Mardi, 18 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Néfertiti es-tu là ?

Nasma Réda avec agences, Mercredi, 02 décembre 2015

La théorie de Nicholas Reeves sur l’emplacement de la tombe de Néfertiti semble se confirmer. Il est désormais presque certain que le tombeau de Toutakhamon renferme encore au moins une pièce inexplorée. Tous les espoirs sont permis.

Néfertiti es-tu là ?
(Photo : AP)

Nicholas reeves est un homme heureux. L’expert britannique est à un pas de prouver sa théorie sur la chambre, qui cacherait le tombeau de la reine Néfertiti, jamais découvert. L’expert japonais, Hirokatsu Watanabe, de l’Université de Nihon, est venu donner encore plus d’espoir à Reeves. Cette semaine, dans la Vallée des rois à Louqsor, de nouvelles analyses au radar, qui ont duré 48 heures, ont été effectuées dans la tombe du pharaon Toutankhamon, par Watanabe.

« Il y a 90 % de chance qu’il y ait une autre chambre, une autre tombe derrière la chambre funéraire de Toutankhamon », a affirmé Mamdouh Al-Damati, ministre des Antiquités, samedi dernier, lors d’une conférence de presse tenue au sein de la maison de l’archéologue britannique, Howard Carter. C’est ce dernier qui a découvert intacte, il y a plus de 90 ans, cette tombe contenant plus de 5 000 objets, vieux de 3 300 ans dont bon nombre en or massif.

Le ministre a estimé à 70 % les chances de découverte de la tombe de Néfertiti contre 60 % en septembre dernier. Mais avec les travaux effectués par les Japonais, ces chances tournent à présent autour de 90 %. Les précédentes analyses, effectuées par l’HIP (Heritage Innovation Preservation) avaient estimé probable l’existence d’un vide derrière le mur nord de la chambre funéraire du tombeau du jeune pharaon, mort brusquement à 19 ans, en 1324 av. J.-C. après neuf ans de règne.

Néfertiti es-tu là ?
(Photo : Reuters)

L’HIP travaille à l’extérieur de la tombe, alors que les Japonais opèrent à l’intérieur. L’expert japonais a commencé à balayer le sol rocailleux à l’aide d’un coffret, contenant le radar, avant de lire sur un ordinateur portable les ondes qu’il produit. Reeves a, lui, décrit les données collectées par le radar comme « intrigantes ».

Bon ou mauvais signe ?

Après les tests et les analyses, de multiples questions ont resurgi. Les premières analyses faites à l’oeil nu ont montré qu’une ligne bizarre se trouvait dans le plafond de la chambre funéraire. Reeves suppose que cette chambre faisait à l’origine partie du couloir d’une autre chambre. Cette ligne atteint le mur nord où l’expert britannique attend sa découverte. Les balayages infrarouges ont confirmé des points chauds au même endroit. Il faudra cependant attendre deux mois avant d’obtenir des résultats définitifs. « Ces tests semblent indiquer qu’il y a une distinction claire entre la roche dure et quelque chose d’autre, qui devrait être un espace vide », a indiqué Nicholas Reeves. La conclusion, c’est qu’il y a une extension de la tombe de Toutankhamon, au-delà du mur nord. Pour l’archéologue c’est l’hypogée de Néfertiti qui se trouve derrière ce mur.

Mais pourquoi Néfertiti et pas d’autres ? Dans son étude, Reeves affirme que les peintures murales de la chambre funéraire de Toutankhamon pourraient dissimuler deux portes, dont l’existence était restée jusqu’ici inconnue, et la seconde pourrait conduire à une chambre de stockage inexplorée, qui daterait apparemment de l’ère de Toutankhamon. Ajoutant aussi que « faute de tombeau disponible pour accueillir Toutankhamon, les prêtres auraient ainsi décidé de rouvrir la tombe de Néfertiti, dix ans après sa mort, pour inhumer le jeune pharaon dans l’hypogée qui, au départ, n’était pas prévu pour lui », selon l’égyptologue.

Néfertiti fut l’épouse du pharaon Akhenaton, père de Toutankhamon, et qui convertit temporairement l’Egypte antique au monothéisme et imposa le culte exclusif du dieu soleil, Aton. A ce jour, les égyptologues n’ont jamais découvert la momie de cette reine à la beauté légendaire, qui exerça un rôle politique et religieux fondamental au XIVe siècle av. J.-C.

Désormais et malgré des doutes préliminaires, le ministre des Antiquités espère une découverte exceptionnelle. « S’il y a une chambre derrière le mur nord, elle peut ne pas appartenir à la reine Néfertiti, elle peut être à quelqu’un d’autre », a-t-il pondéré.

Pour Zahi Hawas, ancien ministre des Antiquités, Néfertiti n’est pas enterrée dans la Vallée des rois. « Elle a participé au culte d’Aton avec Akhenaton. Les prêtres n’auraient jamais autorisé son enterrement dans la Vallée des rois », a affirmé Hawas à l’AFP.

Al-Damati estime que la cavité vide pourrait renfermer la sépulture de Kiya, une autre épouse d’Akhenaton, de la fille du pharaon ou encore d’un membre de la famille royale, tout en espérant faire bientôt la plus grande découverte archéologique du XXIe siècle. « Nous devons y arriver sans endommager ni la tombe, ni les peintures funéraires », souligne-t-il. Les tests se poursuivent donc d’abord aux abords de la tombe.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique