Lundi, 26 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

Coup de pouce aux étudiants du cinéma

Mohamed Atef, Lundi, 12 mars 2018

En marge du Festival de cinéma de Charm Al-Cheikh, une vingtaine d’étudiants ont participé à un atelier de formation animé par le directeur du tournage Kamal Abdel-Aziz.

Coup de pouce aux étudiants du cinéma
Les ateliers, un cadre moins formel pour l'apprentissage.

La salle grouillait d’étudiants du Haut Institut du cinéma et de l’Académie arabe pour les sciences et la technologie, venus spécialement pour participer à l’atelier de tournage de Kamal Abdel-Aziz. Celui-ci s’est tenu en marge du Festival du cinéma de Charm Al-Cheikh, raison pour laquelle l’Académie arabe pour les sciences et la technologie figurait parmi les sponsors officiels de l’édition de cette année.

Une exposition de photographies a en outre été organisée par le festival, regroupant plus de 50 photos prises et signées par les étudiants. Kamal Abdel-Aziz a compté sur la formation pratique plus que les cours théoriques, à tel point que la couverture des événements du festival a été réalisée à l’aide des caméras des étudiants stagiaires. En marge du festival, un panorama de films, soit les projets de graduation d’étudiants de l’Institut du cinéma, a de plus été organisé. Mohsen Al-Touni, doyen de l’Institut du cinéma depuis 2016, tient à ce que les étudiants soient directement impliqués dans les festivals, que ce soit à travers la participation de leurs films aux compétitions officielles ou bien à travers leur participation à des ateliers relatifs à l’industrie du cinéma.

Al-Touni tenait ainsi à ce que ses étudiants assistent au festival pour visionner des films qui viennent de tous les pays du monde et qui reflètent une riche diversité d’écoles, de méthodes et de créativité. Il précise qu’il existe une différence entre les films dits « commerciaux », projetés dans les salles, et les films qui participent aux festivals et qui sont une vraie contribution au développement des expériences visuelles des étudiants.

Même si la participation des étudiants aux festivals est un phénomène récent, elle est aujourd’hui bien implantée dans la plupart des festivals en Egypte.

Al-Touni déclare que ses étudiants sont toujours présents dans les festivals, notamment au Festival de Louqsor pour le cinéma africain, au Festival de Charm Al-Cheikh ou au Festival d’Ismaïliya pour les documentaires et les courts métrages.

Un accord est par ailleurs sur le point d’être conclu avec la direction du Festival du cinéma méditerranéen d’Alexandrie pour régler la participation estudiantine.

Augmenter le nombre d’ateliers

Abdallah Gad, étudiant à l’Institut du cinéma, explique que la participation des étudiants de l’institut, pendant 4 jours, à l’atelier de tournage et à l’exposition de photographies leur a énormément servi sur le plan pratique.

Les participants de cette année étaient des étudiants en première et deuxième années. A ce propos, Al-Touni déclare que les étudiants les plus jeunes sont souvent les plus avides d’approfondir leurs connaissances et de profiter de l’expérience de leurs enseignants, tandis que les étudiants de troisième et quatrième années préfèrent s’intégrer au marché.

On remarque aussi que les participants à l’atelier ont fait preuve de discipline et de rigueur : ils ont tenu à assister à toutes les heures de l’atelier, au détriment des offres de divertissement ; et ce, bien que le festival ait été organisé dans l’une des plus belles stations balnéaires d’Egypte.

Al-Touni précise que l’apprentissage dans un atelier est totalement différent de celui d’un cours à l’Institut, ce qui est en soi un divertissement et une occasion de discuter les thèmes les plus variés sous la houlette de mentors jouissant d’une riche expérience.

Selon le critique Ossama Abdel-Fattah, directeur technique de la deuxième édition du Festival de Charm Al-Cheikh, l’intérêt de l’atelier de tournage ne se limitait pas à la matière scientifique et à l’apprentissage, puisque la doyenne de la faculté des médias de l’Académie arabe des sciences et de la technologie a décidé d’augmenter les notes des étudiants qui ont tenu à participer à l’atelier à leurs propres frais pour développer leurs connaissances et expériences cinématographiques.

Abdel-Fattah souhaite, quant à lui, voir se multiplier le nombre d’ateliers au cours de la prochaine édition du festival. L’occasion, aussi, de multiplier le nombre d’étudiants, dont la présence a donné du poids aux événements du festival, tout en contribuant à la promotion touristique de la ville de Charm Al-Cheikh .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique