Jeudi, 18 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

Que tout le monde bouge!

May Sélim , Mardi, 11 décembre 2018

La 6e édition de la Nuit de la danse contemporaine (CDN) a pris fin il y a quelques jours au Caire et à Alexandrie. Pour mieux se rapprocher du grand public, le festival a privilégié des spectacles qui touchent au quotidien et a organisé des ateliers gratuits de danse ouverts à tous.

Que tout le monde bouge!

Malgré le froid et la pluie à Alexandrie, les locaux de Rezodance ont accueilli, la semaine dernière, plusieurs per­sonnes intéressées par la découverte de la danse contemporaine. Et ce, dans le cadre d’un atelier gratuit ouvert à tous, offert par les organi­sateurs de la 6e édition du Festival Nuit de la danse contemporaine (CDN), faisant partie du Studio Ezzat Ezzat. Après avoir donné 6 nouvelles créations de danse contemporaine pendant une semaine au théâtre Al-Falaki, au Caire, à la fin du mois de novembre, le festival s’est déplacé la semaine dernière à la Bibliothèque d’Alexandrie. Une fois les représentations de danse passées, le public était invité à suivre un atelier gratuit de deux jours sur le mouvement et les bases de la danse contemporaine, animé par les chorégraphes ayant participé au festival.

Que tout le monde bouge!
Butterfly (papillon). (Photo: Bassam Al-Zoghby)

« Le même atelier de formation a eu lieu dans mon studio près des pyramides. On vise simplement à initier les gens à la danse contem­poraine. Nous avons reçu 25 per­sonnes par jour », précise Ezzat Ismaïl, directeur du festival CDN. Et d’ajouter : « Après les spec­tacles, j’ai invité le public à discu­ter avec les danseurs et les choré­graphes. J’ai remarqué qu’il ne posait plus de questions sur l’idée du spectacle même, mais allait plus loin dans les discussions. Après six éditions, on a eu droit à des ques­tions très précises sur le mouvement et la danse, alors qu’antérieure­ment, les gens avaient du mal à comprendre des idées exprimées uniquement par la danse. Le public cherche désormais à rentrer davan­tage dans les détails de la choré­graphie. Ce qui nous fait vraiment plaisir ».

Contre les copies conformes

Que tout le monde bouge!
It's Not About Me (il ne s'agit pas de moi). (Photo: Bassam Al-Zoghby)

Les six spectacles présentés dans le cadre du festival étaient en interaction avec le quotidien. Il s’agissait de per­formances solo : It’s Not About Me (il ne s’agit pas de moi) et Them (eux), chorégraphiés respectivement par Mohamad Chafiq et Nagham Saleh et rejetant les contraintes sociales ; et de danses collectives : Les Insectes ne sont pas des vertèbres, Papillon, Marcher et Pêle-mêle. Ecrit et inter­prété par Sarah Gabr, le spectacle Il ne s’agit pas de moi évoque la souf­france d’une femme tout le temps à la course contre la montre, au sein d’une société masculine. Le mouvement traduit bien l’état de faiblesse, de lutte et d’écrasement. Dans Eux, le solo chorégraphié par Nagham Saleh et le danseur principal, Ezzat Ismaïl, fait face à une boîte d’où émanent les voix des médias, des voisins, de tout son entourage qui garde un oeil sur lui. Il jette la boîte par terre et rit d’un rire hilarant. Sous les applaudisse­ments du public, il se prête à des mouvements proches de la danse orientale. Walking (marcher), de Chaïmaa Choukri, est une belle cho­régraphie sur la relation homme-femme. Tout semble marcher machi­nalement. On s’aime, on se dispute, on se quitte, puis on revient l’un à l’autre. Le cercle continue. Ainsi va la vie. Quant aux deux spectacles Insects Are Not Vertabrates (les insectes ne sont pas des vertèbres), monté par l’Anglaise Georgia Moffa, et Butterfly (papillon), monté par le Hollandais Martijn Joling, ils tou­chent de près l’idée du changement et de la liberté de choix. Ces danses collectives dénoncent la conformité sociétale. Ceux qui cherchent à se distinguer des autres, à prendre un tournant différent sont souvent exclus et considérés comme des drôles d’oi­seaux. Mounir Saïd signe, lui, une chorégraphie nostalgique. Shuffle-Tussle (pêle-mêle) évoquant les beaux souvenirs d’autrefois : quelques danses d’antan sur des rythmes euro­péens, son enfance, etc. L’entrée et la sortie des danseurs sur scène sont répétitives. Les contraintes, la routine et le poids du quotidien écrasent les souvenirs. Les jeunes chorégraphes ont essayé, par l’intermédiaire du festival, d’exprimer leurs douleurs, dans une société où ils ont parfois du mal à respirer.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique