Lundi, 26 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Les touristes arabes sollicités

Mardi, 17 novembre 2015

Contrairement à beaucoup d’autres pays, le Koweït, les Emirats arabes unis et L’Arabie saoudite encouragent leurs citoyens à se rendre en Egypte. L’Arabie saoudite souhaite faire passer à un million le nombre de ses touristes en Egypte. Selon l’agence de presse saoudienne, le roi Salmane Bin Abdel-Aziz a demandé à la compagnie aérienne saoudienne de maintenir ses vols pour Charm Al-Cheikh.

Les touristes arabes sollicités

Pour sa part, l’écrivain koweïtien Ahmad Al-Jarallah a appelé ses concitoyens à soutenir le tourisme en Egypte. Une invitation qui a eu beaucoup d’échos et à laquelle les Koweïtiens ont positivement réagi sur les réseaux sociaux. Plusieurs agences de voyage au Koweït ont affiché leur intention de multiplier les offres pour les plages de Charm Al-Cheikh et Hurghada.

Selon Mohamad Abdel-Gabbar, président du secteur du tourisme international au ministère du Tourisme, les vols directs liant Abu-Dhabi, Koweït et Riyad à Charm Al-Cheikh, Hurghada et Marsa Alam devront augmenter. « La nouvelle génération de touristes arabes diffère beaucoup des anciennes générations qui visitaient principalement Le Caire et logeaient dans des appartements. Aujourd’hui, on préfère les stations balnéaires et les hôtels », note Abdel-Gabbar.

Le ministère du Tourisme, en concert avec la compagnie aérienne Egyptair et la Chambre du tourisme et d’hôtellerie, a décidé d’offrir des pacquages intéressants pour l’année 2016, notamment aux touristes émiratis, saoudiens et koweïtiens.

Les touristes arabes sollicités

Selon le ministère du Tourisme, près de 20 % des touristes que reçoit l’Egypte proviennent des pays arabes, notamment ceux du Golfe. Leur nombre a enregistré une croissance de plus de 100 % en 2014 par rapport à l’année précédente.

« C’est grâce aux flux des touristes arabes que les professionnels du tourisme ont pu compenser une partie de leurs pertes à la suite de l’attentat terroriste qui a visé des touristes sud-coréens à Taba au mois de février 2014 », rappelle Adel Abdel-Razeq, expert en tourisme.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique