Jeudi, 30 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Judo: Les moins de 21 ans, nouveaux espoirs du tatami

Marianne Youssef, Mardi, 09 avril 2013

L’Egypte participera du 15 au 21 avril à la 34e édition des Championnats d’Afrique au Mozambique. Après deux années d’échec dû à des conflits au sein de la Fédération, l’entraîneur place désormais ses espoirs dans les plus jeunes.

Judo égyptien
La nouvelle génération est le futur espoir du judo égyptien.

La salle des sports Eduardo de Maputo, capitale du Mozambique, accueillera du 15 au 21 avril l’élite des judokas africains pour la 34e édition des Championnats d’Afrique de judo. Un événement important pour se préparer aux deux grands tournois de la saison : les Jeux méditerranéens de Turquie en juin prochain et les Mondiaux du Brésil en août.

Cette compétition est, en outre, une opportunité pour les judokas égyptiens d’accumuler des points qui leur permettront de se qualifier aux JO de Rio De Janeiro en 2016. Les 22 premiers pays se qualifieront aux prochains JO grâce aux points accumulés dans les Championnats du monde, la Coupe du monde, les Grands Prix et les Championnats continentaux.

Ce rendez-vous des judokas africains regroupe 15 pays dont l’Egypte, l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, l’Afrique du Sud, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Mozambique et la Zambie. L’Egypte est représentée par une petite délégation de 12 judokas (8 hommes et 4 dames).

Les stars de cette édition sont les judokas de la nouvelle génération qui ont été sélectionnés à travers des tests effectués avant le tournoi. Le judoka le plus prometteur est Ramadan Darwich (24 ans, -100 kg), le plus talentueux de la sélection et qui a participé aux JO de Londres 2012. Il est médaillé de bronze aux Mondiaux 2007.

Le plus âgé de la sélection est Islam Al-Chahabi (30 ans, +100 kg), 4e au classement mondial et médaillé de bronze aux Mondiaux 2009. Les 7 restants sont tous des jeunes, dont l’âge varie entre 18 et 21 ans.

« La nouvelle Fédération, élue il y a 3 mois, a décidé de donner la chance à ces jeunes judokas de faire preuve de leur talent à ces Championnats d’Afrique. On vise à former une nouvelle génération capable de prendre la relève. L’équipe senior renferme des judokas qui sont devenus âgés comme Islam Al-Chahabi et Hicham Mesbah âgés de 30 ans. Seul Ramadan Darwich (24 ans) a plus de chance de poursuivre son élan », explique Yousri Zaghloul, entraîneur de la sélection.

Objectif : conserver le titre

L’Egypte participe à ces Championnats avec la ferme intention de conserver son titre de champion d’Afrique pour la sélection hommes. Durant la dernière édition, l’Egypte avait remporté 3 médailles d’or grâce à Ramadan Darwich et Islam Al-Chahabi. Mais la mission des judokas égyptiens n’est pas facile en présence de pays comme la Tunisie, le Maroc et l’Algérie. « Pour les hommes, nos vrais rivaux sont les pays du nord de l’Afrique, à savoir la Tunisie, le Maroc et l’Algérie qui possèdent de très bons judokas tels que le Tunisien Faiçal Jaballah, qui a remporté de nombreuses médailles. Ces trois pays possèdent également une très forte sélection féminine, plus forte que notre équipe », ajoute l’entraîneur.

La sélection est actuellement en stage de préparation depuis mi-février. « La sélection a fait un camp d’entraînement au Centre olympique de Maadi qui a commencé le 15 février dernier et a duré deux semaines. Il a été suivi d’un autre camp en République tchèque de 10 jours. Lors de ce camp, la sélection a disputé des matchs amicaux avec d’autres sélections comme celle de Biélorussie et de Tchèque pour évaluer son niveau », assure Yousri Zaghloul.

La sélection participe à ces Championnats avec un seul objectif : revenir en force sur la scène africaine et internationale après la débâcle de Londres due à l’instabilité dont a souffert la Fédération en 2011 et 2012. Il s’agira pour la sélection de la première compétition de la saison après une pause de 7 mois.

En effet, la discipline a été le témoin d’un recul considérable ces deux dernières années bien que l’Egypte soit considérée parmi les plus grandes nations de la discipline grâce à ses excellents résultats sur la scène internationale.

Former la nouvelle génération de judokas sera aussi un objectif important lors de la compétition. « On a beaucoup de confiance en ces jeunes qui sont capables d’exploits. Espérons aussi qu’ils seront en forme pour Rio De Janeiro en 2016 », conclut Mounir Farid.

Les années de gloire

Les années de gloire ont commencé aux Mondiaux 2007, lorsque Hicham Mesbah (-90 kg) et Ramadan Darwich (-100 kg) ont décroché chacun une médaille de bronze. Le plus bel exploit fut réalisé en 2008, lorsque Hicham Mesbah remporte la seule médaille olympique aux JO de Pékin 2008.

En 2009, Islam Al-Chahabi (+100 kg) remporte une médaille de bronze. En 2010, il remporte également une médaille de bronze aux Championnats du monde. Mais depuis 2011, la discipline connaît des difficultés à cause des conflits internes entre le président de la Fédération et le conseil d’administration. Ces conflits ont entraîné un changement du président de la Fédération à deux reprises. En outre, les judokas étaient en désaccord avec la Fédération pour des raisons financières.

« Cette période a affecté le niveau des judokas, mais aujourd’hui la nouvelle Fédération tente de commencer une nouvelle ère en unifiant les rangs de la sélection dans le but d’instaurer une stabilité qui permettra aux judokas de faire leur come-back et de reprendre leur esprit de combat », assure Mounir Farid, directeur exécutif de la Fédération.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique