Jeudi, 25 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Pour réguler le tourisme, des tarifs minimums dans les hôtels

Dalia Farouq, Mercredi, 17 novembre 2021

Le tarif minimum pour les chambres d’hôtel en Egypte est entré en vigueur début novembre. Son objectif? Empêcher les hôtels de casser les prix. Explications.

Pour réguler le tourisme, des tarifs minimums dans les hôtels

Depuis le 1er novembre, les hôtels en Egypte ne peuvent plus réserver des chambres à moins de 40 dollars pour les hôtels 5 étoiles et de 28 dollars pour les 4 étoiles. Il s’agit, en fait, d’une nouvelle stratégie adoptée par le ministère du Tourisme et des Antiquités pour mettre fin à certaines pratiques qui consistent à casser les prix, adoptées par quelques hôtels.

Cette pratique qui consiste à casser les prix apparaît dans les moments de crise. Face à la chute du nombre de touristes ces dernières années, plusieurs hôtels et agences de voyage ont adopté une politique basée sur une très forte réduction des prix afin d’attirer le plus grand nombre de touristes et réaliser ainsi le plus de revenus possibles. Mais la baisse des prix n’est pas toujours une bonne solution en cas de crise, car elle oblige les hôtels à réduire la qualité des services présentés aux touristes.

« Cela ne nuit pas seulement à la réputation de l’hôtel, mais aussi à la réputation de l’Egypte en tant que destination touristique. De retour dans son pays, le touriste va raconter sa mauvaise expérience en Egypte et pas dans un hôtel particulier », explique Abdel-Fattah Al-Assi, vice-ministre du Tourisme. Il ajoute que la décision du ministre du Tourisme, prise le 23 avril dernier, de donner l’occasion aux agences de voyage d’adapter leurs prix aux tarifs minimums avait pour but de réguler le fonctionnement du marché du tourisme en Egypte. La décision du ministre fixe des prix minimum, mais ne met pas de prix maximum. Cela est laissé à l’offre et la demande.w

« Les hôtels et les agences de voyage doivent réaliser que le respect des prix minimums est dans leur intérêt, surtout que la demande sur l’Egypte en tant que destination touristique commence à augmenter et le marché commence à se stabiliser », ajoute Al-Assi. « Le ministre du Tourisme et des Antiquités a insisté sur la coopération avec le secteur privé, représenté par l’Union des chambres de tourisme, afin de s’entendre sur des prix qui assurent une marge de bénéfice convenable, tout en restant compétitifs », indique Al-Assi. A noter que selon les chiffres du ministère du Tourisme, 8500 nouvelles chambres hôtelières sont entrées en service en 2021.

Révision périodique des prix

Selon Alaa Akel, membre de la Chambre des hôtels, même les prix fixés par le ministère du Tourisme et des Antiquités sont insuffisants si l’on prend en considération les atouts et les infrastructures touristiques de l’Egypte. La décision a été prise après de longues études et des discussions avec les professionnels de l’industrie du tourisme.

« Les prix seront revus périodiquement et seront augmentés lorsque la demande augmentera. Il est temps de commencer la courbe ascendante en ce qui a trait aux prix des séjours touristiques en Egypte, puisqu’on ne pourra pas augmenter les prix tout d’un coup afin de garder la compétitivité avec les pays concurrents », assure Akel. Il affirme que ce sont les revenus, et non pas le nombre d’arrivées touristiques, qui comptent pour mesurer la relance du tourisme en Egypte. Le fait de baisser les prix pour faire face à une crise n’est pas la solution adéquate. « Il est préférable de faire des offres touristiques en présentant des nuitées gratuites par exemple ou une bonne réduction pour les enfants. Une nuitée dans un hôtel 5 étoiles à Charm Al-Cheikh ou à Hurghada se vend à 20 dollars, c’est scandaleux », se lamente Akel. Une situation rejetée par les professionnels qui estiment que de tels prix donnent une mauvaise image du pays. « La baisse des prix a dépassé les limites ces dernières années, ce qui a gravement nui au tourisme en Egypte. On est devenus une destination pour les touristes pauvres qui n’exigent pas de services de qualité.

Les touristes riches se sont tournés vers la Turquie et les Emirats arabes unis », lance Mohamad Sarwat, membre de la Chambre des hôtels. Il estime que le prix minimum moyen équitable pour une nuitée dans un hôtel en Egypte se situe entre 60 et 70 dollars, sans oublier qu’avant 2010, le prix d’une nuitée était de 100 ou même de 120 dollars. L’Egypte a accueilli 3,5 millions de touristes entre janvier et juin derniers, réalisant des revenus de 4 milliards de dollars. « On doit créer un équilibre entre le tourisme basé sur la quantité et celui basé sur la qualité afin de répondre à tous les goûts, attirer de plus en plus de touristes et donc accroître les revenus du tourisme qui est un secteur crucial de l’économie égyptienne », conclut Sarwat.

chiffres et dates

8 500 : Nombre de nouvelles chambres d’hôtels entrées en service en Egypte en 2021.

3,5 millions : Nombre de touristes accueillis par l’Egypte entre janvier et juin 2021.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique