Samedi, 18 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Football féminin: Mahira, une star qui monte

Amr Moheb, Lundi, 31 décembre 2012

Mahira Ahmad Ali est la plus jeune joueuse égyptienne de l’histoire à avoir intégré la sélection senior. Elle rêve de changer la mentalité de la femme rurale pour davantage de liberté. Portrait

Mahira Ahmad Ali
Mahira Ahmad Ali

Mahira ahmad Ali, voilà un nom que beaucoup d’Egyptiens ignorent, mais pas pour longtemps. Mahira fait partie de ces jeunes filles appartenant à un milieu rural conservateur qui n’encourage pas les filles de son âge à pratiquer le sport, notamment le football, une discipline qui reste dans le subconscient des Egyptiens beaucoup plus liée aux hommes.

Dans ce contexte, c’est à l’insu de son père, mais avec la complicité de ses frères et de sa mère; que Mahira découvre la passion du football. Cette native de 1997; qui n’a donc que 15 ans, afficha son amour du ballon rond dès l’âge de 3 ans lorsqu’elle suivait ses frères Sayed, Mohamad et Moustapha ainsi que les jeunes du quartier qui jouaient au foot dans la rue. Les poupées et les filles, ce n’était pas son truc. A ces dernières, elle faisait part de son rêve de devenir un jour une joueuse de football, à l’image de la star Mohamad Abou- Treika, qui est son idole.

Un rêve difficilement réalisable quand on sait que cette fillette est issue d’un milieu rural conservateur, où les femmes s’occupent principalement des tâches ménagères. Mahira est en effet originaire de Maassaret Belqas à Mansoura. D’ailleurs, ses amies avaient tendance à se moquer d’elle et refusaient de jouer avec elle au football. C’est ce qui la poussa davantage à se rapprocher des garçons, et ce, en dépit des interdictions de son père qui eut ouïe des activités de sa fille. Forte de caractère, Mahira savait ce qu’elle voulait malgré son jeune âge. Elle ne ratait pas une seule occasion de tripoter le ballon rond et les garçons du quartier faisaient appel à ses services assez souvent. Mahira possède de très bonnes qualités techniques. Elle jongle, dribble, marque des buts avec une facilité déconcertante.

Son rêve va commencer à se réaliser lorsque le hasard du jeu et des matchs avec les garçons du quartier va l’amener un jour à jouer au centre de football de Maassaret Belqas. C’est précisément là qu’elle va taper dans l’oeil du capitaine Atteya Al-Haddad, un des détecteurs de jeunes talents les plus connus de Mansoura. Ce dernier prend alors l’attache de ses parents pour leur proposer de laisser Mahira pratiquer son sport favori avec le club féminin de Masr Al-Maqassa. Bien entendu, son papa refusa d’emblée. Toutefois, sous l’insistance de son épouse et de ses fils, il accepta, mais à condition que cela puisse aider la famille financièrement et que l’un de ses frères l’accompagne lors des entraînements et des matchs.

Intégration de la sélection nationale

Mahira venait de vivre le plus beau jour de sa vie. Ce jour-là, elle ne ferma pas l’oeil de la nuit. Sa joie était incommensurable. Quant à son père, Am Ahmad, il dira : « Ma fille vient de réaliser ce que mes 3 garçons nont pas pu faire ».

Mais, ce que ce papa ne savait pas encore, c’est que sa fillette va brûler les étapes pour devenir titulaire au sein de l’équipe première de Masr Al-Maqassa en côtoyant des joueuses bien plus âgées qu’elle. La fierté de Am Ahmad et de toute la famille atteint son paroxysme lorsque Mahira intégra la sélection nationale. Elle n’avait que 14 ans et c’était la consécration d’un talent pur. « En quelques mois, Mahira est devenue lune des meilleures attaquantes dEgypte. Elle est aussi la plus jeune joueuse de lhistoire du football féminin égyptien àavoir intégréla sélection senior », avoue le sélectionneur national, Mohamad Kamal.

Pour Mahira qui est également la capitaine de la sélection d’Egypte des moins de 17 ans, son match référence est celui joué contre les seniors de l’Ouganda en novembre 2011. Ce jour-là, elle marqua un but et donna deux passes décisives, contribuant grandement à la victoire de l’Egypte par 4-0. Son père n’en croyait pas ses yeux …

Désormais, Mahira peut évoluer sur son arène de prédilection, le terrain de football. Elle est un exemple à suivre. Un exemple de constance, de ténacité et de bravoure. Mahira est une battante, une mauvaise perdante. Le soir des défaites, elle ne peut pas retenir ses larmes. Cela devrait contribuer à sa progression puisque la star montante du football égyptien ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Elle continue de rêver d’une qualification avec les cadettes pour la Coupe du monde qui se tiendra au Costa Rica en 2014, de devenir une joueuse professionnelle évoluant en Europe, notamment en Allemagne, où se joue une des plus fortes compétitions du monde, et de gagner beaucoup d’argent pour aider sa famille. C’est que Mahira a vraiment le sens de responsabilité dans la mesure où elle continue d’aider financièrement sa famille nécessiteuse et plus particulièrement sa maman, son plus fidèle soutien. Pour Mahira, les femmes doivent se battre et ne plus vivre dans l’ombre des hommes car cette ère est révolue. Elle veut contribuer à changer la mentalité de la femme rurale pour qu’elle ait davantage de liberté. « Je suis sûre quen me regardant jouer au foot àla téléet marquer des buts, beaucoup de filles vont prendre leur courage àdeux mains pour tenter de réaliser leur rêve », conclut Mahira sur un ton optimiste.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique