Mardi, 28 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Des sites en péril

Nasma Réda, Lundi, 25 juillet 2016

Lors de sa récente réunion à Istanbul, l'Unesco a intégré 21 nouveaux sites à la liste du patrimoine mondial.

Des sites en péril
Site archéologique de Leptis Magna, Libye. (Photo : Unesco)

Réuni à Istanbul du 10 au 17 juillet en dépit des événements politiques qui ont secoué ce pays, le Comité du patrimoine mondial a inclus 21 nouveaux sites à la liste du patrimoine mondial dont 12 sites culturels, 6 naturels et 3 mixtes, ce qui porte à 1 052 le nombre total de sites inscrits répartis dans 165 pays. Suite aux événements survenus en Turquie le 15 juillet, le Comité du patrimoine mondial a été d’abord obligé de suspendre ses travaux pour une journée, et a donc clôturé la session le 17 au lieu du 20 pour se conformer aux protocoles de sécurité des Nations-Unies mis en place. Cette session est censée reprendre à Paris en octobre prochain et devrait traiter les questions qui n’ont pu être abordées à Istanbul. Le comité a examiné l’état de conservation de 155 sites. Intitulée « la culture contre le terrorisme », cette session a appelé la communauté internationale à se mobiliser pour faire face à l’extrémisme dans le but de préserver le patrimoine et la culture. Lors de son discours d’ouverture, Irina Bokova, directrice générale de l’agence onusienne, a expliqué que « la réponse de la communauté internationale doit être forte face aux extrémismes violents qui ciblent et manipulent la culture, et alimentent la peur ». En évoquant non seulement les pertes de vies humaines, mais aussi les destructions des sites culturels de Palmyre, d’Alep en Syrie ou de Mossoul en Iraq, elle ajoute : « Nous appartenons à la même famille et c’est précisément ce que les extrémistes veulent détruire ».

Cyrène, Leptis Magna et Sabratha

Au vu des dégâts déjà subis et des dommages encore redoutés en raison du conflit en Libye, le Comité du patrimoine mondial a décidé d’inscrire les cinq sites libyens du patrimoine mondial sur la liste des sites en péril. Il s’agit de Cyrène, Leptis Magna, le site archéologique de Sabratha (inscrits en 1982), les sites rupestres de Tadrart Acacus (inscrits en 1985) et l’ancienne ville de Ghadamès (inscrite en 1986). Le comité a justifié cette décision par l’insécurité qui règne en Libye et la présence des groupes armés sur les sites en question ou du moins dans leur proximité immédiate, en référence au groupe Etat Islamique (EI) en lutte contre le Gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu par l’Onu.

D’autres sites en danger figurent également sur la liste du patrimoine mondial en péril de l’Unesco. C’est le cas notamment des villes anciennes de Djenné, au Mali, qui, en raison de la situation précaire dans le pays, ne sont plus protégées. Le comité a d’ailleurs exprimé « sa préoccupation concernant ce bien situé dans une région affectée par l’insécurité ». Le Mali étant aux prises avec une insurrection des groupes islamistes radicaux d’Al-Qaëda au Maghreb islamique (Aqmi) et Ansar Dine. Le comité a également estimé que « ce contexte ne permet pas de lutter contre les menaces qui affectent le site, notamment la pression urbaine et l’érosion des sites archéologiques ». Le site malien avait été inscrit en 1988 sur la liste du patrimoine mondial. Habité depuis 250 av. J.-C., le site des villes anciennes de Djenné s’est développé pour devenir un marché et une ville importante pour le commerce trans-saharien de l’or. Aux XVe et XVIe siècles, la ville a été un foyer de diffusion de l’islam. Ses maisons traditionnelles sont bâties sur de petites collines et adaptées aux inondations saisonnières. « Le patrimoine mondial est attaqué du Mali au Yémen par le terrorisme », avait indiqué Irina Bokova. La liste du patrimoine en péril doit permettre de mobiliser le soutien de la communauté internationale en faveur de la protection de ces sites et d’encourager des mesures correctives pour protéger les biens en question. La prochaine session du Comité du patrimoine mondial se tiendra à Cracovie en Pologne en juillet 2017.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique