètement à l’aise. Le problème est qu’au début, je ne n’avais pas trop la forme, et comme tout attaquant, j’étais inquiet. Mais comme je vous l’ai dit, c’était général, toute l’équipe était hors forme à l’époque. Concernant le montant de mon transfert, j’ai passé une bonne sai­son avec Al-Ittihad d’Alexandrie la saison dernière. J’étais le buteur de l’équipe et le second meilleur buteur du Championnat égyptien avec 12 frappes. C’est Al-Ittihad d’Alexandrie qui a fixé le prix et l’administration de Zamalek a accepté. Et je pense que cette somme est normale pour l’un des buteurs de la compétition.

— Bassem Morsi et Nana Poku sont vos coéquipiers à l’attaque de Zamalek. Pouvez-vous nous parler de la concurrence parmi les attaquants des Blancs ?

— Je possède de bonnes relations avec mes coéquipiers les attaquants Bassem Morsi et Nana Poku. Nous sommes tous au service de l’équipe. Ce n’est pas important qui parti­cipe, le plus important pour nous c’est que l’équipe gagne, et non pas qui joue. Il est clair que n’importe quel joueur aime toujours participer avec son équipe, mais pour nous, on fait de notre mieux sur le terrain et c’est le coach qui décide.

Zamalek a marqué 45 buts en 34 rencontres. Un bilan assez décevant pour une grande équipe comme Zamalek. Quelles sont les raisons de cette impuissance offensive ?

— Oui, ce nombre de buts ne correspond ni au grand nom du club, ni aux grandes capacités des attaquants de l’équipe. Mais j’ai déjà mentionné qu’on a vécu des moments difficiles et je pense que l’équipe s’est améliorée à la fin de la saison, surtout à la Coupe d’Egypte. On a marqué 4 buts contre Ismaïli et trois autres face à Intag Harbi.

— Etes-vous optimiste quant à l’avenir de l’équipe la saison pro­chaine ?

— Oui, je suis très optimiste. Je pense que nous sommes sur la bonne voie. Les résultats de l’équipe se sont beaucoup amélio­rés tout comme la performance des joueurs qui était assez satisfaisante. Le problème c’est que Zamalek a convoqué un grand nombre de joueurs à l’intersaison. Ces joueurs sont très talentueux, mais les cir­constances difficiles de l’équipe au début de la saison les ont empêchés de s’exprimer. A mon avis, cela était une question de temps, et ce groupe de joueurs talentueux va composer une équipe très solide. Je suis sûr que la saison prochaine sera différente à Zamalek.

— Qu’est-ce qui manque à l’équipe pour retrouver sa forme habituelle comme géant du foot­ball en Egypte ?

— On doit garder l’allure. On doit conserver notre niveau présen­té en fin de saison, qui a vu l’équipe gagner contre Ahli et remporter la Coupe d’Egypte.

— Comment voyez-vous le niveau des joueurs africains évo­luant dans le Championnat égyp­tien cette saison ?

— La majorité d’entre eux est d’un niveau technique élevé. Je ne parle pas seulement des joueurs évoluant à Ahli et Zamalek. Mais les joueurs des autres équipes aussi présentent de bonnes performances et ils sont les stars de leurs équipes.

— Est-ce que vos ambitions s’arrêtent à votre place à Zamalek ?

— Concernant mes ambitions, j’espère, comme tous les joueurs, évoluer en Europe. Je cherche tou­jours le mieux comme tout le monde. J’ai quitté Al-Ittihad d’Alexandrie pour une équipe plus grande, et c’est normal de rêver de jouer en Europe. Mais il faut préci­ser que je suis sous contrat avec Zamalek, et c’est le club qui décide de mon sort.

— Votre succès avec Zamalek vous a ouvert les portes de la sélection congolaise. Quelles sont vos ambitions au niveau interna­tional ?

— J’ai été convoqué pour le regroupement de la sélection ce mois-ci, avec une rencontre contre le Nigeria qui se prépare la pro­chaine Coupe du monde. Cette convocation n’est pas la première. J’en ai déjà reçu une au mois de mars. Etre convoqué pour la deu­xième fois signifie que je suis sur la bonne voie et que le sélectionneur me fait confiance. Je suis très heu­reux et je vais faire mon maximum afin de conserver ma place avec l’équipe nationale.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique