Mardi, 23 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

Saïd Saleh nous fera toujours rire

May Sélim, Mardi, 05 août 2014

Grand comédien de l'humour, le septuagénaire Saïd Saleh nous a quittés à jamais. Hommage à celui qui aura marqué toute une génération.

Said Saleh
Madrasset Al-Mochaghébine.

Said Saleh
Al-Eyal Kébret.

Impossible de manquer sur le petit écran Madrasset Al-Mochaghébine (l’école des cancres, 1973) ou Al-Eyal Kébret (les enfants ont grandi, 1979). Diffusées sur les chaînes satellites ou publiques, elles sont devenues les icônes de toutes fêtes religieuses musul­manes. Interprétant Morsi Al-Zanati dans le premier et Soltane dans le second, Saïd Saleh est devenu pour les specta­teurs ce comédien qui touche tou­jours les coeurs. On accepte ses effets humoristiques, ses déguise­ments, et même ses digressions. Sur les réseaux sociaux, on repro­duit des extraits de ses discours comiques, on reprend ses images du passé… Saïd Saleh a toujours réussi à faire rire. On l’a souvent appelé par le nom de ses person­nages, et lui, il se contente de répéter: « Je suis le fils du théâtre ».

Sa carrière de comédien a débuté au théâtre de la télévision dans les années 1960. Sur les planches, il a joué plus de 300 pièces. Le jeu, l’humour noir et la critique des régimes politiques se manifestent dans ses pièces à succès Kaabalon, 1985 et Qaadine leih en 2005. Sur scène, il est ce comédien passionné et spontané qui se permet de tout dire.

Said Saleh

]Au cinéma, Saïd Saleh, qui a partagé le vedettariat avec son ami Adel Imam dans différentes productions, compte à son actif 500 longs métrages. « Le cinéma égyptien a produit tout au long de sa carrière 1500 longs métrages. J’ai eu la chance de participer au tiers de cette production », décla­rait souvent « Soltane » dans les médias.

Son rôle dans le film Al-Zhaïmar (2010) a révélé une autre facette de ce comédien et a témoigné de son potentiel inépuisable. Loin de jouer le comique, il y interprétait le rôle d’un vieil homme atteint de maladie.

Jouer au théâtre, au cinéma et à la télévision a constitué son vrai salut, pour surmonter des périodes de détention et de troubles variés.

Son départ a été soudain suite à la détérioration de son état de santé. Et même si cette star de l’humour noir n’est plus, on retrouvera quand même bientôt Soltan ou Morsi. Saïd Saleh nous fera toujours rire.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique