Dimanche, 16 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Le Plateau des pyramides fait peau neuve

Nasma Réda, Mercredi, 28 octobre 2020

La première phase d’un projet de réaménagement du Plateau des pyramides vient d’être finalisée. Une étape pour un changement complet de ce site unique au monde.

Le Plateau des pyramides fait peau neuve

Le ministère du Tourisme et des Antiquités a célébré cette semaine la fin de la première phase d’un grand projet de développement et de réaménagement du site archéologique du Plateau des pyramides. « C’est un grand projet qui va complètement changer ce fabuleux ensemble archéologique », souligne Achraf Mohie, directeur du Plateau des pyramides. Selon lui, les travaux techniques sont terminés à 100 %, notamment la nouvelle et principale entrée qui arrive au Plateau des pyramides depuis l’autoroute du Fayoum. Outre la construction de nouveaux bâtiments destinés à l’administration, une préfecture de police et une bâtisse pour la défense civile et la gestion technique ont été construites. La première phase comprend également la réalisation de deux centres d’accueil, l’un destiné aux visiteurs et l’autre aux étudiants.

Il est à noter que la mise en valeur de la région a commencé en 2009, mais elle a été suspendue en 2011 suite à l’instabilité en Egypte.

« En 2016, après que l’Etat eut décidé d’injecter 500 millions de livres, le ministre du Tourisme et des Antiquités, Khaled El-Enany, a relancé les travaux dans l’objectif de les terminer rapidement », indique Mohie. Ainsi, les activités de construction ont repris par l’intermédiaire de l’Organisme de génie des forces armées qui est responsable de la planification des infrastructures de la région. Ce grand projet vise à faciliter l’accès au site en éliminant tout ce qui gênait les visiteurs. « Avec la fin du projet mi-2021, notre objectif est d’atteindre au moins 20 000 entrées par jour », assure le directeur de la région, qui ajoute que la phase finale concernant l’infrastructure consistera à achever les autoroutes menant à la zone en les reliant au nouveau Grand Musée égyptien (GEM).

Nouvelle conception de visite

« La conception de la visite sera entièrement revue et modernisée. Un circuit sera tracé avec six stations en respectant les programmes des agences touristiques », souligne Achraf Mohie. Il affirme que chaque bus, d’une capacité totale de 65 personnes, est équipé d’Internet. La visite commencera à la nouvelle entrée sur la route du Fayoum. Là, les véhicules personnels et les bus touristiques accèdent à un immense parking, qui peut accueillir jusqu’à 1 200 voitures et 300 bus. « Les visiteurs passeront par les guichets pour acheter leurs billets ou par les portes de sécurité s’ils possèdent déjà leurs tickets électroniques », explique-t-il.

Franchissant le centre d’accueil, qui est la première station du parcours, le visiteur se trouve dans une grande salle d’exposition qui fournit des informations pratiques sur la visite. Ensuite, un documentaire de 15 minutes est diffusé dans la salle de cinéma, et des vidéos informatives sont projetées tout au long de la journée. « A la sortie du centre se trouvent de petits bazars qui vendent des souvenirs et un petit café pour siroter une boisson avant de se lancer dans une balade qui peut durer jusqu’à la fin de la journée », indique le directeur du district archéologique.

La deuxième station est le Panorama, à partir duquel le visiteur peut jouir d’une vue complète sur les majestueuses pyramides. « Cet emplacement est idéal pour les guides touristiques afin de présenter et expliquer toutes les informations concernant l’ensemble du site, avant de passer à la description des différentes pyramides », dit-il. Le troisième arrêt donne accès à la pyramide de Mykérinos. Ensuite vient la station de « Chéops », suivie de celle de « Khephren », avant d’aborder le « Sphinx ». Là, le visiteur peut contempler ce gigantesque monument creusé dans la roche, et visiter le temple funéraire de Khephren. Enfin, il pourra emprunter le trajet de retour jusqu’au centre d’accueil et particulièrement celui des étudiants consacré aux ateliers des jeunes et leurs expositions. Toutes les stations seront équipées de haltes ombragées, avec bancs, petits marchés, guichets automatiques et toilettes (tous ces éléments sont amovibles).

En complément du nouveau circuit, le ministère a créé une vaste zone sablonneuse derrière les trois grandes pyramides afin que les visiteurs puissent éventuellement se divertir en montant à cheval, à dos de chameau ou prendre une calèche. « Autour des pyramides, les cavaliers ont de tout temps causé des problèmes aux touristes et aux visiteurs », reprend-il. Pour remédier à cela, la société privée en charge de gérer les lieux essaye de résoudre ce problème en enseignant les meilleures attitudes et les comportements à adopter aux propriétaires des chevaux et des chameaux, titulaires de permis de travail sur le site. De même, une application Internet sera disponible pour tout paiement électronique des services de divertissement sur place. « A cette date, notre société a versé 301 millions pour la réalisation de ces installations ainsi qu’à la formation du personnel. Celui-ci doit avoir conscience de l’importance du secteur touristique pour les revenus nationaux », souligne Naguib Sawiris, PDG de Orascom Investment Holding. A savoir que dorénavant, le seul accès au Plateau des pyramides pour les visiteurs et les employés se fera depuis l’autoroute du Fayoum, tandis que l’entrée du Sphinx sera limitée aux titulaires de permis spéciaux. L’entrée de l’hôtel Marriott Mena-House sera utilisée uniquement pour les visites officielles VIP.

Coopération avec le secteur privé

Parallèlement à toutes les infrastructures installées et afin de jouir de plus de commodités en visitant les pyramides de Guiza, une initiative a été lancée, faisant intervenir le secteur privé, pour présenter des services variés dans toute la zone. « Notre travail est de gérer le site archéologique tout en le préservant. Mais il manquait de nombreux éléments comme les toilettes, les aires de repos, les bazars et les ateliers d’entretien », souligne le ministre du Tourisme et des Antiquités. Il ajoute que, pour compenser le manque de services, la première entreprise pour la gestion des sites archéologiques a été fondée : Orascom Pyramids Entertainment S.A.E. « Notre compagnie est fière d’avoir été sélectionnée pour présenter ses services aux visiteurs sur ce fabuleux site pour les 15 prochaines années. Ces nombreuses merveilles méritent d’être préservées et présentées au monde d’une manière digne en fournissant des services de qualité qui protègeront la zone de toute pollution et en créant une expérience fascinante pour ses visiteurs », assure Naguib Sawiris, président de la compagnie Orascom Investment Holding S.A.E. Selon Orascam, cette coopération a abouti à la mise en service d’une flotte de bus électriques et d’un restaurant 5 étoiles : « Offrant ainsi une vue emblématique unique de 9 pyramides : les trois grandes pyramides Chéops, Khephren et Mykérinos. Puis les trois pyramides des reines sur le côté est de la grande pyramide, ces mastabas plus petits réservés aux épouses et aux soeurs du roi Chéops. Enfin, trois pyramides annexes le long de la façade sud de la pyramide de Mykérinos dont celle de la reine Khentkaous », explique Achraf Halim, chef exécutif de la nouvelle société Orascom Pyramids Entertainment. Selon lui, le nom du restaurant Nine Pyramids Lounge utilise le 9, chiffre sacré en Egypte Ancienne, et a emprunté le symbole Ankh, désigné comme la clé de la vie. « Construit conformément aux critères environnementaux, son design architectural est simple et en harmonie avec le site », estime Halim.

En outre, début 2021, la compagnie va ouvrir et exploiter 3 cafés et 2 autres restaurants dans un ancien édifice bâti en 1960 et qui est situé sur le côté nord-ouest surplombant les trois pyramides. « Cet édifice servait auparavant de lieu de stockage et d’atelier. Sans le démolir, on l’a transformé en un complexe qui comprendra deux restaurants équipés d’une grande terrasse panoramique sur le toit et un balcon, ainsi qu’un café », explique Halim. Par ailleurs, pour faire baisser le taux de pollution, la compagnie a aussi mis en fonction 30 autobus électriques en plus des fourgonnettes afin d’organiser la visite du site et assurer une circulation fluide pour gérer le flux des visiteurs. « Une fois cette initiative de gestion de l’ensemble archéologique du Plateau des pyramides terminée, nous serons impatients de mettre à profit l’expérience acquise pour apporter notre aide à d’autres réalisations touristiques à venir », conclut Halim.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique