Jeudi, 20 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Al-Licht promet d’autres découvertes

Nasma Réda, Mardi, 08 mars 2016

La tombe d’Intef, un haut fonctionnaire du Moyen Empire, a été mise au jour près de Dahchour. Une découverte qui vient s'ajouter à une longue liste dans la région.

Al-Licht promet d’autres découvertes
Une des scènes funéraires d'Intef.

Une mission archéologique égypto-américaine opérant sur le site archéologique d’Al-Licht près de Dahchour (Guiza) a mis au jour une tombe remontant au Moyen Empire (2040-1640 av. J.-C.) au cours des travaux de documentations et de fouilles de sauvetage. C’est lorsque l’archéologue Mohamad Youssef, directeur de la mission, ainsi que Sara Parcak, de l’Université d’Alabama (Etats-Unis), ont trouvé quelques rochers dispersés devant un fossé, qu’ils ont flairé le potentiel. « Les pièces trouvées étaient différentes de toutes celles qui étaient dans le sable. Elles portaient des inscriptions avec des couleurs presque effacées. Alors on a commencé à fouiller », explique Youssef. Il ajoute être presque certain que cette tombe a été fouillée illégalement après 2011. « Mais les cambrioleurs n’ont pas pu aller plus loin ».

Une chaussée montante en brique crue a conduit la mission à ce tombeau sculpté dans la roche. « Cette tombe trouvée au sud de la pyramide du roi Sénousret Ier appartient à un haut fonctionnaire de la cour royale de la XIIe dynastie », souligne Mahmoud Afifi, chef du département des monuments égyptiens au ministère des Antiquités. Une fois la tombe découverte, les fouilleurs ont réussi à détecter immédiatement son propriétaire. De nombreux titres apparaissent sur les murs. « Le commandant d’armée », « le général », « le porteur des sceaux royaux » sont les titres d’Intef, propriétaire de ce tombeau. « On a pu découvrir la fausse porte de la tombe, également la porte d’entrée et une dizaine de poteries et de jars. De même, des scènes colorées décorent toutes les parois intérieures de la tombe », déclare le directeur égyptien de la mission.

Al-Licht promet d’autres découvertes
Parcak et Youssef au cours des fouilles.

Les plus belles scènes de la tombe sont celles montrant Intef chassant un boeuf, une autre le présente assis devant la table des offrandes, une troisième montre ses cinq fils, ainsi que leurs noms et titres. « L’aîné portait les mêmes habits que son père et la même perruque puisqu’il est son héritier », dit Youssef.

Images satellites

Al-Licht, à Dahchour
Porte d'entrée de la tombe.

Les explorations dans cette zone ont commencé en 2011 quand Parcak est venue explorer le terrain et examiner de près le résultat des images satellites. Son but essentiel était de préserver ces sites des fouilles illicites. Cette mission a alors été chargée par le ministère des Antiquités de mener des fouilles de sauvetage. « Son travail initial était basé sur la documentation et la préservation, par des moyens sophistiqués liés aux satellites, des sites qui ont été volés après la révolution du 25 janvier 2011 », déclare Mamdouh Al-Damati, ministre des Antiquités. A noter que l’archéologue américaine Sarah Parcak est spécialisée dans le travail de détection des pillages sur les sites antiques grâce à un traitement particulier des images satellites. « Ces quatre dernières années étaient horribles pour l’archéologie égyptienne », a-t-elle estimé lors d’une conférence de presse tenue à Vancouver, dans l’ouest du Canada, en février dernier. « En comparant les sites en 2011 avec des images capturées en 2009, j’ai constaté des différences, j’ai trouvé des taches noires sur quelques sites, surtout dans la nécropole du Moyen Empire à Al-Licht-nord », raconte-t-elle, espérant que cette nouvelle technologie sera d’une aide importante pour les archéologues du monde entier. « Pour les sites énormes que possède l’Egypte, c’est une méthode qui permet d’être plus sélectif dans le travail, on peut ainsi savoir où commencer les fouilles. C’est un outil important qui nous permet de nous concentrer sur un lieu donné », assure-t-elle. En attendant la révélation d’autres secrets, les travaux de documentations reprendront en mai prochain.

Al-Licht, à Dahchour

Le site d’Al-Licht se situe à 60 km au sud du Caire. Il comprend la première nécropole royale de la XIIe dynastie (1991-1783 av. J.-C.), marquant le rôle important de Memphis devenue capitale de l’Egypte pendant cette période. Ainsi, Amenemhat Ier, qui régna de 1991 à 1962 av. J.-C., et son fils successeur Sénousret Ier (1971-1926 av. J.-C.), y construisent leur complexe funéraire ainsi que leurs pyramides. Ces monuments témoignent de l’époque glorieuse de l’Ancien Empire. « C’est en 1907 qu’une mission américaine archéologique du Metropolitan Museum est venue opérer sur le site. Depuis, aucune autre mission n’est venue sur le site », déclare Mohamad Youssef, président de la mission égypto-américaine actuellement sur place. Al-Licht comprend également de petites pyramides en plus de celle de la famille royale, ainsi que les nombreux mastabas des hauts responsables gouvernementaux.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique