Mercredi, 19 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

L’Afrique,une opportunité pour l’Egypte

Dalia Farouq , Mardi, 15 février 2022

L’Afrique est un marché prometteur pour le tourisme égyptien. Le gouvernement multiplie les initiatives pour consolider la coopération avec le continent.

Une d l gation africaine qui participait   Edex 2021 en visite du Mus e national de la civilisation
Une d l gation africaine qui participait Edex 2021 en visite du Mus e national de la civilisation gyptienne (NMEC).

L’egypte tient à consolider ses relations avec l’Afrique dans tous les domaines: politique, économique, social et culturel. Et pour le secteur égyptien du tourisme, il s’agit d’une opportunité.

En fait, l’Afrique est depuis quelques années l’un des marchés visés par le secteur égyptien du tourisme. L’Egypte a octroyé des visas touristiques électroniques aux ressortissants de certains pays africains. Selon le ministre du Tourisme et des Antiquités,

Khaled El-Enany, le gouvernement égyptien étudie actuellement la possibilité d’accorder plus de facilités aux touristes africains en ce qui concerne l’octroi des visas à l’arrivée dans les aéroports égyptiens. Pour encourager les touristes africains à voyager en Egypte, le Conseil Suprême des Antiquités (CSA) a décidé de traiter les visiteurs africains comme les Egyptiens en ce qui concerne les prix des billets d’entrée dans les musées et les sites archéologiques. «  En fait, le marché africain est un marché prometteur, surtout qu’il y a des pays dont les citoyens ont un niveau de vie élevé. En plus, de nombreux Africains ont un fort désir de se rendre en Egypte », assure Adel Al-Guindy, directeur du département stratégique au ministère du Tourisme et des Antiquités. Et d’ajouter que l’Egypte a présidé l’Union africaine en 2019 et depuis, le gouvernement égyptien déploie des efforts pour promouvoir l’Egypte sur les marchés africains, que ce soit sur les plans politique, économique ou touristique. « Toutes les conférences économiques organisées par l’Etat égyptien ont témoigné d’une forte participation africaine. Le ministre du Tourisme s’entretient régulièrement avec les grands invités africains lorsqu’ils viennent en Egypte et les accompagne dans des visites touristiques sur les sites archéologiques les plus connus au monde », explique Al-Guindy. Le ministre nigérian de l’Information, de la Culture et du Tourisme, Lai Mohammed, était en visite en Egypte la semaine dernière et s’est entretenu avec son homologue égyptien. Les deux responsables ont discuté de la coopération entre l’Egypte et le Nigeria en matière de tourisme et d’antiquités. Le ministre nigérien a visité les pyramides, le Sphinx et le Musée égyptien place Tahrir. De même, lors de la visite du président sénégalais en Egypte dernièrement, un mémorandum d’entente a été signé entre les deux pays permettant au Sénégal de profiter de l’expérience égyptienne dans le domaine de la promotion touristique, de la gestion des sites patrimoniaux et de l’hôtellerie. « Nous voulons faire de l’Egypte la première destination touristique pour les pays africains et nous tenons à soutenir la coopération touristique avec ces pays. Le ministère du Tourisme et des Antiquités s’efforce de résoudre les problèmes qui entravent le tourisme en provenance des pays africains. Nous cherchons actuellement à créer un nouveau produit touristique destiné aux pays africains situés sur le Nil, facteur commun entre l’Egypte et ces pays », indique Al-Guindy.

15 millions de touristes potentiels

Héba Youssef, directrice du département du tourisme thérapeutique au ministère de la Santé, assure que le tourisme médical est un outil pour faire la promotion du tourisme égyptien en Afrique, surtout que c’est un grand marché qui compte plus de 1,3 milliard d’individus. « On te soigne en Egypte, c’est une campagne que nous avons lancée dans le but d’attirer en Egypte plus de 15 millions de touristes africains qui cherchent à se faire soigner », explique Youssef. Elle ajoute qu’une conférence sur la promotion du tourisme médical en Afrique s’est tenue le mois dernier en coopération avec le ministère des Affaires étrangères en présence de 25 ambassadeurs africains accrédités en Egypte. L’objectif de cette conférence était de mettre la lumière sur le potentiel de l’Egypte en matière de tourisme médical, surtout que le gouvernement a récemment lancé plusieurs projets de réforme visant à améliorer la qualité des services de santé. L’Index du Tourisme Médical (ITM) publié par le Centre international des recherches médicales basé en Floride, aux Etats-Unis, classe l’Egypte au 2e rang africain et au 26e rang mondial en matière de tourisme médical. « C’est déjà une amélioration, puisque l’Egypte occupait le 28e rang mondial et le 3e en Afrique en 2017 », se félicite Abdel-Atti Manaay, président de l’Organisation égyptienne du tourisme médical et thérapeutique. Il ajoute qu’il y a encore beaucoup à faire pour encourager les Africains à venir se soigner en Egypte. « Il faut organiser des convois médicaux dans les pays africains pour à la fois soigner leurs citoyens, montrer le potentiel de l’Egypte et aider ces pays à former des cadres dans le domaine médical. On peut par exemple organiser des ateliers de travail dans ces pays pour jeter la lumière sur l’expertise médicale égyptienne dans toutes les spécialisations. En d’autres termes, nous devons exister sur le terrain », assure-t-il. Et de conclure : « L’Egypte offre un meilleur rapport qualité-prix par rapport aux autres pays de la région, en plus de sa réputation en tant que destination historique et de villégiature, ce qui permet au touriste, une fois guéri, de passer sa période de convalescence dans un endroit sain et beau » .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique