Jeudi, 18 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

La mosquée royale rayonne à nouveau

Dalia Farouq, Mardi, 14 janvier 2020

La mosquée Al-Fateh au palais d'Abdine vient d’être inaugurée après plusieurs années de restauration. 16 millions de livres ont été nécessaires pour lui redonner sa splendeur d’origine.

La mosquée royale rayonne à nouveau

Pour la première fois depuis plu­sieurs années, les rituels de la prière s’élèvent de la mosquée royale Al-Fateh. Située rue Abdine, elle vient d’être inaugurée, vendredi 10 janvier, après des années de restaura­tion. Pour l’occasion, le ministre du Tourisme et des Antiquités, Khaled El-Enany, accompagné du Dr Mokhtar Gomaa, ministre des Waqfs, et du général Khaled Abdel-Al, gouverneur du Caire, sont venus assister au rituel de la prière de ven­dredi dernier. « Cette mosquée royale, qui occupe la partie orien­tale du palais Abdine au centre-ville, a été l’objet d’un grand projet de restauration depuis 2017. Conçue dans un style ottoman, elle a été construite en 1918 par Abdine bey, prince de la brigade royale du roi Fouad Ier, adjacente à son palais », explique Dr Gamal Moustapha, chef du secteur des antiquités islamiques et coptes au ministère du Tourisme et des Antiquités. Plus tard, le roi Fouad a ordonné de rénover la mosquée qui donne directement sur les jardins du palais royal Abdine, tout en préser­vant l’ancienne entrée et le minaret. Il a aussi doublé sa superficie. Al-Fateh a donc vu prier de nom­breux rois et souverains en visite en Egypte lors de l’époque royale.

L’ingénieur Aboul-Ela a expliqué que les travaux de restauration de la mosquée, exécutés en coopération avec l’entreprise Arab Contractors, ont été menés à l’intérieur et à l’ex­térieur de l’édifice. « Les travaux dans la mosquée comprenaient la rénovation des sols en marbre de la cour de la mosquée, la restauration et le nettoyage des revêtements en marbre des murs, de la chaire, du mihrab, des colonnes de marbre et de granit, les dômes et les trottoirs de l’intérieur », explique Aboul-Ela. Et d’ajouter que les éléments décoratifs et les sculptures florales, les reliefs gravés sur les murs ont tous été restaurés. Ce projet a aussi consisté en la rénovation des réseaux sanitaires, des systèmes audio, de l’éclairage et des caméras de surveillance.

A l’extérieur de la mosquée, les façades et les pierres du minaret, et les dômes de cuivre situés sur les toits ont refait peau neuve. Les tra­vaux d’isolation des toits de la mos­quée étaient aussi une nécessité pour protéger les murs de la mos­quée de toute infiltration d’eau. « Avec un projet de restauration globale coûtant plus de 16 millions de L.E. la mosquée royale Al-Fateh a retrouvé sa beauté d’antan », conclut Aboul-Ela.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique