Mardi, 23 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Le défi olympique commence à Paris

Doaa Badr, Mercredi, 24 janvier 2018

La sélection nationale de karaté débute la saison 2018 en participant à la Premier League de Paris, du 26 au 28 janvier. Une compétition qui compte pour la qualification olympique.

Le défi olympique commence à Paris
Giana Farouq vise un bon résultat à la Premier League de Paris.

La Premier League de Paris, qui aura lieu du 26 au 28 janvier, marque le début de l’ère olympique pour le karaté, qui deviendra un sport olympique pour la première fois à Tokyo 2020. Ainsi, la Premier League de Paris va donner lieu à une belle confrontation entre les meilleurs karatékas du monde qui débute­ront la saison avec la perspective de partici­per aux Jeux Olympiques (JO) de Tokyo 2020, puisque le tournoi parisien est une compétition comptant pour la qualification olympique.

La discipline fera ses débuts olympiques en 2020 à Tokyo, avec le base-ball/softball, le skateboard, le surf et l’escalade. Pour le karaté, un format de compétition très res­treint est appliqué aux JO de Tokyo 2020. Le tournoi accueillera 80 athlètes. Il se limitera à trois catégories de poids, chez les hommes comme chez les femmes. Avec 116 pays membres, les places olympiques seront très chères. Le système de qualification olym­pique se fera à travers le classement mondial.

L’Egypte, considérée comme l’une des grandes nations de la discipline, participera à cette compétition avec une forte délégation composée de 17 athlètes (8 hommes et 10 dames). « Notre but est d’envoyer le plus grand nombres d’athlètes aux grandes com­pétitions, afin de leur offrir la chance de récolter des points et de se qualifier pour les JO », souligne Mohamad Al-Dahrawi, nou­veau président de la Fédération égyptienne de karaté.

En fait, depuis des années, les karatékas égyptiens sont parmi les meilleurs compéti­teurs au monde. Lors de la dernière édition des Championnats du monde seniors en 2016 en Autriche, l’équipe égyptienne pointait à la quatrième place avec 5 médailles, dont 1 d’or, 2 d’argent et 2 de bronze. En fait, cette performance a été réalisée grâce à l’équipe dames, qui a raflé 4 médailles, dont 1 d’or, 1 d’argent et 2 de bronze, tandis que l’équipe hommes a décroché une seule médaille d’ar­gent. L’année dernière, aux Championnats du monde juniors (cadets, juniors et -21 ans) en Espagne, l’Egypte a occupé la 2e place au tableau des médailles avec un total de 11 médailles, dont 4 d’or, 2 d’argent et 5 de bronze. Avec une génération très jeune, le karaté égyptien possède toutes les chances de continuer sa domination jusqu’aux JO de Tokyo 2020. « Il faut savoir qu’avec l’inté­gration du karaté aux JO, de nombreux pays commenceront à accorder plus d’importance à cette discipline. Nous devons donc tra­vailler dur pour conserver notre place au classement mondial », affirme Mohamad Ibrahim Salem, directeur technique de la sélection égyptienne.

En préparation à cette saison qui s’annonce très disputée, l’équipe nationale est réunie en camps d’entraînement au Caire pour les sélections seniors et juniors, et ce, depuis la désignation d’une nouvelle fédération égyp­tienne, présidée par Mohamad Al-Dahrawi. « L’année 2018 témoigne du début de l’ère olympique pour le karaté, nous devrons donc commencer la saison en force pour conser­ver notre statut de grande nation de la disci­pline. Mais nous travaillons sur plusieurs axes (seniors et juniors), puisque la saison comporte plusieurs événements importants », dit Al-Dahrawi.

Mais à cause des élections au sein de la Fédération égyptienne et les restrictions bud­gétaires, le karaté n’a pas bénéficié d’une préparation de haut niveau comme tous les autres sports égyptiens. « Nous allons devoir trouver des sponsors pour réaliser notre pro­gramme de préparation », ajoute Al-Dahrawi. En fait, l’année 2018 comporte des événe­ments importants tant pour les seniors que pour les juniors. La sélection seniors qui compte de jeunes athlètes de l’équipe juniors, commencera la saison avec la Premier League de Paris, puis les karatékas disputeront la Série A de Guadalajara (Espagne) du 9 au 11 février, suivie par la Premier League de Dubaï du 16 au 18 février et la Premier League de Rabat (Maroc) du 6 au 8 avril, avant de disputer les Jeux Méditerranéens (JM), qui auront lieu du 22 juin au 1er juillet à Tarragona en Espagne. Après les JM débu­teront les préparations pour les Mondiaux seniors, qui auront lieu du 25 au 29 octobre en Espagne, l’événement majeur de la saison.

Les jeunes qui se préparent cette saison pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ), qui auront lieu en octobre prochain en Argentine, devront participer à la Sofia League, qui aura lieu les 26 et 27 mai, avant de disputer les éliminatoires qualificatives pour les JOJ, le 29 juin en Croatie. En prépa­ration pour les JOJ, les jeunes participeront aux Jeux africains de la jeunesse, puis aux Championnats d’Afrique seniors et juniors. « Cette année, nous avons plusieurs objec­tifs: Les Championnats du monde seniors, les JOJ, ainsi que de récolter des points pour la qualification olympique. Mais notre but principal est de remporter une médaille olympique aux JO de Tokyo 2020 », conclut Al-Dahrawi.

Les karatékas égyptiens

Kata :
Ahmad Achraf, Sara Assem, Aya Hicham
Kumité hommes :
Magdi Mamdouh (67 kg), Ali Al-Sawi (67 kg), Omar Abdel-Moneim (75 kg), Malek Gomaa (75 kg), Ahmad Ragab (84 kg)
Ahmad Saïd Al-Asfar (84 kg)
Mohamad Al-Katbi (84 kg)
Kumité dames :
Radwa Sayed (50 kg)
Arij Saïd (50 kg)
Yasmine Hamdy (55 kg)
Aya Salah (55 kg)
Giana Farouq (61 kg)
Nada Sayed (-68 kg)
Sohayla Ahmad (+68 kg)
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique