Vendredi, 14 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Séduite par la plage

Marianne Youssef, Mardi, 21 juin 2016

Doaa Al-Ghobachi, 20 ans, est l'une des volleyeuses les plus talentueuses de l’équipe nationale de beach-volley. Portrait.

Séduite par la plage

Originaire de la ville de Béheira, Doaa a commencé à pratiquer le volley-ball classique au club Sporting à l’âge de 14 ans. L’un de ses potentiels, c’est sa taille. A 14 ans, elle mesurait déjà 1,68 m. « J’avais un corps bien bâti pour ce sport qui exige outre la taille, une grande puis­sance au niveau des épaules », raconte Doaa. Quittant sa ville natale à l’âge de 16 ans, elle intègre l’équipe de volley-ball du club Wadi Degla. A 18 ans, elle quitte le volley-ball classique pour intégrer l’équipe nationale de beach-volley. « Un jour, j’ai lu une annonce mention­nant le besoin de deux volleyeuses pour la création d’une nouvelle équipe nationale de beach-volley. Comme je porte le voile, j’ai vite posé la question fatidique : Suis-je obligée de porter un maillot de bain ? », se rappelle-t-elle. A cela son entraîneur lui a répondu que depuis mars 2012, la fédéra­tion autorisait les volleyeuses à porter un short et un tee-shirt. Cette décision a ouvert la discipline à énormément de pays régis par des lois religieuses. « Cette décision a en effet changé l’image du beach-volley féminin intimement liée au bikini de plage. Le public peut désormais s’intéresser aux perfor­mances des joueuses et non pas uniquement à leurs corps », confie Doaa.

Dès son intégration dans cette nouvelle équipe en 2012, Doaa s’est découvert une grande pas­sion pour ce sport qui se joue sur le sable au bord de la mer. « La sensation que procure le fait de jouer dans cette ambiance est très agréable pour moi », dit Doaa. Elle a ensuite travaillé dur pour atteindre son niveau d’aujourd’hui. « De 2012 à 2015, cette équipe vivait dans l’ombre. Il n’y a avait pas de budget pour des stages à l’étranger ou pour participer à de grandes compétitions. On se contentait de pour­suivre l’entraînement et de jouer entre clubs », raconte-t-elle. Ce n’est qu’en 2015 que l’équipe commence à faire parler d’elle, en réalisant un vrai exploit au Championnat d’Afrique, durant lequel elle s’est clas­sée 5e parmi 12 équipes africaines. Le deuxième exploit était une 2e place aux Jeux arabes. « Grâce à ces exploits, on a commencé à attirer l’attention de la fédération qui a commencé à financer quelques stages à l’étranger et à appuyer la participation de l’équipe aux Jeux méditerranéens en 2015 », explique Doaa avec fierté.

Désormais, Doaa est concentrée sur sa prochaine préparation. « Je suis en camp fermé au club Al-Seid à Doqqi. En juillet, on partira en Espagne pour un stage pour dispu­ter quelques matchs amicaux. Nous serons au Brésil une semaine avant les JO, pour faire un dernier stage », conclut-elle, en assurant que même si une médaille paraît loin, elle y croit.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique