Lundi, 27 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Au quotidien >

Travail à distance : Aventure ou mésaventure ?

Dina Darwich , Mercredi, 15 juin 2022

La pandémie du Covid-19 a largement favorisé le télétravail. Avec le retour à la normale, la polémique s’installe. Certains y voient une solution idéale, d’autres tiennent encore aux modes traditionnels. Focus.

Travail à distance : Aventure ou mésaventure ?

Les mesures sanitaires qu’a exigées le Covid-19 ont durablement changé la donne du télétravail. Une nouvelle routine s’est imposée sur le quotidien des employés dans les quatre coins de la planète. Une enquête menée par l’institut ADP pour la gestion des ressources humaines sur un échantillon de 33000 personnes du monde entier a révélé que les demandes des travailleurs pour plus de flexibilité et de sécurité suite à la pandémie de coronavirus augmentent fortement avec la réouverture de l’économie mondiale et la tendance de certaines entreprises de renvoyer les employés au travail à partir des bureaux. L’enquête a révélé que les deux tiers des travailleurs envisageraient de chercher un nouvel emploi s’ils étaient inutilement forcés de retourner au bureau pour travailler à temps plein. Selon cette même source, les problèmes apparus pendant la pandémie liés aux heures, au lieu de travail et au temps de travail non rémunéré, ainsi qu’au stress, tout cela incite les employés à négocier leurs conditions de travail actuelles ou à quitter leur emploi.

«  C’est une perte de temps, d’efforts et d’énergie », s’insurge Mohamad Ahmad, 28 ans, qui travaille comme ingénieur en télécommunications dans une multinationale. Ce jeune homme qui habite à Maadi et travaille au 6 Octobre fait le trajet quotidien aller et retour en trois heures, parfois quatre. « C’est du temps perdu, plus de 15 heures par semaine, soit presque deux jours de labeur. Et ce, sans compter les frais de l’essence qui remontent à plus de 1000 L.E. par mois. Sous cette inflation, on a besoin de changer de mentalité et de routine pour économiser le moindre sou. C’est ce qu’a adopté un pays riche comme l’Allemagne qui tente, pour réduire sa consommation d’énergie importée de la Russie, d’étendre le système de travail à distance et aussi encourager le déplacement par vélo », poursuit-il.


Il s’agit d’une solution idéale pour les handicapés physiques qui estiment que la rue n’est pas souvent équipée pour recevoir cette catégorie qui constitue 5  % de la main-d’oeuvre.

Idem pour Hazem Emad, ingénieur de 32 ans. « Les moyens de communication ont fait d’immenses progrès ces dernières années, en parallèle avec la globalisation croissante des entreprises. En quelques clics, vous pouvez aujourd’hui entrer en contact avec une personne à l’autre bout de la planète ou payer vos factures par Internet. Ces nouvelles possibilités nous ont rendus plus libres et autonomes dans notre façon de travailler. Elles ont aussi contribué à développer une nouvelle manière de collaborer. C’est dingue si on ne prend pas en considération toutes ces évolutions et ces données », avance cet ingénieur qui a réduit son boulot dans une société de communications de cinq à trois jours par semaine. « A l’heure du tout mobile (téléphone, ordinateur, etc.), il semble logique que certains travailleurs préfèrent travailler à domicile plutôt que de faire de longs trajets et essayer de se concentrer dans un Open space bruyant ».

Meilleure qualité de vie

Un avantage aussi pour les nouvelles mamans. Farida Gamal, comptable de 27 ans, n’a pas raté l’occasion des mesures sanitaires imposées par la pandémie pour faire son deuxième bébé. « Le congé de maternité est de trois mois seulement. Avec le travail à domicile, ma vie était bien plus simple vu que j’ai eu deux fils en deux années consécutives. Bien que les entreprises soient censées fournir une garderie aux employées, elles ne le font pas. Et il me faut au moins 6000 L.E. pour payer une crèche, soit la moitié de mon salaire. Travailler à la maison m’a aidée à gérer mon temps et mon budget d’une manière plus efficace ».


L’un des avantages du télétravail est de gagner les heures perdues dans le transport, notamment dans une ville comme Le Caire.

En effet, l’initiative « Sayédat Masr » (dames d’Egypte) a lancé une campagne en ligne— la première en son genre— pour soutenir et promouvoir le travail à distance et des horaires de travail plus flexibles pour les femmes. « Notre objectif est de sensibiliser la société à la nécessité de donner plus de flexibilité aux femmes au travail », a déclaré Radwa Hosny, coordinatrice de la campagne, au quotidien Al-Masri Al-Youm.

Nihal Hussein, 59 ans, professeure de français, est totalement d’accord. Celle-ci qui souffre de poliomyélite depuis son enfance met l’accent sur les avantages qu’a fournis ce type d’emploi pour les personnes aux besoins spéciaux. Elle estime que son trajet quotidien pour regagner son bureau lui a été un cauchemar car la rue n’est pas équipée pour le déplacement fluide des handicapés physiques qui se trouvent obligés de jongler avec leurs béquilles ou sur leurs chaises roulantes. « Cette nouvelle routine a vraiment facilité la vie pratique en particulier pour cette catégorie de travailleurs dont le taux atteint, selon la loi égyptienne, 5% de la main-d’oeuvre ».

En réalité, cette pratique, qui existe depuis déjà bien longtemps, a évolué et a connu un regain de popularité ces dernières années. « Aujourd’hui on y voit surtout un moyen de trouver un meilleur équilibre entre travail et vie de famille, d’augmenter la satisfaction des employés ou de réduire les temps de trajets », comme le pense la sociologue Kayati Achour, en ajoutant: « Le télétravail semble diminuer l’absentéisme et permet de gagner en efficacité. Certaines enquêtes montrent une amélioration de la qualité de vie des collaborateurs comme principal avantage à la mise en place du télétravail. Les performances s’en trouvent améliorées ».

C’est le cas de Marwa, journaliste de 45 ans. Elle pense que ce type de travail l’a aidée à faire un nouveau choix de vie, celui de changer de résidence du centre-ville au Caire en plein embouteillage vers la ville côtière de Dahab où le paysage du trio mer, ciel ouvert et désert l’ont aidée à changer d’humeur et devenir plus calme et tranquille.

La pratique a été tantôt encouragée, tantôt délaissée. Dès 2009, près de 40% des salariés d’IBM travaillaient déjà depuis chez eux, d’après un article publié sur le site BFM Business. Cependant, en 2017, le géant de l’informatique a demandé à ses employés de revenir dans les bureaux du groupe. La même chose s’est produite pour Yahoo en 2013. Toutefois, le travail à distance a regagné en popularité lors des confinements successifs, permettant aux entreprises de continuer à fonctionner alors même que leurs bureaux étaient fermés aussi bien aux visiteurs qu’aux salariés.

Mais la sociologue Nadia Radwan rappelle que le télétravail concerne toujours spécifiquement les cadres et professions intermédiaires, les cols blancs. Les ouvriers et une bonne partie des employés et aussi celle qui travaille dans le domaine des services comme les boulangeries, par exemple, ont été obligés de continuer à travailler en présentiel pendant la crise du Covid-19 et même après la levée des mesures sanitaires.

Le risque d’un isolement

Cependant, si certains télétravailleurs ont ressenti un sentiment d’autonomie et de liberté, d’autres se sont sentis en situation d’isolement et de rupture avec le collectif de travail. « On opte pour augmenter la productivité aux dépens de la créativité », assure Hani Ismaïl, directeur de rédaction d’un magazine en ligne. « Il est vrai que la productivité des journalistes a augmenté, mais les réunions live nous donnent l’opportunité de réfléchir ensemble et faire une sorte de brainstorming, ce qui a sans doute un impact positif sur le produit final », ajoute-t-il. Un avis bien soutenu par une dernière étude publiée en 2022 au magazine Nature. D’après cette recherche, la perte de contacts et d’interactions en face à face de plus en plus spontanés suppose que les changements majeurs dans cette façon de travailler à distance affectent considérablement la créativité au travail. L’étude indique que les appels vidéo réduisent la production d’idées créatives par rapport aux réunions en présentiel.

« Une désocialisation du télétravailleur est un risque renforcé par le sentiment d’isolement. Ce n’est pas le bureau qui manque au télétravailleur mais les relations aux collègues et à la hiérarchie », avance Hani. C’est l’avis de la patronne de Yahoo, Marissa Mayer, qui a décidé que tous les salariés seraient désormais obligés de venir au bureau, « pour ressentir l’énergie et l’excitation du travail en équipe », selon un document interne dévoilé par le Wall Street Journal. « La vitesse et la qualité sont souvent sacrifiées quand on travaille de la maison. Nous avons besoin d’être un Yahoo uni, et cela commence en étant physiquement ensemble », a-t-elle ajouté.

Autre chose. Si le télétravail permet une meilleure concentration pour certains (moins de bruit qu’en open space…), d’autres se laissent vite déborder par la vie domestique. « La question exige une place à domicile bien équipée pour ce travail et aussi une bonne gestion du temps. Mais il arrive parfois que certains époux ne semblent pas beaucoup apprécier cette nouvelle manière de travail », explique Hoda Hussein, directrice dans une société privée, en ajoutant que son mari la bombarde par les devoirs ménagers et lorsqu’elle s’y oppose, il lui dit qu’elle était à la maison toute la journée, ce qui la choque. « Comme si j’étais en congé et comme si le travail chez soi ne compte pas », poursuit-elle. Et, pire encore, ses supérieurs la considèrent disponible à n’importe quel moment de la journée. « La frontière entre vie privée et vie professionnelle peut se trouver réduite, instaurant parfois un climat familial conflictuel. Par ailleurs, une perte de repères peut apparaître, s’expliquant par une organisation du travail bousculée », poursuit-elle.

Le travail en présentiel a donc encore de beaux jours devant lui, compte tenu de ses bienfaits sur le potentiel d’innovation des entreprises. L’expérience tirée durant la crise du Covid-19 changera toutefois probablement la donne pour l’avenir de ce dispositif.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique