Mardi, 18 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

15 ans et déjà en route pour Rio

Doaa Badr, Lundi, 05 octobre 2015

Agée de 15 ans, la vice-championne du monde junior de pentathlon moderne, Haidi Adel Morsi, vole de succès en succès. Elle est aujourd’hui la plus jeune Egyptienne à s’être qualifiée pour les Jeux Olympiques (JO) de Rio. Portrait.

15 ans et déjà en route pour Rio
aHaidi Adel Morsi, vice-championne du monde junior de pentathlon moderne.

A 15 ans seulement, la jeune pentathlonienne égyptienne, Haidi Adel Morsi, devient la plus jeune athlète égyptienne qualifiée pour les Jeux Olympiques (JO) de Rio de Janeiro 2016.

Après avoir remporté la médaille d’or aux Championnats d’Afrique qualificatifs pour les JO, en août dernier au Caire, Haidi Adel a décroché son ticket olympique en tant que championne d’Afrique. « C’est incroyable. A 15 ans, je me suis qualifiée pour les JO et j’ai battu la meilleure pentathlonienne égyptienne, Aya Médani. Je suis la plus jeune Egyptienne à participer aux JO, cela me comble de joie et de fierté », se réjouit la jeune pentathlonienne.

Lors des derniers Championnats d’Afrique, Haidi a provoqué la surprise en battant, pour la première fois, la meilleure pentathlonienne égyptienne, la vice-championne du monde 2008, Aya Médani qui, après s’être arrêtée pendant 3 ans, a fait son come-back dans le but de décrocher le ticket olympique. « Je suis très heureuse du retour d’Aya Médani. Sa présence au sein de l’équipe joue un grand rôle dans notre progrès. Elle nous aide beaucoup par son expérience. Nous apprenons beaucoup de choses avec elle », confie la nouvelle championne d’Afrique.

Haidi s’est notamment distinguée dans l’épreuve combinée (course à pied et tir). Malgré son jeune âge et son manque d’expérience, cette jeune fille possède un niveau très élevé dans les épreuves les plus difficiles en pentathlon, comme l’équitation et l’épreuve combinée. Par contre, en escrime, elle a besoin d’acquérir plus d’expérience, et sa plus mauvaise épreuve est la natation. « Je dois faire beaucoup d’efforts dans ces deux épreuves. Lors de cette saison, j’ai beaucoup travaillé sur mon niveau. J’ai réalisé des progrès en équitation et à l’épreuve combinée, et cela grâce à l’encadrement technique présidé par Raouf Hossam ».

Haidi a réalisé une saison parfaite en disputant les différentes étapes de la Coupe du monde où elle a réalisé de bonnes performances : médaille d’argent en relais de la Coupe du monde d’Italie et qualification pour la finale de la Coupe du monde qui regroupe les meilleurs 36 athlètes du monde. Après les éliminatoires africaines, elle a continué son élan en remportant la médaille d’argent aux Championnats du monde juniors.

L’année dernière, à 14 ans, elle a disputé les compétitions seniors, afin d’acquérir l’expérience. En 2014, elle a décroché la médaille d’argent aux Mondiaux juniors des -16 ans. Elle a terminé 7e aux JO de la jeunesse tout en disputant les étapes de la Coupe du monde senior. « Après le départ d’Aya Médani, le pentathlon égyptien a souffert de l’absence de dames. Nous avons commencé à nous concentrer sur les jeunes filles prometteuses, afin de les préparer le plus vite possible », dit Chérif Al-Aryan, président de la Fédération égyptienne.

Une chose est sûre : cette jeune fille attire l’attention de tous depuis ses débuts. Comme toutes les pentathloniennes égyptiennes, elle a commencé à pratiquer la natation dès son enfance, puis à l’âge de 7 ans, elle a commencé à pratiquer le pentathlon au sein du club Al-Chorta. Deux mois plus tard, elle termine 4e aux Championnats d’Egypte. Un an plus tard, elle remporte la première place aux Championnats d’Egypte des moins de 9 ans. « A l’époque, le directeur technique de la sélection nationale, Mereck Mackay, m’a encouragée en me disant que je devais intégrer la sélection nationale, mais j’étais encore petite », se souvient la jeune fille. Une année plus tard, elle intègre la sélection nationale pour devenir le plus jeune membre de la sélection. En 2011, âgée seulement de 11 ans, elle termine 2e aux Championnats d’Afrique juniors (-18 ans), et dispute les Mondiaux de la même catégorie.

Après sa qualification olympique, les choses vont changer : elle doit se préparer à une concurrence de niveau beaucoup plus élevé. « Après ma qualification olympique, je dois me préparer d’une façon différente. Je dois remédier à tous mes points faibles avec des méthodes professionnelles », affirme-t-elle. D’ici jusqu’aux JO, elle doit suivre une préparation intensive avec des stages à l’étranger, en commençant par un long stage au Centre olympique américain de Colorado Spring, tout en disputant de nombreuses compétitions, afin d’acquérir l’expérience nécessaire avant les JO de 2016.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique