Mercredi, 24 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Sabah Abdel-Razek : Les salles du Musée égyptien ont complètement changé d’aspect

Nasma Réda , Mercredi, 20 juillet 2022

Sabah Abdel-Razek, directrice du Musée égyptien du Caire, fait le point sur les changements qui ont lieu au sein du Musée égyptien place Tahrir après le départ de la collection du roi Toutankhamon.

Sabah Abdel-Razek

Al-Ahram Hebdo : Comment voyez-vous le Musée égyptien après le déplacement de beaucoup de ses pièces pour enrichir les nouveaux musées un peu partout en Egypte ?

Sabah Abdel-Razek : Il y a eu beaucoup de changement à l’intérieur du musée. Après le départ de la collection du jeune roi Toutankhamon et de plusieurs statues colossales qui ont été installées dans les nouveaux musées, les galeries et les salles du Musée égyptien ont complètement changé d’aspect. A la place des chapelles du jeune roi et de ses trésors, nous avons exposé la collection emblématique de Yoya et Toya, parents de la reine Tye, dans une nouvelle scénographie attirante. Et avec le transfert des momies royales au Musée de la civilisation à Fostat, nous avons consacré la salle des momies aux trésors de la cachette d’Al-Deir Al-Bahari à Louqsor. Celle-ci est devenue l’une des salles les plus impressionnantes du musée. L’habitué du musée va sentir un grand changement dans l’exposition des pièces.

—  Le départ du trésor de Toutankhamon et des statues colossales n’a-t-il pas eu d’impact sur le musée ?

— Il n’y a pas eu d’impact. Le nombre de nos visiteurs augmente jour après jour. Le plus remarquable est que le nombre d’Egyptiens a augmenté de manière significative, surtout les familles et les groupes scolaires. Cela est dû surtout aux campagnes de sensibilisation lancées ces dernières années.

— Le développement actuel au sein du musée prend-t-il en compte les visiteurs souffrant de handicaps ?

— Depuis des années, nous nous intéressons aux personnes souffrant de handicaps, surtout les enfants. En 2019, nous avons placé 12 tablettes avec des écritures en braille pour expliquer les pièces importantes aux personnes non voyantes qui, sous supervision, peuvent toucher certaines pièces. Des conservateurs qualifiés accompagnent les personnes souffrant de handicaps moteurs et les sourds lors de tournées au sein du musée. Des ateliers d’art sont également organisés pour eux.

— Avez-vous recours à la technologie moderne pour attirer plus de visiteurs de différents âges ?

— Le Musée égyptien attire tant les étrangers que les Egyptiens avec ses pièces uniques et variées qui montrent l’art de nos ancêtres. Nous avons bien sûr recours à la technologie moderne. Nos archives et notre bibliothèque sont passées au numérique. A cet égard, j’aimerais signaler qu’un nouveau catalogue est en cours d’impression présentant les pièces exposées dans les galeries aménagées, ainsi que les salles de Yoya, Toya et de Tanis. Et avec le développement des autres galeries, le Musée égyptien aura certainement un catalogue officiel détaillé.

— En ce qui concerne les expositions temporaires, le Musée égyptien organisera-t-il encore de telles expositions ?

— Les expositions temporaires sont l’une des spécificités du Musée égyptien. Cela fait près de 10 ans que nous organisons presque chaque mois des expositions temporaires. Le musée tient à coopérer avec les instituts archéologiques à l’étranger et les missions opérant en Egypte pour les aider à montrer leurs découvertes et les résultats de leurs recherches scientifiques.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique