Samedi, 13 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Emblèmes d'Alexandrie

Doaa Elhami, Lundi, 12 février 2018

Les monuments sont les meilleurs témoins de l’histoire. Sélection de trois sites qui ont contribué au rayonnement d’Alexandrie.

Emblèmes d
Le Phare.

Le Phare d’Alexandrie

Le Phare d’Alexandrie, l’une des sept merveilles du monde, est la première construction au monde érigée pour diriger les navires. Il a été bâti par l’architecte grec Sostrate sur un rocher de l’île de Pharos, pendant les règnes de Ptolémée Ier et Ptolémée II (280-290 av. J.-C.). Composé de trois étages et s’élevant à 125 m de hauteur. Le phare a été construit avec des blocs de calcaire et surmonté d’une statue colossale de la divinité Zeus.

Emblèmes d
La citadelle de Qaïtbay, dressée à la place du Phare après sa destruction.

« Le phare était gravé sur les pièces de monnaie romaines, notamment celles des empereurs Domitien, Trajan, et Hadrien », explique Khaled Gharib, chef de la section gréco-romaine à la faculté des antiquités de l’Université du Caire. Vers la fin du XIIIe siècle, deux séismes ont complètement détruit le phare. Cent ans plus tard, en 1477, le sultan Al-Achraf Qaïtbay a fait construire une citadelle à sa la place.

.......

.............

........

La Bibliotheca Alexandrina

Emblèmes d
La nouvelle Bibliotheca Alexandrina.

Si les sources historiques ne précisent pas la date de construction de la Bibliotheca Alexandrina, il est certain que c’est Ptolémée Ier qui a lancé les travaux. Ces derniers ont pris plus de deux décennies et se sont terminés durant le règne de son fils Ptolémée II. « La Bibliothèque se situait dans le quartier royal et occupait le quart de la cité », explique Ezzat Qados, professeur d’antiquités et d’histoire gréco-romaines à l’Université d’Alexandrie. Il indique que les Ptolémées étaient connus par leur amour de la lecture. La Bibliothèque contenait près d’un million de livres de toutes les civilisations, dans toutes les langues et couvrant tous les domaines. Elle est devenue une véritable institution scientifique et culturelle qui a attiré tous les intellectuels hellénistiques. La Bibliotheca Alexandrina a connu son âge d’or pendant l’ère ptolémaïque, notamment sous le règne de Ptolémée III (284-222 av. J.-C.), avant d’être détruite, en 391, par l’empereur Théodesios Ier. « Alexandrie a subi une forte détérioration après cet incident », indique Qados.

En 2002, la nouvelle Bibliotheca Alexandrina a été inaugurée, dans l’espoir de redonner à la ville sa splendeur d’antan.

La colonne de Sawari (Dioclétien)

Emblèmes d

Erigée au sein du temple de Serapeum, dans le quartier alexandrin de Karmouz, cette colonne en granit rouge mesure environ 27 m de long et est coiffée d’un chapiteau en granit. Elle a été installée par le gouverneur Bostomos en l’an 298 de notre ère, en l’honneur de l’empereur romain Dioclétien. « L’empereur avait détourné à Alexandrie un chargement de blé destiné à Rome, afin de sauver le peuple alexandrin d’une famine », explique le professeur Ezzat Qados. Il explique que la colonne est gravée d’un texte en grec glorifiant l’empereur Dioclétien, sa justesse, sa générosité et sa clémence. Néanmoins, le règne de Dioclétien est aussi connu dans l’histoire comme l’époque des martyrs, vu la cruauté de l’empereur dans sa persécution des chrétiens au début du IVe siècle.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique