Mardi, 23 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Les Etats-Unis rendent un sarcophage volé à l’Egypte

Mercredi, 04 janvier 2023

L’un des plus grands sarcophages pharaoniques de bois jamais découverts, sorti illégalement d’Egypte et exposé jusqu’à récemment dans un musée américain, a été rendu lundi 2 janvier au Caire, a annoncé le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri.

Les Etats-Unis rendent un sarcophage volé à l’Egypte
(Photo : AFP)

Le sarcophage de 2,94 m de long et 90 cm de large, au visage peint en vert, date de la Basse Epoque pharaonique il y a près de 2 700 ans et a été découvert dans le centre de l’Egypte. « Il existe deux sortes de sarcophages : ceux des dépouilles royales et ceux des dépouilles de nobles, celui-ci appartenait à un noble », a précisé Moustapha Waziri, secrétaire général du Conseil Suprême des Antiquités (CSA). Choukri et Waziri s’exprimaient lors d’une conférence de presse lundi avec le ministre du Tourisme et des Antiquités, Ahmed Issa, à l’occasion de la restitution par les Etats-Unis du sarcophage vert à l’Egypte en présence du chargé d’affaires de l’ambassade des Etats-Unis au Caire et du secrétaire général du CSA, Moustapha Waziri.

Le chef de la diplomatie s’est réjoui de l’accueil par le ministère des Affaires étrangères de cet événement « important et historique ». Ce sarcophage vert, a précisé Choukri, constitue une pièce originale de notre patrimoine civilisationnel inestimable et un témoignage de notre civilisation qui éblouit toujours le monde à chaque nouvelle découverte archéologique. Et le ministre d’indiquer que toute pièce antique, « grande ou petite », constitue une partie de l’histoire de l’Egypte et des Egyptiens, ajoutant que la restitution par les Etats-Unis de cette pièce à l’Egypte reflète la coopération reliant les deux pays dans le domaine de la protection des biens culturels et la récupération des antiquités volées.

L’Egypte, a-t-il mentionné, était l’un des premiers pays ayant ratifié la Convention de La Haye de 1954 et la Convention de l’Unesco de 1970 pour l’interdiction et la prévention du transfert et de l’importation illicites de biens culturels, ajoutant que l’Etat égyptien a également tenu à conclure des accords bilatéraux avec les pays amis pour préserver le patrimoine culturel et les antiquités.

Des efforts qui se poursuivent

L’Egypte est en train de signer des accords similaires pour faciliter la récupération des pièces volées, a-t-il fait savoir, soulignant que l’Etat avait réussi, durant la dernière décennie, à recouvrer environ 20 300 pièces. Il a de même mis en relief les directives données constamment aux missions diplomatiques et consulaires égyptiennes à l’étranger pour accorder beaucoup d’intérêt à ce dossier et poursuivre tout trafic d’antiquités égyptiennes, et coopérer étroitement en ce sens avec le ministère du Tourisme, le bureau du procureur général et le ministère de l’Intérieur. « L’aboutissement rapide desdits efforts renforce notre volonté d’avancer dans cette voie pour recouvrer les antiquités usurpées et coordonner avec nos partenaires dans l’échange de données liées à la contrebande et au trafic d’antiquités », a-t-il signalé. Outre ces retours, l’Egypte a également annoncé ces derniers mois plusieurs découvertes majeures, principalement dans la nécropole de Saqqara, au sud du Caire. Elle a dévoilé plus de 300 sarcophages et 150 statues de bronze en 2021 et 2022, pour beaucoup datant de plus de 3 000 ans.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique