Vendredi, 23 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Les Ultras ahlaouis compliquent le retour des supporters

Mohamad Mosselhi, Mardi, 22 décembre 2015

Avec le siège, jeudi dernier, de l'hôtel où résidaient les joueurs d'Ahli avant le match contre Smouha, les Ultras ahlawis remettent en question le retour des supporters dans les stades de football.

Ultras ahlaouis
(Photo : Reuters)

Alors que Khaled Abdel- Aziz, ministre de la Jeunesse et du Sport, déploie des efforts afin de convaincre le ministère de l’Inté­rieur d’autoriser le retour des suppor­ters de football dans les gradins, le groupe des Ultras ahlawis vient rajouter de l’huile sur le feu avec son comportement irresponsable jeudi dernier avant le match Ahli-Smouha.

Depuis février dernier, les matchs de football en Egypte sont organisés à huis clos suite au drame du stade de la Défense aérienne, au Caire, en février dernier. 19 supporters avaient trouvé la mort suite à des confronta­tions entre supporters et forces de l’ordre avant une rencontre opposant Zamalek à Enppi. Après de multiples réclamations de la part des clubs, Abdel-Aziz a tenu de nombreuses réunions avec leurs responsables et les représentants de la sécurité. Il a annoncé le retour des supporters dans les stades à partir du second tour du championnat en février pro­chain. Mais au début de la semaine dernière, le ministre de la Jeunesse et du Sport a déclaré que le retour des supporters serait ajourné sine die, sans dévoiler les raisons de cet ajournement et sans fixer de date précise pour le retour des supporters. En conséquence, des centaines de membres du groupe Ultras ahlawis ont assiégé l’hôtel où résidaient les joueurs d’Ahli avant la rencontre contre Smouha, jeudi dernier, empê­chant l’autobus qui les transportait de se rendre au stade de Petrosport, lieu de la rencontre. Ainsi, la ren­contre a été retardée de 2 heures. Afin d’atteindre le stade, certains joueurs d’Ahli ont utilisé les sorties de secours de l’hôtel et pris leur propre voiture, alors que d’autres y sont allés en taxi.

La défaite cuisante d’Ahli (0-3) n’a pas été une grande surprise avec la tension qui a dominé toute la ren­contre. « Je n’ai jamais vécu un tel scénario » a déclaré José Peisero, directeur technique d’Ahli, à la fin de la rencontre. « Les joueurs étaient complètement déconcentrés à cause des incidents qui ont précédé le match. J’avais l’intention de ne pas jouer, mais les joueurs et l’adminis­tration du club avaient un autre avis, et j’ai dû céder », ajoute-t-il.

Conséquences négatives

Il est vrai que la rencontre a eu lieu malgré tout, mais les incidents qui ont émaillé la rencontre ont remis en ques­tion le sujet du retour des supporters dans les stades, surtout que plusieurs observateurs pensent que le comporte­ment des Ultras vient compliquer la situation. « Je ne comprends pas le comportement de ces supporters. Ce qui s’est passé jeudi dernier a offert à ceux qui sont contre le retour des sup­porters un argument indéfectible », indique Sarwat Seweilam, directeur exécutif de la Fédération égyptienne de football. Par ailleurs, Khaled Abdel- Aziz a admis que les incidents de jeudi dernier allaient avoir des conséquences négatives sur le retour des supporters aux stades. « Vu les incidents de jeudi, le retour des supporters ne sera pas facile », a-t-il déclaré à la fin de la rencontre. « J’ai déployé des efforts incommensurables afin de permettre aux supporters de revenir dans les gradins, après des réunions ininter­rompues avec les responsables des clubs pour trouver un mécanisme à ce retour. Mais les incidents de jeudi der­nier viennent de faire capoter tous ces efforts. Cette affaire est maintenant soumise au Conseil des ministres », ajoute-t-il.

La direction d’Ahli a dénoncé, pour sa part, le comportement d’une « minorité » de supporters qui ne cesse de créer des problèmes au club. Ce dernier est allé jusqu’à demander officiellement au ministère de la Jeunesse et du Sport et au Comité olympique égyptien de ne pas accueillir des rencontres, notamment celles de handball, volleyball et bas­ketball afin d’empêcher ces Ultras d’envahir à nouveau les stades. « Le problème réside dans l’absence d’une loi stricte capable de sanctionner cette minorité de supporters », indique Emad Wahid, membre du conseil d’administration d’Ahli. Selon Achraf Sobhi, adjoint du ministre de la Jeunesse et du Sport, une nouvelle loi relative aux émeutes sportives sera promulguée dans un proche avenir. Les concernés sont en pleines discussions et études afin de la soumettre au nouveau parlement. Mais il reste que le retour des suppor­ters dans les stades n’est pas pour demain.

Al-Ahram Hebdo invite ses lec­teurs à élire le meilleur footbal­leur égyptien de l’année 2015.

H d’Or 2015 : A vous de décider !

Comment voter ?

— Sélectionnez 5 footballeurs égyptiens et classez-les de 1 à 5 (1 étant votre favori).

— Envoyez votre sélection par email à [email protected] en y ajoutant votre nom complet.

— Nos journalistes sportifs procéderont au classement des votes, selon le système de points expliqué dans le règlement.

— Le choix des lecteurs comptera pour une voix, lors de notre classement final regroupant journalistes, anciens sportifs, entraîneurs et experts du milieu footballis­tique.

Règlement :

Seules les performances des joueurs, réali­sées au cours de l’année 2015, doivent être prises en compte.

Tous les footballeurs égyptiens sont concernés, qu’ils évoluent en Egypte ou à l’étranger.

Seul un vote par personne est admis.

Chaque vote doit proposer 5 noms classés de 1 à 5. Le nom classé numéro 1 obtien­dra 5 points, le numéro 2 obtiendra 4 points, le numéro 3 obtiendra 3 points, etc.

Date limite de réponse : 26 décembre 2015.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique