Mardi, 28 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

Le groupe musical Gawy parvient à Hollywood

Ati Metwaly, Lundi, 23 août 2021

La chanson Atchane ya Zeina (j’ai soif ma belle), du groupe égyptien de musique alternative Gawy, a été sélectionnée entre autres tubes internationaux pour faire partie de la bande-son du film américain Black Widow (veuve noire). Focus sur le parcours du groupe.

Le groupe musical Gawy parvient à Hollywood
Le groupe Gawy a été fondé par un groupe d’amis, musiciens autodidactes.

Le mois dernier, le groupe égyptien de musique alternative Gawy a fait les gros titres de la presse avec sa chanson Atchane ya Zeina (j’ai soif ma belle), datant de 2015. Car celle-ci a été sélectionnée pour faire partie de la bande-son du nouveau film américain de super-héros Black Widow (veuve noire). Réalisé par Cate Shortland, le film met en vedette Scarlett Johansson, Florence Pugh et David Harbour.

La nouvelle a fait sensation sur la scène musicale alternative, de quoi attirer les regards vers les six années qui se sont écoulées entre la sortie de la chanson et son acquisition par Marvel, une filiale de Walt Disney Studios.

La chanson est le fruit des efforts d’un groupe d’amis qui a voulu faire quelque chose de différent. Les paroles de la chanson, inspirées d’un thème folklorique, sont écrites dans le dialecte de la Haute-Egypte par Ahmad Al-Gamal, qui a dernièrement remporté le prix Abdel-Rahman Al-Abnoudi dans la catégorie des poèmes vernaculaires (2021). Elle est composée par Mohamad Abdel-Latif (connu sous le sobriquet de Tifa) en coopération avec Moustapha Taxi et est interprétée par Tifa et Nihal Kamal, ainsi que John Khalil à la guitare, Bébawi Raafat à la guitare basse et Kirollos Nageh Alfi à la kawala (une variété égyptienne de flûtes). L’arrangement, le mixage et le mastering numérique sont réalisés par Marc Adel.

Atchane ya Zeina (j’ai soif ma belle) est sortie sur SoundCloud en 2015. « Nous avons été surpris de constater que le morceau a été très bien accueilli par les auditeurs », se souvient Tifa. Et d’ajouter : « Peu de temps après, la radio égyptienne a commencé à diffuser la chanson. Les gens ont commencé à poser plus de questions sur la troupe naissante, alors que nous n’étions pas tout à fait une vraie formation musicale. Ce retour positif inattendu nous a encouragés à former Gawy, qui se veut bien plus qu’un simple groupe musical ».

Parfums d’Egypte

Le mot « gawy » désigne un parfum unique. Comme la troupe le précise sur SoundCloud, « ce nom spécifique a été choisi par les membres du groupe pour convenir à leur style poétique contemporain ». Les membres fondateurs du groupe, Tifa et Al-Gamal, ont commencé à travailler sur un certain nombre de compositions, en s’appuyant toujours sur les paroles écrites par ce dernier. Capitalisant sur la composante littéraire de la musique, aux côtés de quelques tubes, Gawy a sorti un album, regroupant sept titres, à savoir Qalbak Yessaa en 2017.

Les compositions de Gawy mélangent les traditions orientales et occidentales, véhiculant principalement une sensation légère et méditative, portée par la voix imperturbable de Tifa.

Les diverses origines des musiciens, issus de plusieurs endroits d’Egypte, sont exprimées à travers les paroles, mais aussi les mélodies de la kawala et du qanoun (cithare orientale). Celles-ci sont enveloppées d’harmonies occidentales, d’influences jazz, d’inserts électroniques et d’un mélange de motifs rythmiques des deux cultures. Dans certaines compositions, les chansons sont entrelacées de récitations poétiques, soulignant la mission de Gawy, visant à attirer l’attention des auditeurs sur les paroles et les significations qu’elles portent. Leurs compositions invitent souvent à des contemplations sur la vie et les gens, dans leur labour quotidien, leur tristesse et leur bonheur.

Lorsque nous écoutons le répertoire de Gawy, nous constatons qu’à bien des égards, leur première tentative Atchane ya Zeina est leur composition la plus caractéristique. Une oeuvre de base qu’ils ont créée sans être pleinement conscients de ce qu’ils faisaient. La chanson choisie par Marvel définit la couleur singulière du groupe, présentant souvent un vocabulaire créatif et affiné.

Ce qui fait de cette expérience musicale spontanée de 2015 un événement phénoménal est le fait que tous les membres du groupe ne sont pas des diplômés d’écoles musicales. Ils n’avaient pas pratiqué la musique pendant une longue période non plus. Tifa, lui-même, est un diplômé en informatique, mais avait l’habitude de jouer avec différents groupes, parmi lesquels le groupe palestinien Abbad Al-Shams Choir. Atchane ya Zeina était son premier projet sérieux.

Même chose pour Al-Gamal, un diplômé de l’école de commerce, qui avait fait ses premiers pas dans l’écriture en 2010, mais qui considère cette chanson comme un jalon incontournable.

Après la réussite de Atchane ya Zeina en 2015, la troupe a fait des performances sur plusieurs pistes au Caire, y compris Saqiet El Sawy. Elle a participé à un concours de musique indépendante Battle of the Bands (2016), ainsi qu’à quatre projets musicaux avec l’institut Goethe. Abdel-Latif a expliqué que depuis 2018 et jusqu’au confinement imposé par la pandémie du Covid-19 en 2020, Gawy s’est focalisée sur les performances en direct, travaillant parallèlement sur son second album et luttant pour obtenir des fonds.

Parler des gens

Les Studios Marvel avaient exprimé leur intérêt pour Atchane ya Zeina en 2018; Tifa raconte en riant : « J’ai reçu un email d’un agent musical exprimant son intérêt pour la chanson. Au début, je me suis dit qu’il s’agissait d’une simple plaisanterie et je n’ai daigné répondre. J’ai fermé mon laptop et j’ai retrouvé mon lit. Ensuite, j’ai décidé de communiquer avec lui. Tout au long des mois qui ont suivi, on nous demandait de traduire les mélodies et d’assumer certaines procédures techniques. La communication s’est poursuivie jusqu’en octobre 2020, et nous avons finalisé le contrat ».

Il est à noter que le film Black Widow inclut également American Pie de Don McLean, Bond Fights Snake de John Barry, Cheap Thrills de Sean Paul, entre autres oeuvres. Le groupe Gawy peut s’estimer fier de faire partie de cette cohorte de noms célèbres. De quoi encourager ses membres à travailler sur leurs nouvelles chansons, qui seront présentées en format « musique-vidéo » et diffusées consécutivement ; la première est d’ailleurs prévue ce mois-ci. Al-Gamal se charge de la poésie comme d’habitude, et les membres du groupe sont Tifa (vocal), Fakharani (percussions), Bébawi Raafat (guitare basse), Shodz (clavier) et Fadi Wissa (guitare et clavier).

« Nous avons travaillé dessus pendant plus de 4 ans et nous sommes heureux que ça va enfin voir le jour. Les chansons s’articulent autour d’une même thématique ; la poésie et la musique sont harmonisées dans un cadre visuel », explique Tifa. Et d’ajouter : « Ahmad Al-Gamal raconte des histoires à travers ses poèmes. Ses écrits sont réels et trouvent leurs échos auprès d’un large public. Son langage est très influencé par le dialecte de la Haute-Egypte ».

Etant donné que les chansons portent souvent sur les gens, les détails du quotidien et les causes sociales, Marvel a demandé deux traductions : l’une littérale et l’autre véhiculant le sens et le style en l’insérant dans son contexte actuel. « Nous n’avons jamais cru que notre chanson allait attirer l’attention des auditeurs internationaux ; moins encore le desk de Marvel », concluent les deux amis, non sans enthousiasme.

*La version originale de cet article a été publiéeen anglais, le 10 août, sur le site Al-Ahram online.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique