Samedi, 15 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Le patrimoine égyptien exposé en Italie

Nasma Réda, Mardi, 31 juillet 2018

Deux expositions de répliques seront organisées ce mois-ci, conjointement par le ministère des Antiquités et l’association caritative italienne S.I.B. Benedetti au Palais des papes à Viterbo, en Italie.

Le patrimoine égyptien exposé en Italie
Les icônes de la Sainte Famille font l’objet de la 1re exposition de Viterbo.

250 répliques retraçant l’histoire de l’Egypte ont quitté le port d’Alexandrie il y a quelques jours pour être exposées au Palais des Papes à Viterbo, en Italie. La première exposition, celle de pièces de l’art copte, entre dans le cadre du projet de ressusciter le trajet de la Sainte Famille en Egypte. Il s’agit aussi de renforcer les relations égypto-italiennes. « La collection choisie pour être exposée est unique et inestimable. C’est pourquoi il était très difficile de la faire sortir du Musée copte », souligne Amr Al-Tibi, chef de l’unité des répliques antiques au ministère des Antiquités, ajoutant que c’est de là qu’a surgi l’idée d’exposer des répliques. « Cette idée a été appréciée par la fondation S.I.B. Benedetti qui organise l’exposition », reprend Al-Tibi, assurant que c’est la première exposition du genre à l’étranger, organisée par l’unité des répliques en coopération avec une association caritative. « On a assisté à plusieurs événements qui étaient consacrés uniquement à la vente des pièces, mais pas pour exposer la civilisation égyptienne », affirme-t-il.

Suite à la demande du Palais des Papes de Viterbo, la première exposition sera inaugurée le 24 juin et durera jusqu’au 30 octobre, elle comprendra 60 pièces représentant l’art copte. Cette collection varie entre des répliques d’icônes exposées au Musée copte et représentant le circuit de la Sainte Famille en Egypte, en plus d’une vingtaine d’autres répliques de pièces provenant de sites coptes. « Un grand nombre de ces répliques est identique à l’original de dimensions 1 à 1. Et même le matériel utilisé est très semblable à l’original », assure Al-Tibi. D’après le protocole signé, c’est la fondation S.I.B. qui est chargée de l’emballage, du transport et de l’assurance avec la compagnie égyptienne Misr d’assurance. Il est à noter que la totalité de la collection des répliques qui compte 250 pièces est estimée à presque 3,5 millions de L.E.

Le patrimoine égyptien exposé en Italie
Staue colossale de Ptah, une des pièces maîtresses de l’exposition.

Le Palais des Papes de Viterbo est le plus important monument historique de cette ville du nord d’Italie, qui fut pendant le temps une résidence des papes. Ce palais a été érigé dans sa forme actuelle au milieu du XIIIe siècle et faisait avec Viterbo l’un des importants lieux saints de l’Italie. Etant un bâtiment massif, deux grandes salles ont été réservées pour ces deux expositions. La deuxième exposition, « Trésors de l’Egypte », aura lieu du 30 juin et dure aussi jusqu’à la fin du mois d’octobre. Cette exposition retrace l’histoire de l’Egypte au cours des siècles depuis la préhistoire jusqu’à l’époque islamique.

Parmi les pièces exposées, la palette de Narmer, la statue du scribe et du Cheikh Al-Balad, ainsi que la statue représentant la femme portant des offrandes et la collection dorée du roi Toutankhamon. L’époque gréco-romaine est représentée par la tête d’Alexandre le Grand, et les célèbres portraits du Fayoum. Le scénario « chronologique » de l’exposition se termine par une célèbre collection de répliques de la céramique islamique qui se trouve au Musée d’art islamique.

Pour la première fois, l’unité archéologique des répliques copie la statue de Ptah, symbole de l’art en Egypte Ancienne. Si la statue originale exposée au Musée du Caire fait 60 cm de long, la nouvelle réplique est géante, elle mesure 4 m. Un travail qui a duré plus de 3 mois consécutifs. De même, l’une des pièces maîtresses est la grande statue de la déesse Selket, faisant 3,5 m de haut, celle-ci était la bienfaisante qui protégeait le sarcophage du pharaon.

« Ces deux expositions seront suivies par la mise en vente de ces répliques dites antiques », déclare-t-il. En marge de cet événement, de nombreuses répliques de petites dimensions seront également mises en vente, telle la tête de la reine Néfertiti.

Promouvoir le tourisme aussi

Le patrimoine égyptien exposé en Italie
La tête d’Akhenaton.

Si ces expositions aident à la promotion du tourisme, elles reflètent également l’habileté du sculpteur et de l’artiste égyptien à produire des répliques authentiques des pièces originales. « C’est une excellente manière d’exposer la civilisation égyptienne à l’étranger, faire de la promotion touristique pour le pays tout en protégeant nos pièces », assure Al-Tibi. Et d’ajouter que c’est un moyen rentable pour le ministère des Antiquités. « Les pièces fabriquées par des matériaux presque semblables à l’original sont normalement de grande valeur et sont plus chères que celles produites par d’autres matériaux », indique Al-Tibi. Ce dernier assure que l’unité des répliques antiques, créée en 2004, a pour but non seulement de revivifier l’art égyptien mais aussi de reproduire des répliques pour les exporter aux grands musées du monde vendant dans leurs bazars des pièces égyptiennes qui ne sont pas de la même qualité produite en Egypte par le ministère. Indiquant alors la nécessité d’accélérer les pas pour créer une société relevant du ministère pour la production des répliques dans les domaines archéologiques.

Un pas tant attendu depuis la décision présidentielle en 2004, suivie d’un ordre de l’ancien ministre de l’Industrie et du Commerce en 2015, Mounir Fakhri Abdel-Nour, d’interdire l’importation des répliques des biens culturels égyptiens, afin de préserver l’héritage et l’art populaire et de protéger les droits de propriété intellectuelle des Egyptiens. « Avant cette décision, les importations des répliques de la Chine dépassaient les 10 milliards de L.E. », assure Al-Tibi. Selon lui, le marché égyptien a besoin de ces pièces, surtout avec le retour du tourisme en Egypte. Actuellement, toutes les procédures ont été prises pour la mise en oeuvre de cette société.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique