Samedi, 20 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Zamalek au cœur de la tempête

Karim Farouk, Mardi, 16 février 2016

Auteur d›un doublé la saison passée, Zamalek affiche à la mi-saison un bilan médiocre avec 9 victoires, 5 nuls et 3 défaites. Les Blancs ont désormais 7 points de retard sur leur éternel rival Ahli.

Zamalek au cœur de la tempête
(Photo : Reuters)

Le champion de 2015 est méconnaissable. A peine quelques mois après avoir remporté le doublé local (titre et Coupe), Zamalek affiche un bilan médiocre alors qu’on en est qu’à la mi-saison : 9 victoires, 5 nuls et 3 défaites (Ndlr : l’équipe n’avait concédé que 3 défaites la saison passée sur 38 rencontres). C’est surtout sa déconfiture face à Ahli dans le derby cairote 2-0 le 9 février dernier, qui a déclenché la crise et semé le doute sur la capacité de l’équipe à rééditer son exploit. Juste après le sifflet final, le président du club, Mortada Mansour, a annoncé à la presse le limogeage de l’entraîneur de l’équipe, Ahmad Hossam « Mido », et la nomination de Mohamad Salah en tant qu’entraîneur intérimaire en attendant de trouver un technicien étranger pour redresser la barre de l’équipe.
« Nous avons pris cette décision suite à la défaite face à Ismaïli, mais on n’a pas voulu déstabiliser l’équipe avant le match d’Ahli. Le changement était inévitable, vu les mauvais résultats. D’autant plus que plusieurs joueurs se sont plaints des méthodes de Mido », avait déclaré Mansour à la fin du derby. Pendant ses 37 jours aux commandes, Mido a remporté 4 rencontres, concédé un nul et essuyé 2 défaites. Les Blancs traînent désormais 7 points derrière le solide leader Ahli qui semble déterminé à récupérer le titre. Depuis le départ du Portugais Jesualdo Ferreira, artisan des succès de l’année dernière, l’équipe semble mal en point. Le groupe a perdu sa solidité et son homogénéité. « Le problème à Zamalekn’a jamais été dans les joueurs ni le cadre technique », avait dit Mido, suite à son remerciement, avant d’ouvrir le feu sur Mansour. « Il met d’énormes pressions sur le cadre technique et les joueurs. Il nous appelait toujours et essayait d’imposer ses points de vue que ce soit dans le choix des joueurs ou le système de jeu », avait-il déclaré. L’ancien attaquant de Zamalek, de Tottenham, d’AS Rome, d’Ajax et de Marseille, avait même révélé que le président de Zamalek, prétendant que l’équipe a été victime de sorcellerie, a eu recours à un cheikh pour aider l’équipe à gagner. Des propos qui ont été complètement niés par Mansour qui a déclenché une violente offensive contre son ancien entraîneur.
Mais loin des superstitions, le président de Zamalek assume sa part de responsabilité dans la dégringolade de l’équipe. Depuis son arrivée en mars 2014, Mansour a nommé 8 entraîneurs à la barre de l’équipe (voir tableau). « Je ne crois pas à ce que les gens disent sur l’instabilité de l’équipe. Quand je vois que l’équipe ne marche pas bien je change d’entraîneur. Il n’y a pas de raisons pour attendre. La saison passée, on a remporté le doublé pour la première fois depuis 1988, alors qu’on a eu 4 entraîneurs », explique-t-il. Les victimes de son impatience sont nombreuses. Hossam Hassan, en charge à partir de juillet 2014, a été remercié en octobre après avoir perdu la Super Coupe face à Ahli et collecté 5 points lors des trois premières rencontres du championnat. Le Brésilien Marcos n’a pas fait long feu non plus. Raison : Il n’a remporté que 2 rencontres seulement sur un total de 5. Alors que Mido a été limogé au bout de 37 jours. D’autres ont déserté l’équipe après avoir été vivement critiqués par Mansour comme les Portugais Ferreira et Jaime Pacheco. « Il est impossible de travailler dans une telle atmosphère. Le président du club s’ingère dans les affaires de l’équipe, met de la pression sur les entraîneurs. Voire, il se dispute avec eux et avec les joueurs. Le groupe a perdu sa concentration. Il faut que ce conseil d’administration démissionne pour le remettre sur les rails »,avait affirmé Farouq Gaafar, ancien excellent entraîneur de Zamalek.
Pour remédier à cette vacance, Zamalek est en négociations avec 4 entraîneurs pour prendre en charge l’équipe. Selon Ahmad Mortada Mansour, membre du conseil d’administration du club, le Néerlandais Martin Jol, le Tchèque Karel Jarolim, le Roumain Laszlo Bölöni et l’Anglais Harry Redknapp sont sur la liste, mais aucun accord n’a été encore conclu. « J’ai eu l’accord de plusieurs entraîneurs, mais ils se ravisent après, en raison de la mauvaise image que certains donnent du club. Ces manœuvres ont saboté nos efforts d’embaucher un entraîneur de calibre mondial jusqu’à présent », explique Ahmad Mortada.
La nouvelle d’un recrutement ne devrait pas tarder à tomber vu que les Blancs espèrent qu’un cinquième entraîneur pourra les aider à sauver la saison et à réduire l’écart avec Ahli.
Les entraîneurs de Zamalek depuis juillet 2013
Helmi Toulan : Juillet 2013-janvier 2014
Ahmad Hossam « Mido » : Janvier 2014-juin 2014
Hossam Hassan : Juillet 2014-septembre 2014
Jaime Pacheco : Octobre 2014-décembre 2014
Mohamad Salah : Décembre 2014-février 2015
Jesualdo Ferreira : Février 2015-novembre 2015
Marcos Paqueta : Décembre 2015-janvier 2016
Ahmad Hossam « Mido » : Janvier 2016-février 2016
Mohamad Salah : Février 2016-
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique