Lundi, 15 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

Les salles obscures dans le noir après 22h

Lundi, 22 octobre 2012

Pour faire des économies d’électricité, le gouvernement a décidé que les commerces devront désormais fermer leurs portes à 22h, sauf pour les établissements dotés d’une licence touristique. De quoi attirer les foudres des spécialistes, tel le producteur et distributeur Mohamad Hassan Ramzi : « C’est catastrophique pour l’industrie du cinéma, après 2 ans de souffrance. Une énième preuve que l’Etat ne s’intéresse pas au cinéma ». D’après lui, les salles doivent déroger à cette règle des 22h. « Si le Conseil des ministres, responsable de l’approbation de cette décision, ne conçoit pas la différence entre les salles de cinéma et les autres commerces, on a le droit de se sentir frustré face à une telle administration ignorant que le cinéma fut l’une des industries les plus rentables pendant les années 1950, 60 et 70 ».

Pour sa part, le critique Kamal Ramzi vient d’appeler à une réunion urgente pour tous les spécialistes et les cinéastes, afin de rédiger un mémorandum et de lancer une pétition qui sera remise à Mohamad Morsi. Il souhaite ainsi rendre publique son indignation face à cette décision, à même de décourager les derniers producteurs encore actifs, après le départ de plusieurs d’entre eux vers la télévision.

« Tous les films sortis durant 2011 et 2012 n’ont réalisé que 40 % de gains attendus par leurs producteurs, ce qui souligne l’accumulation de problèmes dont souffre le box-office en Egypte. Au lieu de nous accorder quelques aides ou privilèges, on nous complique la vie avec d’autres restrictions », s’indigne Mohamad Hassan Ramzi, qui réclame un plan de secours

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique