Dimanche, 19 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Abousir révèle de nouveaux secrets

Doaa Elhami, Lundi, 04 novembre 2013

Grâce aux travaux de la mission archéologique tchèque au sein de la nécropole de Memphis, dans la région d’Abousir, la troisième tombe d’un médecin de la Ve dynastie a été découverte.

1
La fausse porte découverte, où sont dessinées des scènes funéraires.

Non loin du fameux site de Saqqarah, à 5 km au nord, se situe l’un des « plus fertiles sites archéologiques, Abousir », selon les propres termes de l’égyptologue Abdel-Halim Noureddine. Là, et après plusieurs saisons de fouilles, la mission, dirigée par Miroslav Barta, a enfin mis au jour la tombe de Shepseskaf Ankh, un médecin de la Haute et de la Basse-Egypte sous la Ve dynastie (2495-2345 av. J.-C.), précisément sous le règne du VIe roi, nommé Niousserâ (2421-2445 av. J.-C.).

La tombe découverte, qui est en calcaire, mesure 21 m de long sur 14 m de large et la hauteur de ses murs atteint les 4 m. La mission y a découvert une belle fausse porte toujours en calcaire et dont la taille est de 3 m x 1 m. Si l’état du calcaire de la tombe est mauvais, celui de la fausse porte est au contraire en bonne qualité. « Le calcaire de la fausse porte est ciselé et importé des carrières de la région de Torah, ce qui explique la différence des qualités », explique Ali Al-Asfar, vice-président du secteur des antiquités égyptiennes. Selon le chef de la mission, Miroslav Barta, le médecin Shepseskaf Ankh, propriétaire de la tombe dévoilée, était l’un des hauts fonctionnaires de la société à l’époque. De plus, il était en lien très étroit avec le roi lui-même. « Cela se remarque d’après les surnoms et les attributs qu’il avait acquis et qui sont inscrits sur les murs de sa tombe », explique le chef. Ainsi, on lit sur les parois de la tombe : « Le médecin de la Haute et de la Basse-Egypte », « Prêtre du temple de Niousserâ », « Prêtre de Râ dans les temples solaires », « Prêtre de Khnoum » et « Prêtre de la magie ».

La mission y a de même trouvé 8 puits funéraires, qui ne sont pas encore traités par les membres de la mission. Le chef de la mission et son équipe espèrent rencontrer beaucoup d’autres bonnes surprises et d’importantes découvertes en dévoilant ces puits car à ce jour les fouilles restent préliminaires.

Si cette tombe est riche dans ses éléments architecturaux et importante sur le plan archéologique, elle n’est pas l’unique en son genre. Le cimetière d’Abousir a déjà dévoilé deux tombes appartenant toujours à des médecins et datées de la Ve dynastie.

Les secrets d’Abousir restent donc loin d’être tous percés.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique