Samedi, 15 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Un tournant dramatique pour le tourisme

Dalia Farouq, Mercredi, 19 février 2014

Dans la station balnéaire de Taba (Sud-Sinaï), trois Sud-Coréens ont trouvé la mort cette semaine dans l'explosion de leur bus. Pour la première fois depuis janvier 2011, les touristes sont ainsi la cible directe d'un attentat terroriste.

Taba
Le gouvernement égyptien présente tous les soins aux touristes coréens victimes de l'attentat de Taba.

Au cours de ces trois dernières années marquées par les manifestations, les émeutes et les sit-in, jamais les touristes n’ont été visés par des actes de violences en Egypte. Un tournant décisif a eu lieu dimanche 16 février. Trois Sud-Coréens, ainsi que le conducteur égyptien de leur bus, ont été tués lors de l’explosion de leur autobus au passage frontalier de Taba, avant d’entrer en Israël. L’autocar transportait 31 membres d’une église chrétienne de la province méridionale de Jincheon en Corée du Sud ainsi que leur guide, a précisé le ministère sud-coréen des Affaires étrangères. « Nous espérons pouvoir dépasser cet incident, surtout qu’au cours des trois dernières années, les touristes n’avaient pas été pris pour cible. J’espère qu’il n’y aura pas de répercussions profondes à long terme. Nous continuons à travailler pour tenter de vendre l’Egypte comme destination touristique. Mais il est bien connu que les réactions à de tels incidents n’ont pas lieu le jour même. Elles surviennent dans les jours qui suivent », explique le ministre. Plus de quatre millions d’employés égyptiens dans le secteur du tourisme souffrent d’une crise continue depuis plus de trois ans.

Malheureusement, cet attentat intervient alors que le tourisme en Egypte commençait à reprendre élan, après une baisse de plus de 50 % ces trois dernières années. Hicham Zaazoue, ministre du Tourisme, espère que le secteur dont il a la charge ne sera pas influencé. « Je n’ai pas d’idée claire sur l’importance des réactions que cet incident provoquera dans le monde. J’aurai une réunion dans quelques heures avec le premier ministre et le ministre de l’Intérieur. Au cours de ces 24 heures, ils auront eu le temps de savoir ce qui s’est passé au niveau sécuritaire », a-t-il dit.

Le ministre assure que les mesures de sécurité seront revues avec le ministre de l’Intérieur, notamment sur les sites touristiques. L’attentat de Taba s’est produit dans une zone étroitement surveillée. Des routes stratégiques sont interdites aux étrangers, avec des check-points à chaque carrefour et des contrôles rigoureux.

Secteur à l’agonie

Taba

Pour sa part, Elhami Al-Zayat, président de l’Union des chambres du tourisme, assure que cet attentat constitue un nouveau coup dur pour le secteur du tourisme à l’agonie depuis plus de trois ans. « Cet attentat est survenu dans un moment très délicat pour le tourisme. C’est l’apogée de la saison d’hiver, où les professionnels aspirent à une amélioration dans le mouvement du tourisme. En plus, tout le secteur se prépare à la participation à la Bourse touristique de Berlin prévue le 5 mars prochain. Cette Bourse est considérée comme la plus grande foire touristique au monde. C’est une occasion pour promouvoir le tourisme égyptien et se préparer à la saison touristique de 2015 », se lamente Al-Zayat.

Adel Zaki, président du comité du tourisme externe à la Chambre du tourisme, confirme que cet attentat ne vise pas le secteur du tourisme seulement, mais l’Egypte toute entière. « Ce n’est pas par hasard que cet attentat coïncide avec le jour du procès de l’ex-président Mohamad Morsi pour espionnage », relève Zaki. Et d’ajouter : « Le tourisme dans la vallée du Nil est au point mort, le tourisme balnéaire du Sinaï tenait bon jusqu’à cet attentat. Les clientèles russe et asiatique, notamment, continuaient à aller plonger en mer Rouge à des prix imbattables. En frappant au coeur cette région, les terroristes mettent en péril une économie égyptienne qui ne cesse pas de sombrer », déplore Zaki.

Les revenus du secteur touristique égyptien ont chuté de 41 % en 2013 par rapport à l’année précédente. Première source de devises du pays, le tourisme a été durement affecté par l’instabilité politique depuis le soulèvement populaire contre Hosni Moubarak début 2011.

Après une légère amélioration en 2012, le secteur a plongé suite à l’évacuation des sit-in des partisans du président Morsi aux places Al-Nahda et Rabea le 14 août dernier, et les incidents meurtriers qui ont suivi. Selon les rapports du ministère du Tourisme, les revenus du tourisme s’étaient élevés à 5,9 milliards de dollars en 2013 (4,36 milliards d’euros), contre 10 milliards de dollars l’année précédente.

Les attentats sont devenus fréquents en Egypte depuis la destitution de Mohamad Morsi le 3 juillet 2013, mais ils ne visaient jusqu’à présent que les forces de l’ordre. L’attentat de Taba est un tournant dramatique. « La situation est de plus en plus compliquée. Les touristes étaient de plus en plus rares. On leur disait que les stations balnéaires sont loin des lieux de perturbations. Qu’allons-nous leur dire maintenant ? En bref, l’Egypte sera à nouveau boudée par les touristes », se plaint Sami Soliman, président de l’Association des investisseurs touristiques de Taba.

Formation d’un comité de gestion de crise

Une chambre d’opérations et un comité de gestion de crise ont été formés au ministère du Tourisme en coopération avec l’Organisme de la promotion touristique (ETA). Ce comité aura pour mission d’aider et de soulager les touristes victimes de cet attentat jusqu’à ce qu’ils rentrent chez eux. « On vient de remplir les documents des personnes décédées en coopération avec l’ambassade de la Corée du Sud. Quant aux blessés, ils ont été transportés à l’hôpital de Charm Al-Cheikh, afin de recevoir les soins nécessaires jusqu’à leur rétablissement. Les autres sont gratuitement logés dans un hôtel à Charm Al-Cheikh », explique Mahfouz Ali, premier vice-ministre du tourisme. Par ailleurs, ce comité aura pour rôle de prendre contact avec les bureaux de la promotion touristique qui se trouvent aux quatre coins du monde, afin de recevoir des rapports sur les réactions des différents marchés du tourisme égyptien vis-à-vis de cet attentat et son impact sur la présence de l’Egypte dans les programmes touristiques des tour-opérateurs, les taux de réservation ou d’annulation. « La couverture des médias internationaux de cet attentat est l’une des missions principales de ce comité. Toutes ces informations nous permettront d’élaborer un plan d’action pour contenir la crise et pouvoir la surmonter aux moindres dégâts », conclut Waël Chahine, directeur de la communication à l’ETA.

Taba, ciblée à repetition

Taba
L'attentat de Louqsor en 1997 reste le plus marquant contre les étrangers en Egypte.

Ce n’est pas la première fois que la ville de Taba, dans le Sud-Sinaï, et située à la frontière avec Israël, soit victime d’attentats terroristes. C’est ici qu’une série d’attentats à la bombe avait débuté il y a dix ans, en octobre 2004, faisant plus de 27 morts. Deux autres avaient suivi, en 2005 et en 2006, toujours dans le Sud-Sinaï. Mais l’attentat qui a eu lieu au temple de Hatchepsout à Louqsor en 1997 reste le plus marquant, avec plus de 58 touristes tués par des intégristes islamistes. Le dernier attentat en Egypte contre des étrangers remonte à février 2009 au Caire. Une Française avait été tuée par l’explosion d’une grenade en bordure du souk de Khan Al-Khalili, au coeur du Caire historique. Depuis 2009, aucun attentat n’a visé les touristes en Egypte, à l’exception de quelques enlèvements de touristes par des bédouins du Sud-Sinaï, au printemps 2012. Mais les otages avaient été invités à partager le thé avec des rebelles armés de kalachnikov dans une vallée secrète.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique