Mercredi, 22 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

Hicham Gabr : Le théâtre stagne dans la ville côtière

Lundi, 11 mai 2015

maestro Hicham Gabr, directeur du Centre des arts de la Bibliothèque d’Alexandrie et directeur du festival.

Hicham Gabr

Al-Ahram Hebdo : Comment l’idée du festival est-elle née ?
Hicham Gabr : Il y a toujours eu une scène musicale foisonnante à Alexandrie. On a, à titre d’exemple, deux orchestres classiques, avec un programme renouvelé tous les mois. Le cinéma indépendant y garde aussi une place prépondérante. Mais le théâtre stagne dans cette ville côtière. Les troupes indépendantes peinent à maintenir leurs activités et le théâtre de l’Etat est quasiment absent.

En plus, l’interaction entre les artistes égyptiens et leurs homologues internationaux est limitée. Le festival vise à permettre aux artistes et au public alexandrins de découvrir les nouvelles techniques du théâtre contemporain dans d’autres pays.

— Quels sont les critères de la sélection ?
— Une quarantaine de spectacles de différents pays se sont présentés. Nous en avons sélectionné dix. Nous avons éliminé les spectacles basés à 100 % sur une langue étrangère ainsi que ceux jugés choquants, à cause de la nudité ou du choix de sujets tabous. Les pièces jugées trop traditionnelles ont été également écartées.

— Quels sont les plans adoptés par le Centre des arts quant aux prochaines éditions du festival et aux activités théâtrales en général ?
— Le festival sera annuel. A partir de l’édition prochaine, on va étudier la possibilité de créer des activités parallèles, en plus des spectacles. De même, on va essayer de tenir le festival plus tôt, pour attirer un public plus large, loin de la saison des examens de fin d’année.

Je préside le Centre des arts depuis un an. Et durant cette période, on a doublé le nombre de spectacles accueillis à la bibliothèque, soit 57 spectacles visant 16 000 spectateurs. L’année prochaine, on va célébrer le 400e anniversaire de Shakespeare. A cette occasion, on accueillera des spectacles shakespeariens venus du monde entier et on fera appel à des troupes égyptiennes professionnelles et universitaires pour leur demander leur propre version de Shakespeare .

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique