Dimanche, 14 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

La légende de tous les temps

Dalia Farouq , Dimanche, 06 novembre 2022

Le 4 novembre 1922, la tombe de Toutankhamon est découverte, magnifique, presque intacte. Depuis, les mystères qui l’entourent ne cessent d’alimenter l’imaginaire des amoureux de l’Egypte Ancienne, faisant de ce roi énigmatique un véritable mythe.

La légende de tous les temps

Bien qu’il n’ait régné qu’environ 9 ans et qu’il soit mort à l’âge de 18 ans, Toutankhamon ou « l’image vivante d’Amon » (1345-1327 av. J.-C.) est le pharaon le plus célèbre de l’Egypte Ancienne. Les mystères abondent autour de sa vie, son règne, sa mort et sa tombe. Sa renommée retentissante vient en fait de la découverte de sa tombe et de ses trésors presque intacts dans la Vallée des rois par l’Anglais Howard Carter, le 4 novembre 1922. Depuis cette date, cette découverte archéologique, considérée comme la plus importante du XXe siècle, a mis le nom du jeune pharaon sur toutes les lèvres. Sa tombe, qui renfermait près de 5 000 pièces antiques dont la plupart en or massif, était vide de documents historiques, d’inscriptions et de gravures. Ce qui a aidé, au fil des années, à la parution de mystères autour du roi, créant ainsi la légende de Toutankhamon qui a toujours inspiré non seulement les archéologues mais aussi les scientistes, les romanciers et les artistes. Au préalable, pendant des milliers d’années, l’arbre généalogique de Toutankhamon était inconnu. Les théories des archéologues sont nombreuses sur l’identité de ses parents, ainsi que sur sa lignée royale. La plus connue de ces théories prétendait que le jeune pharaon était le fils d’Aménophis III et de son épouse principale la reine Tiyi ou de son épouse secondaire Méritré. Une autre théorie disait que son père était Akhenaton et que sa mère était soit Kiya, épouse secondaire d’Akhenaton, soit la belle Néfertiti. Ces incertitudes proviennent essentiellement des changements de noms, des incestes et des adultères, fréquents à l’époque.

Ce n’est qu’en 2010 que la science tranche l’affaire grâce aux analyses ADN réalisées sur la momie de Toutankhamon. Effectuées entre 2007 et 2009, et publiées au Caire en 2010, les analyses permettent d’affirmer avec certitude que Toutankhamon est le fils d’Akhenaton, qui a bouleversé l’ordre religieux établi en instaurant le culte d’un dieu unique : Aton, le soleil.

Selon l’archéologue Magdi Chaker, c’était une découverte très importante à l’époque surtout qu’elle a tranché l’affaire sur des bases scientifiques. Ces tests ont été réalisés sur plusieurs autres momies royales et ont assuré qu’Amenhotep III est le père d’Akhenaton, établissant de la sorte toute une lignée royale : le grand-père Amenhotep III, le père Akhenaton et le fils Toutankhamon. Quant aux spéculations concernant la mère de Toutankhamon, les résultats des tests ADN écartent Néfertiti. C’est une autre momie, connue sous le nom de « Young Lady ou la jeune dame », qui a été identifiée comme la mère du jeune pharaon. « Les scientifiques pensent que la mère de Toutankhamon devait être l’une des quatre soeurs d’Akhenaton » ajoute Chaker.

Une mort énigmatique

Comme ses origines, les raisons de sa mort sont aussi incertaines. Une mort prématurée à l’âge de 18 ans qui intrigue les chercheurs. Certains croient qu’il fut assassiné, d’autres qu’il fut envoyé au combat pour être tué et un troisième camp prétend qu’il est mort à cause d’une infection ou d’une maladie. « La momie de Toutankhamon rend difficile de trancher le véritable sort du jeune pharaon », explique Sahar Salem, radiologue spécialisée dans la radiologie des momies et qui a participé dans l’examen de la momie en 2005. En fait, un premier examen de la momie aux rayons X effectué en 1968 montre une blessure ou un trou au bas du crâne qui pourrait laisser supposer qu’il ne s’agissait pas d’une mort naturelle. Certains chercheurs vont même jusqu’à avancer que son décès aurait été provoqué par des coups reçus à l’arrière du crâne par quelqu’un agissant sur l’ordre d’un de ses deux successeurs, Ay ou Horemheb.

Les derniers indices relevés lors d’un examen au scanner CT de la momie, en 2005, écartent la prétention d’un coup sur la tête et laissent croire qu’il serait mort à la suite d’une infection généralisée provoquée par une plaie au niveau des jambes, soit le tétanos ou la septicémie par exemple. « Le trou dans le crâne a eu lieu lorsque Howard Carter a essayé d’arracher le masque en or par force lors de la découverte de la tombe. Ce qu’on croyait un hématome dû à cette blessure n’est qu’un morceau de résine qui est tombé dans le crâne », explique Sahar Salem.

En 2012, une équipe de chercheurs britanniques de l’Institut Cranfield Forensic, qui a scanné par les rayons X une copie de la momie, prétend que le jeune Toutankhamon aurait été écrasé par un char qui lui aurait brisé les côtes, broyé le bassin et écrasé le coeur. Ce qui expliquerait pourquoi, contrairement aux autres pharaons momifiés, les côtes étaient absentes. Malgré l’évolution de la science et les examens divers de la momie, personne n’a donné la preuve ultime de la mort de Toutankhamon. Toutefois, la cause exacte de sa mort reste inconnue.

Controverses autour de la tombe

Si Toutankhamon est célèbre, c’est grâce à sa tombe KV62 trouvée presque intacte. Mais est-ce vraiment sa tombe ? Une question qui elle aussi a préoccupé les archéologues. A cause de sa mort subite, Toutankhamon fut enseveli à la hâte. D’où viennent les prétentions que la tombe de Toutankhamon était probablement destinée à une autre personne, mais la mort prématurée du jeune pharaon a poussé son successeur, Ay, à utiliser cette tombe qui était presque complète. En fait, la sépulture n’est certainement pas celle destinée à un roi, surtout que ses dimensions sont celles d’une tombe de noble et où il manque des structures essentielles des tombes royales. Il n’y a ni puits ni salle à piliers. « Toutankhamon avait commencé à creuser sa tombe royale sur la rive ouest du Nil dans la Vallée des rois. Sa tombe inachevée à sa mort, il ne pouvait pas y être inhumé », explique l’archéologue Ahmad Amer. Selon lui, la véritable tombe de Toutankhamon n’a pas encore été identifiée. Elle pourrait être celle de son successeur Ay ou celle de Horemheb, qui a succédé à Ay. « Elle pourrait même être celle d’une des soeurs de Toutankhamon puisque le mobilier funéraire trouvé dans la tombe porte les traces d’autres personnes, entre autres Merytaton, la soeur aînée de Toutankhamon », reprend Amer.

La malédiction de Toutankhamon

Lord Carnarvon, qui a financé les fouilles, est décédé cinq mois après la découverte de la tombe. Sa mort a déclenché le phénomène incompréhensible de la malédiction de Toutankhamon qui s’est répandu dans le monde entier. La presse nourrit l’engouement des gens par les légendes de Toutankhamon, notamment la malédiction qui a passionné les lecteurs pour toute une décennie. A l’époque, les journalistes tiennent un compte précis des « disparitions mystérieuses » de personnes en relation avec la découverte spectaculaire, dont le professeur La Fleur, un égyptologue canadien, le colonel Aubrey Herbert, le propre frère de Carnarvon, Hugh Evelyn-White, l’un des archéologues du chantier, et Archibald Douglas Reed, le radiologue de la momie. Et l’on dénombre vingt-sept disparitions, jusqu’à celle de Howard Carter, en 1939. Ce phénomène inexplicable a poussé aussi les scientifiques à l’étudier. Ils ont plusieurs hypothèses explicatives dont les plus importantes sont celles concernant l’huile d’amande douce utilisée pour embaumer la momie qui se transforme avec le temps en cyanure toxique. « Une autre théorie basée sur le fait que les archéologues ayant travaillé dans la tombe ont souffert de pneumonies asphyxiantes semble être plus valide. Selon cette théorie, ce sont des virus ou des moisissures et allergènes, qui se sont développés dans le tombeau au fil de trois millénaires, qui ont provoqué ces morts », estime Amer.

Ainsi, si Toutankhamon est devenu une « star », il le doit non seulement aux trésors recelés dans sa tombe trouvée intacte, mais aussi aux énigmes et aux légendes qui l’ont toujours entouré et qui en ont fait un véritable mythe.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique