Samedi, 25 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Au quotidien >

Maigrir en ligne : Des régimes à toutes les sauces !

Chahinaz Gheith, Vendredi, 15 octobre 2021

Après les cours en distanciel, le télétravail et autres activités sur Internet, la tendance est désor­mais aux programmes minceur personnalisés avec suivi en ligne, proposés par une panoplie de sites et de plus en plus prisés. Mais sont-ils vraiment efficaces? Focus.

Avec le suivi diététique à distance, pas besoin de se déplacer et plus d’excuses d’horaires inadapté
Avec le suivi diététique à distance, pas besoin de se déplacer et plus d’excuses d’horaires inadaptés.

Anxieuse, désoeuvrée, mais aussi naturellement portée sur les plaisirs de table, Yasmine Hosni, comme des milliers d’Egyptiens en télétravail à cause de la pandémie du coronavirus, se tourne toujours vers une seule direction: la cuisine. Pour cette comptable à la trentaine, la journée, c’est du lit au canapé et du canapé à la table du séjour! Avec, entre deux, un passage par la cuisine pour caler un petit creux ou tenter d’évacuer le stress. Et c’est ainsi qu’insidieusement, les kilos se sont accumulés. « Je ne m’étais rendu compte de rien. J’étais toujours en pyjama. C’est quand j’ai voulu remettre un jean que j’ai compris ! », raconte Yasmine, qui a eu son plus grand choc en montant sur la balance pour découvrir qu’elle a pris 10 kg en 3 mois. Affolée par ses bourrelets, elle a décidé d’entamer un régime drastique. Et bien qu’elle dis­pose d’une réelle motivation pour maigrir, il était important de caser un rendez-vous chez un diététicien pour disposer d’une poursuite et d’un soutien conséquent. Pas facile pour cette femme dont les journées sont particulièrement char­gées. « Je manque de temps. Les routes sont souvent blo­quées et, en plus, je galère avant de trouver une place pour garer la voiture », lance Yasmine qui jongle avec ses diffé­rents rôles: femme active, épouse et mère. Par hasard, elle tombe sur des dizaines de programmes minceur qui disent : « Votre emploi du temps est surchargé, vous ne pouvez pas vous déplacer et vous préférez la discrétion, la consultation diététique est faite pour vous. Rendez-vous personnalisés par visio via Skype, Zoom ou WhatsApp, et même téléphone, selon vos préférences, à vous de faire votre choix ». Et, en ces temps de pandémie, elle a opté donc pour la diète en ligne, afin d’éviter les contaminations.

Même principe, mais à distance

Comme chaque programme a ses propres spécificités, ses avantages et ses inconvénients, elle a pu finalement choisir celui qui correspond vraiment à ses besoins et qui ne va pas trop faire maigrir son portefeuille. « Le principe de la consul­tation est le même qu’en rendez-vous classique, sauf que je ne me déplace pas. Depuis chez moi, il suffit de me connecter à un site Internet, à une appli ou à un compte Instagram, de suivre une diète sur l’écran de mon smartphone ou de mon ordinateur, afin de maigrir et rester en forme », explique-t-elle, tout en ajoutant que le recours à un diététicien en ligne n’empêche pas un suivi personnalisé ou un échange humain à travers une communication à distance. Autrement dit, une fois le questionnaire complété, elle reçoit un bilan nutritionnel qui prend en compte son histoire de poids et son mode de vie: le ressenti lors des grignotages et des compulsions alimentaires.

Pas de promesse miracle, mais une écoute avec un programme nutritionnel et des exercices physiques en vidéo. « Je bénéficie aussi des commentaires sur Internet et des vraies consultations par téléphone. Et chaque semaine, le programme est ajusté en fonction de mes goûts et contraintes, afin d’obtenir une perte de poids durable », lance Yasmine, qui a réussi à perdre 10 kg en 3 mois et en payant seulement 370 L.E., bien moins d’un suivi au cabinet. Idem pour Islam Mohamad, 42 ans, qui a bien apprécié les régimes en ligne pour ses nombreux avantages: gain de temps, de déplacement non négligeable, et surtout encore d’argent. « Mais pourquoi se rendre chez un diététicien et débourser d’énormes sommes, alors que je peux être membre d’une page sur Facebook et bénéficier d’une diète en ligne sans payer un sou ? », dit-il.

Mails quotidiens pour indiquer le programme du jour, félicita­tions ou, au contraire, réprimandes, cette méthode de perte de poids en ligne fait tout pour paraître personnalisée. Islam consigne sur le site le contenu de son assiette à chaque repas, détaille ses activités sportives et reçoit en retour des indications. Et ce n’est pas le seul avantage: l’absence de son diététicien physiquement, car il lui arrive paradoxalement à plus se confier que lors d’un face-à-face avec un spécialiste. « Sur Internet, je me sens bien moins seul que lorsque je suis entouré de personnes physiques auxquelles je ne désire pas confier mes problèmes ! », confie Islam, qui a perdu 20 kg en 4 mois.

Les exemples ne manquent pas. Aujourd’hui, la révolution des calories brûlées à la maison passe par les applications. Yalla Nekhess (maigrissons), Régime sans privation, Diet Online, Well Fit Go, Sofra Diet, etc. Des noms des pages qui cartonnent. Des sites de diètes, prescriptions, publicités et même les coordonnées des diététiciens très médiatisés ont trouvé leur Eldorado sur les réseaux sociaux. Chaque année, de nouveaux régimes, parfois présentés comme des recettes miracles, tirent leur épingle du jeu. Aujourd’hui, des dizaines d’acteurs se sont installés sur ce mar­ché : de célèbres diététiciens, des nutritionnistes réputés, des coaches de stars et même des personnes qui n’ont aucune forma­tion dans le domaine. Tout le monde veut prendre sa part du gâteau avec plus ou moins de succès. Gratuits ou payants, préen­registrés ou en direct, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. Mais sont-ils vraiment efficaces et adaptés à chaque profil ?

Une réponse aux enjeux du futur

Dr Doaa Soheil, diététicienne et l’une des premières à avoir présenté l’idée des régimes amaigrissants en ligne et fondatrice de l’initiative « Une Egypte sans obésité », pense qu’aujourd’hui, le numérique ne cesse de contribuer à réinventer notre société. Il s’immisce dans notre vie quotidienne au point d’influencer nos comportements et nos usages. Selon elle, à travers l’initiative baptisée « 100 millions de citoyens sains », le gouvernement entend répondre aux défis du système de santé: déserts médicaux en zones rurales, manque de praticiens, urgences saturées. De nombreuses personnes éprouvent parfois des difficultés d’accès aux soins. De leur côté, les professionnels de santé aspirent égale­ment à assurer une meilleure coordination de soins et à disposer de plus de temps pour soigner leurs patients. L’un des dispositifs phare en cours de déploiement est la consultation en ligne, dont les objectifs sont: renforcer l’accès aux soins en limitant les déplacements, faire de la prévention et améliorer la coordination entre les professionnels de santé par le partage numérique des données. Et, par conséquent, les diététiciens font partie des auxi­liaires médicaux potentiellement concernés par la consultation en ligne, afin de lutter contre l’obésité, qui représente une énorme menace pour la santé publique en Egypte.

D’après une étude de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 62% des Egyptiens sont en surpoids. Selon Dr Soheil, les consultations diététiques et le suivi à distance n’ont rien à envier au cabinet. « Aujourd’hui, la téléconsultation apporte définitive­ment quelque chose de nouveau. Il y a moins de limitations que pour une consultation classique. Le patient nous appelle lorsqu’il a le temps et n’a pas besoin de se déplacer. Il est donc plus libre et raccroche seulement lorsqu’il est rassuré. Bref, tout dépend du besoin du patient et de sa mobilité », explique Dr Soheil, tout en ajoutant que le suivi à distance est la solution la plus efficace pour les personnes qui ont essayé plusieurs programmes sans résultat ou qui manquent de motivation. « Ça ne s’adresse pas forcément aux débutants, mais plutôt aux personnes qui n’ont pas la bonne méthode, ou qui ne considèrent pas la diététique comme un art de vivre, mais plutôt comme une punition », précise-t-elle. Et de poursuivre : « Un encadrement est donc très nécessaire afin d’augmenter la motivation du patient, soit avec des encoura­gements quotidiens, des compétitions et des récompenses avec le reste du groupe pour atteindre ses objectifs ».

Dr Ahmad Diab, diététicien, estime que bien que les régimes en ligne doivent tenir compte des particularités de chacun, et ce, en proposant un accompagnement réellement personnalisé (bilan médical et nutritionnel régulier adapté au rythme et aux habitudes de vie, prise en compte de l’état général de santé, etc.), le fait de choisir la bonne diète est une chose difficile. Le plus compliqué encore, c’est de la réussir, de tenir dans le temps et d’aller au bout des sacrifices pour atteindre l’objectif fixé au début. « C’est pour cela qu’on adapte le programme en fonction des antécédents médicaux, du niveau et des progrès du client. Dans certains cas, il est nécessaire de réaliser la première séance en face-à-face pour des examens spécifiques, avant de poursuivre une télé­consultation de suivi », explique-t-il, tout en ajoutant qu’un régime dure en moyenne 3 mois, le temps de laisser le corps s’adapter et se transformer.

Gare aux risques et aux arnaques

Cependant, Dr Mohamad Yasser, nutritionniste, pense que le fait de suivre un régime minceur à distance ou sans un référent professionnel peut s’avérer dangereux (risque de fatigue chronique, de carences, de malnutrition ou encore d’anémie). « Sans compter que les nombreuses informations en matière de nutrition et diététique qui circulent sur Internet sont souvent non médicales et erronées, il faut donc être vigilant quant à leurs sources. Le suivi diététique face-à-face évite tous risques de complications médicales, et permet de faire le point avec un professionnel de santé formé, qui pourra adapter ses recommandations au cas précis du patient et lui évitera ainsi de prendre conseil sur des forums en ligne ou via des sources non vérifiées », souligne-t-il, tout en mettant en garde contre les produits amaigrissants et les compléments alimentaires vendus sur Internet. En effet, selon l’OMS, « 62 % des médicaments vendus sur Internet, soit un médicament sur 2, sont contrefaits ». D’après la même source, « il n’existe pas de produit ou méthode miracle pour la perte de poids dépourvu d’effets indési­rables ». Dr Yasser rappelle qu’outre leur illégalité, les pro­duits miracle vendus sur les sites Internet sont dénués de justification scientifique et médicale, et relèvent du charlata­nisme. Ces produits amaigrissants vendus en ligne se composent de substances interdites ou toxiques, détournées de leur usage initial pour les régimes. Par exemple, le Dinitrophénol (DNP) est utilisé dans le milieu du culturisme et des régimes, et pour accélé­rer le métabolisme. Disponible sur les différents sites sous forme de poudre, de capsule ou dans des crèmes amincissantes, ce pro­duit illégal provoque une perte de graisse spectaculaire, mais en parallèle, il fait augmenter la chaleur corporelle et peut entraîner une fièvre mortelle dans les heures qui suivent l’ingestion. « Une jeune femme est décédée quelques heures après avoir ingéré des pilules achetées sur Internet. Et les cas sont nombreux », avertit-il.

Passant d’une diète à l’autre, Riham Adel, une adolescente de 16 ans, confie avoir une mauvaise expérience avec les régimes à distance qui risquaient de lui faire perdre la vie. « J’ai tout essayé, toutes sortes de régimes : celui de la soupe au chou, citron détox, hyperprotéique, cétogène, jeûne intermittent, sans oublier les produits amaigrissants et les pilules miracles. Cela marchait un peu, mais je n’arrivais pas à maintenir le cap », regrette cette jeune fille qui souffre aujourd’hui de maux de tête terribles, de chute des cheveux, d’une anémie aigüe et des troubles du rythme cardiaque.

Nombreux sont donc les défis face aux patients. Selon Ahmad Sabri, spécialiste de l’équilibre nutritionnel et des régimes alimen­taires, beaucoup de personnes croient que le rôle d’un diététicien est uniquement d’aider à la perte de poids. En règle générale, et contrairement aux idées reçues, les diététiciens ne donnent pas de régimes, ils aident à procéder à des correctifs, on appelle cela un rééquilibrage. « Mon but est que mes patients deviennent auto­nomes et comprennent les bases d’une alimentation favorable à une bonne santé, afin de pouvoir, seuls, à terme, être acteurs de leur santé », affirme-t-il.

Seule face à son écran, Hana, une étudiante de 21 ans qui pèse 80 kg pour 1,65 m, a du mal à choisir le régime vraiment adapté à ses besoins. « Rien que sur Youtube, c’est dur de trouver le régime qui me convient tant il y a de choix. Du coup, je suis tou­jours un peu perdue et je n’arrive pas à être sur la bonne voie et exécuter correctement les étapes », se plaint Hana, qui est constamment à la recherche de tout ce qui est nouveau pour perdre du poids. A distance ou non, maigrir n’est pas une mince affaire !

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique