Samedi, 18 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Exposition : Néfertiti fête ses 100 ans

Dalia Farouq (avec agences), Lundi, 24 décembre 2012

Le Neueus Museum de Berlin fête jusqu’au 13 avril prochain le centième anniversaire de la découverte du buste de Néfertiti, qui aujourd’hui encore attire des millions de visiteurs.

Exposition

Dans le monde de l’art, le buste de Néfertiti est considéré comme la plus célèbre représentation d’un visage féminin après la Joconde. 3 400 ans après sa réalisation, l’oeuvre continue de fasciner les visiteurs du Neueus Museum, à Berlin. Le musée vient tout juste d’inaugurer son exposition organisée sous le nom « A la lumière d’Amarna : le centenaire du buste de Néfertiti », qui célèbre la découverte de la sculpture le 6 décembre 1912, à Louqsor par l’archéologue allemand Ludwig Borchardt.

Pour l’occasion, le Neueus Museum a réuni autour du buste plus de 1 300 objets issus de la période amarnienne, marquée notamment par le règne du pharaon Akhenaton et de sa reine Néfertiti. La vie quotidienne en Egypte au XIVe siècle av. J.-C. est illustrée à travers des pigments de couleur, des bouts de céramiques, ou encore des oeuvres d’art complètes. Beaucoup de ces objets sont exposés pour la première fois au grand public. Ils ont été prêtés en majorité par des musées occidentaux comme le Metropolitain Museum of Art de New York, le Louvre à Paris et le British Museum de Londres. La directrice du musée égyptien de Berlin, Friederike Seyfried, a souligné que l’instabilité politique créée par le Printemps arabe en Egypte avait empêché la collaboration avec les spécialistes égyptiens pour la préparation de cette exposition. « J’espère que la situation politique va se stabiliser en Egypte et ne va pas prendre une direction que nous regretterions », a-t-elle affirmé. L’exposition prend fin le 13 avril 2013.

Placé au bout d’un long couloir sous une faible lumière afin d’en accentuer l’effet dramatique, le buste éblouit le visiteur autant que la reine avait ébloui l’Egypte dans le temps. Avec son nez fin, ses pommettes hautes, son cou gracile, l’oeil droit incrusté de quartz (l’oeil gauche est manquant), la beauté de Néfertiti attire un million de visiteurs par an depuis qu’il se trouve au Neueus Museum. Ses oreilles ébréchées constituent les seuls dommages visibles subis par le buste. Ce buste polychrome en grès donne une idée de la manière habile dont les Anciens Egyptiens restituaient les proportions du visage humain.

Une oeuvre réclamée par l’Egypte

Cette sculpture figure en tête des oeuvres d’art réclamées par l’Egypte à travers le monde. Si la demande se fait mois pressante depuis le Printemps arabe, la querelle continue dans les coulisses selon des responsables allemands. « Il y a des oeuvres d’art qui appartiennent à la conscience collective. Néfertiti est une oeuvre de la sorte. Elle n’est pas la possession d’un musée, c’est celle de nous tous », souligne le ministre allemand délégué à la Culture, Bernd Neumann, lors de l’exposition. « Pour couper court à toute question, laissez-moi vous dire qu’il n’y a pas de doutes : Néfertiti appartient légalement à la Fondation pour l’héritage culturel de la Ville-Etat de Berlin », a souligné M. Neumann. Le responsable affirme disposer des documents prouvant que le buste de Néfertiti a été acheté à l’époque légalement par l’Etat de Prusse. Il a ajouté que Berlin prenait très au sérieux sa responsabilité pour préserver le buste, ainsi que les 5 500 autres oeuvres ramenées en 1912 par Ludwig Borchardt.

Il ne s’agit pas là des seuls points de litige entourant le buste de Néfertiti. En 2009, l’historien d’art suisse, Henri Stierlin, soutient que le buste de Berlin est une copie datant de 1912. Le conservateur du Musée égyptien de Berlin, Dietrich Wildung, ainsi que plusieurs égyptologues réfutent cette thèse et affirment l’authenticité du buste. Sous réserve d’une preuve matérielle qui fait défaut, le débat n’est pas clos.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique