Samedi, 13 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Chérif Al-Aryane: « Le ministère du Sport ne débloque pas l’argent nécessaire »

Doaa Badr, Lundi, 18 février 2013

3questions à Chérif Al-Aryane, président de la Fédération égyptienne de pentathlon moderne.

Cherif
Al-Ahram Hebdo
: Comment jugez-vous la préparation de la sélection nationale pour la première étape de la Coupe du monde ?

Chérif Al-Aryane : La préparation de la sélection nationale est insuffisante, puisque nous n’avons pas effectué le stage de préparation habituel à Colorado Springs avant les étapes de la Coupe du monde. Mais nous avons essayé de compenser cela en effectuant un stage de longue durée en Egypte. J’ai pris en charge la Fédération égyptienne au début d’octobre dernier. Dès mon arrivée, j’ai préparé un programme qui a été approuvé par le Comité olympique égyptien, mais j’ai des problèmes avec le ministère du Sport qui ne débloque pas l’argent nécessaire. Il faut préciser que jusqu’à présent, le ministère ne nous a pas donné les frais de séjour et les billets pour la Coupe du monde de Palm Springs. J’ai demandé aux organisateurs de la Coupe du monde de retarder un peu le paiement.

— Pour la première fois depuis une dizaine d’années, la sélection nationale ne comporte aucune fille. Comment expliquez-vous cela ?

— Lorsque j’ai pris en charge la Fédération égyptienne, je n’ai trouvé qu’une seule fille en senior, qui est Aya Médani. Cela est le résultat de la négligence de former une génération pour succéder à Aya Médani. Et comme cette dernière est blessée depuis les Jeux olympiques de Londres 2013, j’ai décidé de lui donner un repos obligatoire pour qu’elle retrouve son niveau. En même temps, je me concentre un peu sur les filles. L’Egypte possède de jeunes filles d’un très haut niveau, telles Haydi Adel (Al-Chorta, 13 ans) et Sondoss Tareq (Al-Chams, 15 ans). Ces filles sont très prometteuses, mais elles ont besoin de temps. Elles ne peuvent pas disputer de grandes compétitions, mais elles ont besoin de participer à des tournois correspondant à leur âge, afin d’acquérir une expérience.

— Quels objectifs comptez-vous réaliser pour le pentathlon moderne ?

— Dès mon arrivée à la tête de la Fédération, j’ai commencé à m’intéresser plus aux jeunes pour l’avenir de la discipline. Et pour la sélection senior, il est très important de créer une concurrence entre athlètes. J’ai accordé une grande importance aux Championnats nationaux de toutes les catégories d’âges. Durant ces dernières années, les athlètes de la sélection nationale ne participaient pas au Championnat national et se contentaient de disputer les éliminatoires de la sélection nationale. J’ai décidé de former une équipe nationale à partir du Championnat national, afin de donner plus d’importance à la compétition. Cela a de bons résultats, car le nombre des participants aux Championnats a nettement augmenté, ce qui améliore le niveau de la discipline en Egypte. Concernant la sélection senior, j’ai changé tout l’encadrement technique en désignant un directeur technique avec un adjoint pour chaque épreuve. Notre objectif est d’améliorer le niveau de nos athlètes dans les 5 épreuves. Le manque de moyens financiers est mon seul handicap pour mener à bien mes projets.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique