Jeudi, 25 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

Moataz Nasr : Nous essayons de faire sortir l’art des salles closes

May Sélim, Lundi, 14 décembre 2015

Moataz Nasr, plasticien, directeur de l’espace Darb 1718 et initiateur du Off de la Biennale du Caire.

Moataz Nasr
(Photo:Mohamad Moustapha)

Al-Ahram Hebdo : Something Else (autre chose) est une manifestation artistique à but non lucratif. Comment expliquez-vous la coopération avec l’entreprise privée d’in­vestissement urbain, Ismaïliya ?
Moataz Nasr : Compte tenu du nombre d’ar­tistes qui participent à l’événement, les organi­sateurs étaient à la recherche d’espaces à même d’accueillir les oeuvres d’artistes et les diverses performances en question. Nous avi­ons deux critères de choix : sélectionner des lieux accessibles à tous et des espaces qui ne coûtent pas cher, vu notre budget limité. Les acteurs culturels qui collaborent avec nous pour la tenue de l’événement ont dû fournir des éléments de soutien logistique et nous avons donc eu recours à la société Ismaïliya en tant que partenaire privé et local, afin de com­bler les lacunes financières. Celle-ci nous a offert gratuitement des espaces qui lui appar­tiennent, dans des anciens immeubles du centre-ville, de quoi permettre au public de redécouvrir les lieux et d’en faire usage. Cela nous a évité aussi de recourir à toutes sortes d’aide étrangère.

— Vous essayez d’introduire l’art contem­porain dans l’espace urbain. Comment ceci s’est-il concrètement réalisé à travers cet événement ?
— Nous cherchons à attirer les gens ordi­naires, à les impliquer dans les performances, à les habituer aux oeuvres interactives et à aiguiser leur curiosité. Nous essayons de faire sortir les arts plastiques des salles closes.

La société Ismaïliya nous a proposé trois appartements dans l’immeuble d’Al-Chorba­gui, à la rue Abdel-Khaleq Sarwat, qui vient d’être restauré. En outre, nous avons exploité l’entrée du cinéma Radio, pour attirer les pié­tons de passage. On essaye donc d’être présent dans la rue, sans bloquer la circulation.

— Quelle est votre ambition pour Something Else ?
— Something Else se veut à la hauteur des événements similaires tenus en Europe. Plusieurs artistes étrangers se sont dit fiers d’y participer. Par exemple, la foire d’Art Basel en Suisse est devenue une rencontre attendue par le public et par les touristes. Nous espérons transformer le Something Else cairote en une manifestation aussi prisée sur le plan interna­tional et local. Il faut tout de même préciser qu’un événement d’une telle envergure ne pouvait avoir lieu sans le concours de plu­sieurs ONG et institutions culturelles, y com­pris des parties gouvernementales l

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique