Jeudi, 25 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

Quand les ombres se colorent ...

Page réalisée par May Sélim, Mardi, 02 octobre 2012

Avec humour et gaieté, les élèves du studio Khaled Galal donnent un spectacle enjoué et varié où des fantômes viennent redonner vie à des gardiens tristes et mornes. Une réussite.

Studio Khaled Galal
Les fantômes endiablent la scène du Centre Ibdaa.

Dans le studio Khaled Galal, on fabrique des stars. Pendant trois ans de formation, de jeunes talents apprennent le théâtre, la prononciation, l’étiquette, le chant, la musique et la danse. La troisième promotion sortie de cette école particulière joue actuellement au centre Ibdaa une pièce intitulée Où sont mes fantômes ?

Chorégraphiée et mise en scène par Diaa Chafiq et Mohamad Moustapha, cette représentation est un show spectaculaire témoignant du potentiel de ces jeunes : des acteurs qui ne possédaient auparavant aucune expérience de la danse. Chafiq et Moustapha ont formé les danseurs pendant trois ans, leur apprenant à danser avec passion quelle que soit leur taille ou leur allure physique. Ici, la danse est devenue une nécessité et l’objectif est devenir un jour un artiste à part entière.

A travers une histoire simple, le drame plonge dans l’humour et la danse. Trois gardiens sont chargés de surveiller une maison hantée depuis longtemps par de nombreux fantômes. Tout au long du spectacle, les fantômes dansent, chantent et jouent, poussant les gardiens à la folie. Impossible de trouver la paix ou le silence. Les fantômes sont ici des créatures gaies, colorées, vivantes face à des gardiens légers, ternes et instables. Le paradoxe est hilarant.

Le décor est simple : des toiles noires coupées en longues bandes couvrent les deux côtés des planches et l’arrière-fond. Sur celles-ci se dessine un immense crâne.

Pour la chorégraphie, Diaa Chafiq et Mohamad Moustapha sont allés puiser dans le monde du show. Ils nous présentent différents types de danse où chaque danseur parvient à se mettre en valeur. D’abord du tango puis de la salsa, du hip-hop, du break dance, du tap dance ...

Les pas des danseurs suivent les rythmes de la musique et le mouvement s’accélère. A chaque duo son style, son énergie. Une des scènes-clés du spectacle est celle consacrée à la star du pop Michael Jackson. Avec des chapeaux sur la tête, les fantômes dansent à sa manière. La joie et l’euphorie sont à leur comble quand les fantômes s’adonnent à la musique orientale et indienne, très rythmique. On passe de la danse classique à d’autres formes plus libérées et modernes. Les fantômes nous emmènent en voyage : dans un voyage exceptionnel par sa qualité l

Tous les soirs à 20h au centre Ibdaa, terrain de l’Opéra, Guézira. Tél : 2736 3446

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique